Portrait

Eddie Guerrero : menteur, tricheur, voleur et parti trop tôt

Il y a tout pile dix ans, le 13 novembre 2005 disparaissait Eddie Guerrero, LA légende latino au souvenir et à l'héritage immense. Elle laissait les fans de catch orphelins d'un des personnages les plus emblématiques de son époque au charisme indiscutable. Portrait.
eddie-guerrero-nwo-2004 Eddie Guerrero lors de No Way Out 2004 après avoir battu Brock Lesnar — © WWE

Suivant des traces de géant, Eddie Guerrero a réussi le tour de force énorme de dépasser son père Gory dans la légende du catch. Un exploit d’autant qu’il a été réalisé sur quinze années de carrière. Il aurait évidemment pu y en avoir bien plus sachant qu’il est parti beaucoup trop tôt à l’âge de trente-huit ans, mort d’une crise cardiaque dans une chambre d’hôtel. Preuve qu’on était encore loin de son crépuscule, il était destiné à redevenir champion du monde poids-lourd de la WWE. Autant dire que sa perte a été un réel coup dur pour toute la grande famille du catch et pour la WWE où il avait déjà réussi à se faire une place parmi les plus grands en même pas cinq années de carrière.

C’est un vrai impact encore marquant aujourd’hui et voué à le rester qu’il a réalisé dans la plus prestigieuse des fédérations. Il en a remporté tous les grands titres possibles, dont certains à plusieurs reprises et contre les plus grands. Avant tout cela, il a forgé sa propre légende sur la terre de ses ancêtres au Mexique, s’imposant très vite à l’AAA comme un grand heel très vicieux et manipulateur, un rôle qu’il tiendra à merveille durant la majorité de sa carrière.

eddie-guerrero-aaa

Eddie Guerrero lors de AAA When Worlds Collide en 1994

Sa marque est indélébile quel que soit le continent car il aura marqué la New Japan Pro Wrestling sous le masque or et noir de Black Tiger. Il réussit même le tour de force de dominer tous les japonais sur leur sol en empochant le tournoi Best of The Super Juniors. Même pas dix ans de carrière, pas encore passé par la WWF mais déjà une sacrée réputation et les grandes fédérations américaines se l’arrachent. L’ECW et la WCW auront pu profiter de son talent avant la WWE, en le plaçant à chaque fois comme plus grand Cruiserweight au milieu d’une grande adversité formée par son ami et meilleur rival Rey Mysterio ainsi que Chris Benoit, Chris Jericho, Dean Malenko ou Psicosis.

Un titre Télévision à l’ECW durant un run court mais marqué par beaucoup de gros combats avant un run plus long avec la WCW en plein coeur des Monday Night Wars. Il y montre une habileté à affronter tout défi, que ce soit contre Ric Flair, DDP ou tous ses collègues de la catégorie Cruiserweight. Deux titres Cruiserweight, un titre des Etats-Unis amassés à la WCW par l’insatiable Eddie qu’on aura peu vu sans ceinture autour des hanches durant sa carrière.

guerrero-us-champion

Eddie Guerrero champion des Etats-Unis à la WCW

Eddie Guerrero était donc bien mur pour s’imposer très vite à la WWE d’abord au sein des Radicalz, le groupe formé avec ses potes Dean Malenko, Chris Benoit et Perry Saturn. Et comme d’habitude avec lui les titres arrivent, avec le titre Européen en premier marqué par une association avec Chyna puis ensuite le titre Intercontinental avant une éclipse de six mois suite à un renvoi de la WWE.

C’est à partir de son retour sur deux années et demi qu’on va vraiment le voir au sommet absolu de la WWE. Il s’impose très rapidement comme l’homme fort de Smackdown d’abord par équipe avec son neveu Chavo avec qui il empoche les titres par équipe lors des Survivor Series 2002. Ce mois de novembre aura souvent été béni pour lui qui aura beaucoup réussi dans ce pay-per-view en dominant notamment Kurt Angle lors d’une année 2004 où il était inarrêtable.

Preuve de sa domination en 2004, l’or autour de ses hanches. C’est même le plus précieux qu’il s’offre à No Way Out en abattant Brock Lesnar, s’installant ainsi en champion de la WWE. C’est le triomphe le plus complet à WrestleMania XX, une édition réussie marquée par son succès sur Kurt Angle et sa célébration avec son ami Chris Benoit champion du monde poids-lourd. Un règne marqué par beaucoup de classe, une constante de son caractère, et aussi par beaucoup de tricheries.

wmxxbenoitguerrero-1478103

Eddie Guerrero avec Chris Benoit lors de WrestleMania XX

Tricheur et adulé, avec une arrogance portée en vertu, une performance rare qui tient avant tout de son charisme avec son personnage de Latino Heat débarquant à bord d’une mustang. C’est toute une marque qu’il a développé en très peu de temps avec le slogan « Viva la Raza ». Et comme tout grand catcheur ayant imprégné l’histoire, il y a aussi des moves qui lui sont associés, tels les Three Amigos, les trois souplesses consécutives, et le Frog Splash. Ainsi, même les plus jeunes s’écrient Eddie en voyant ces prises réalisées aujourd’hui. Dans sa démarche et ses attitudes, il a été et demeure une vraie source d’inspiration pour beaucoup de catcheurs.

Installé très vite après sa mort au Hall Of Fame de la WWE en 2006 en étant intronisé par sa femme Vickie, Eddie a laissé la WWE orpheline d’un grand frère. Son histoire énorme jalonnée de vingt-trois titres serait surement encore plus riche s’il n’était pas parti trop tôt. L’oeuvre forcément inachevée d’Eddie Guerrero reste le plus beau tableau d’une excellence latine qu’il n’aura eu de cesse de porter toujours plus haut sur les rings de la planète.

Brousti
Auteur :
Rédacteur hyperactif. Spécialiste de l'overselling.