WWE Fastlane 2016

WWE Fastlane : Dean Ambrose est-il en route pour WrestleMania 32 ?

Quand on regarde la carte de Fastlane ce dimanche, une chose paraît assez claire : la WWE attend Wrestlemania pour sortir le grand jeu. Un seul match semble prendre une dimension majeure pour la Road to Wrestlemania, son main-event. Qui de Brock Lesnar, Roman Reigns ou Dean Ambrose affrontera Triple H à Wrestlemania 32?
© WWE

Pour sa deuxième édition, Fastlane ne semble pas avoir obtenu une attention plus particulière. Placé entre deux pay-per-views du Big Four, le petit nouveau n’est pas vraiment là pour retourner les storylines. Triple H ne défendra pas son titre, The New Day ne sera là qu’en tant qu’invité de Edge & Christian et seuls les titres secondaires seront défendus, dans des matchs un peu plus aléatoires les uns que les autres, qui ne seront probablement pas ceux de WrestleMania.

Le seul véritable enjeu de dimanche sera placé dans le main-event qui décidera de l’adversaire de Triple H à WrestleMania 32. On pourrait juger que ces trois catcheurs sont un peu les survivants du main-event, trois hommes qui ont su éviter les soucis de santé assez fréquents à Stamford. Les deux premiers sont tout simplement les protagonistes du dernier main-event de WrestleMania, Brock Lesnar et Roman Reigns. Ce dernier semble sur le chemin d’accomplir ce qui lui semble pré-destiné depuis deux ans : aller à WrestleMania et gagner le titre de la WWE.

Mais entre les deux s’immisce un feu-follet, une sorte de météorite instable que le public soutient plus facilement que Roman Reigns. Personne ne fait l’unanimité mais il faut dire que Dean Ambrose, puisque c’est de lui qu’on parle, a une carte à jouer dans ce match. Une carte qui est apparue lors du Royal Rumble et qu’on ne pensait jamais revoir sur lui avant un moment, la carte de l’outsider.

Un booking centré sur Ambrose…

L’axe principal des derniers épisodes de RAW a été le frère d’armes de Roman Reigns. Ce dernier, ayant perdu son titre au profit du leader de l’Autorité, n’a pas manifesté plus de contestation que cela. On peut même dire qu’il a plutôt bien pris le fait d’avoir été descendu par la League of Nations puis renversé par son boss en personne. Roman Reigns s’est contenté de prendre sa place dans le main-event pour la place d’aspirant au titre et de soutenir vaguement Dean Ambrose quand c’était possible.

Car Dean a lui eu bien plus de travail à effectuer. Une certaine animosité naissante avec Brock Lesnar qui a enflammé RAW, une perte du titre intercontinental et l’envie de faire sentir sa présence, même à son copain Roman Reigns. En somme, son programme a été bien plus chargé. On sent que la WWE veut faire jouer un rôle à Dean Ambrose dans cette Road to WrestleMania, mais il est difficile à situer.

La perte du titre intercontinental fait un peu plus croire aux chances de Dean Ambrose qui a définitivement fait une croix dessus pour mettre son viseur sur la ceinture majeure de la WWE. Tout cela marche très bien, car de faire-valoir, Dean Ambrose a désormais le statut de trouble-fête dans l’hypothétique victoire de Roman Reigns.

… pour faire oublier les réactions mitigées que provoque Roman Reigns?

Est-ce que la WWE effectue là le développement d’un personnage secondaire en vue de jouer un rôle dans la destinée du personnage principal? C’est une possibilité tant cela pourrait changer la face d’une Road qui jusqu’au Royal Rumble semblait fermée et seulement entre les mains de l’Empire Roman.

Ajouter Dean Ambrose comme potentiel vainqueur, c’est ajouter un suspens qui jusque-là n’existait pas chez les fans et réduire la possibilité d’une réaction « Anti-Roman Reigns » pour la WWE. Pourtant cela n’a jamais vraiment marché pour le Samoan. Le mettre en retrait pour finalement le voir revenir en force, c’est risquer une nouvelle fois une réaction épidermique des fans, un refus catégorique d’un booking qui leur semble — pour une partie claire du public — terriblement forcé.

Ce booking passif de Roman Reigns a autant permis à Dean Ambrose d’éclore qu’à Roman Reigns de s’effacer, n’étant là uniquement en back-up de son pote dépassé par Brock Lesnar. Une position qui consiste un peu à dire que Roman Reigns est très fort mais ne le montre pas, tandis que Dean Ambrose crie lui au loup pour se faire un peu remarquer.

Brock Lesnar comme cinquième roue du carrosse

The Beast, quant à lui, fait le service minimum. Présent pour montrer à nouveau la source de destruction qu’il est, faisant preuve de condescendance et de violence face aux multiples provocations de Dean Ambrose, le client de Paul Heyman a tout simplement signé son papier, participer à la mise en avant de Dean Ambrose sans jamais réellement montrer un intérêt pour le titre de la WWE.

Une affiche entre Brock Lesnar et Triple H à Wrestlemania semble de toute façon hautement improbable. La WWE a cherché depuis trois ans à promouvoir des catcheurs présents dans le main-event de manière constante, dans le but de créer de nouvelles stars inconditionnelles du show. Brock Lesnar ne rentre pas vraiment dans ce moule, devenu une sorte d’attraction temporaire de la WWE avec son contrat de part-timer.

De plus, on ne peut pas dire que Brock Lesnar soit un champion assidu, et son règne l’année dernière n’avait pas laissé un souvenir des plus tenaces, malgré quelques matchs emblématiques — notamment le Triple Threat du Royal Rumble entre Cena, Rollins et Lesnar. L’affrontement entre deux part-timers serait donc un recul de la WWE dans son entreprise de création de stars.

Toutefois, la possibilité d’un turn au cours du match d’un des deux anciens du Shield est une possibilité et mènerait plutôt à un affrontement entre Roman Reigns et Dean Ambrose qu’autre chose. C’est peu probable évidemment, mais cela reste la seule chance de voir de nouveau Brock Lesnar disputer un match pour le titre à Wrestlemania.

Brock semble toutefois destiné à une rivalité avec la Wyatt Family qui devrait potentiellement intervenir dans ce main-event pour créer un peu de chaos ambiant. On reste donc plutôt dans une optique de victoire de Roman Reigns ou Dean Ambrose, plutôt que dans celle d’une victoire de Brock Lesnar.

Quel rôle pour Triple H ?

L’absence du Game dans ce match est à noter. Si la défense du titre n’était pas indispensable à Fastlane, elle crée cependant un certain trou dans la carte. Il faut bien se dire que WrestleMania pèse sur les titres et les rivalités, tant la WWE souhaite que les événements majeurs se déroulent lors du Biggest Stage of Them All. Son absence dans le match ne signifie toutefois pas son absence du pay-per-view.

Une interaction avec chacun est à prévoir, et dans un match où l’intervention des Wyatt semble inévitable, on pourrait également voir la League of Nations s’attaquer à Roman Reigns. Voir Dean Ambrose gagner dans le chaos ambiant, comme un « choix » de Triple H qui sous-estimerait son adversaire, serait un axe intéressant pour WrestleMania 32, et rappellerait, peu après la retraite de Daniel Bryan, l’axe de WrestleMania 30.

La tentation de provoquer des tensions entre les anciens membres du Shield sera aussi de mise tant Triple H aime rappeler son statut de stratège dans les rivalités où il est impliqué. Du coup, même si sa tenue de ring restera au placard, le rôle de Triple H sera probablement au premier plan de l’intrigue de ce dimanche.

En dehors d’une victoire improbable de Brock Lesnar, il faut dire que la WWE a réussi à brouiller un minimum les cartes pour pouvoir donner à ce match un intérêt. Et à la vue de la carte, on se dit que cela était capital pour ne pas passer une soirée qui se dirigerait immédiatement dans les tréfonds de notre mémoire. Ici, ce match marque la dernière orientation dans la route pour WrestleMania, un croisement où Roman Reigns part toujours favori, mais où l’option de prendre la route avec Dean Ambrose n’est pas improbable.

Pierre D.
Auteur :
Analyse de pay-per-view, décryptage. Lieutenant de VoxCatch.