Review

NXT TakeOver Dallas : « Fight Forever! »

Deux jours avant WrestleMania, c'était NXT TakeOver : Dallas avec notamment les très attendus débuts de Shinsuke Nakamura. Un show dont la formule ne s'use toujours pas.
© WWE

C’est rarement à reculons que l’on va regarder un NXT TakeOver. Tout est fait pour plaire : la carte est souvent alléchante, on n’y présente que le haut du panier du roster et on ne parle pas du spectacle sur le ring, rarement décevant. Le tout étalé sur seulement deux heures, juste le temps d’aller à l’essentiel, pas de surplus.

Il n’est par contre pas question de comparer NXT TakeOver : Dallas et WrestleMania 32, ces deux événements n’ont qu’en commun le lieu et le fait de se dérouler à quelques jours d’intervalles. Les publics ne sont les mêmes, NXT n’est que l’envie de la WWE d’attirer le public qu’elle avait perdu dans l’indépendant. Pour le coup, la mission est réussie.

Pour en revenir au show d’hier soir il y avait de l’événement, rien que les débuts de Shinsuke Nakamura face à Sami Zayn, pour qui c’était le dernier match à NXT, justifiaient l’envie de rester debout aussi tard la nuit (4h00 heure française tout de même). Ajoutez-y à ça deux matchs pour les titres principaux avec d’un côté Bayley face à Asuka et de l’autre Finn Bálor face à Samoa Joe, vous avez un show inratable.

Opener efficace et victorieux pour American Alpha

C’est avec les titres de champions par équipe de NXT que s’est ouverte la soirée. Les Revival (Scott Dawson et Dash Wilder) défendent leurs titres face a l’équipe American Alpha composée de Chad Gable et Jason Jordan qui sont clairement les favoris du public. Les Revival sont loin d’être les meilleurs champions par équipe de la brand jaune, on a toujours l’impression que malgré un boulot de heel acceptable, il leur manque quelque chose pour se démarquer des autres équipes. Mais heureusement on peut compter sur leur catch.

Pour un opener la mission est réussie, surtout grâce à Gable et Jordan qui illuminent le ring grâce à leur superbe catch en équipe et dont le public ne se lasse pas. Question de catch en équipe, Dawson et Wilder ont d’ailleurs a un moment botché un move à deux, rare à NXT mais pas dramatique, même le public s’en est amusé en chantant « Botchamania ». L’autre bonne chose c’est la victoire de Jason Jordan et Chad Gable qui méritent bien ces titres de champions par équipe et qui permetttent au public de bien démarrer la soirée.

La première épreuve de l’aventure de Austin Aries à NXT, c’est Baron Corbin. Ce dernier s’est depuis quelques mois trouvé un personnage crédible et c’était pas gagné. N’exagérons rien non plus, il a peu de chance d’atteindre le main-event un jour, surtout aux côté des stars qui l’occupent ces temps-ci. Du coup il est cantonné dans son rôle de heel anti-« Indy Darlings », un personnage qui fonctionne tout de même. Après Samoa Joe et Apollo Crews c’est donc Austin Aries qui affronte Baron Corbin.

Corbin sur le ring se démarque non seulement par son imposante carrure et son catch brutal, mais aussi par son jeu de heel très bavard un peu comme le ferait Kevin Owens. La comparaison s’arrête là bien sûr. Le match consistait simplement en un Corbin maltraitant Austin Aries jusqu’à une erreur de Corbin permettant à Aries de lui river les épaules au sol sur un roll-up. C’est une fin discutable mais la rivalité ne semble pas terminée, même si on doute qu’il soit utile de la prolonger alors qu’on pourrait proposer mieux à Austin Aries.

Nakamura tout puissant

L’événement le plus attendu de la soirée restait tout de même les débuts de Shinsuke Nakamura. La star tout droit venue de la NJPW faisait sa première apparition sur un ring de la WWE et pour avoir marqué le coup, il a marqué le coup. La WWE ne s’y est pas trompé non plus : elle savait que faire venir l’un des catcheurs les plus charismatiques de sa génération aurait un effet aussi puissant et ferait passer The Rock pour un ringard. C’est bien simple : le moindre geste de Nakamura et le public entre en transe. Rien que son entrée, rythmée par un theme song très efficace, a suffit pour conquérir les fans présents. On n’a rarement vu, pour ne pas dire jamais, un public hurler « Holy shit! » dès l’entrée d’un catcheur.

Avec un adversaire comme Sami Zayn — qui lui effectuait son dernier match à NXT — le match ne pouvait être que du catch champagne. Si vous n’avez pas aimé ce match le catch n’est probablement pas fait pour vous. Vingt minutes de spectacle que personne n’est prêt d’oublier et qu’on peut déjà mettre dans les candidats au match de l’année.  « Fight forever! » chantait le public, « N’arrêtez jamais de vous battre ».

Fin de règne pour Bayley

Bayley de son côté affrontait Asuka pour défendre son titre de championne de NXT. La championne qui détient sa ceinture depuis l’été dernier a eu un règne des plus marquants rien que part la capture du titre à NXT TakeOver Brooklyn et sa première défense dans le match revanche face à Sasha Banks. Les autres défenses étaient à la hauteur, contre Alexia Bliss, Nia Jax, Carmella ou même Eva Marie, aucune défense de titre n’est à jeter. Mais cette fois c’est un vrai challenge pour la championne car c’est Asuka qu’elle affronte. Arrivée à NXT il y seulement sept mois, la catcheuse n’a perdu aucun de ses matchs.

Le match était très tourné vers la soumission, et des deux côtés, assez différent de ce que la championne nous a proposé dans le passé. Mais le résultat n’en est pas moins mauvais, au contraire. Le final est arrivé un peu par surprise, Bayley s’est retrouvé coincée dans le Asuka Lock et n’en est jamais ressorti. Elle a fini par perdre connaissance. De quoi renforcer le côté imbattable d’Asuka qui risque de donner beaucoup de fil à retordre à ses futures adversaires.

Samoa Joe voit rouge

Viens ensuite le main-event. Pour la seconde fois Samoa Joe tente de détrôner Finn Bálor, le champion de NXT. Bálor est dans la même situation que Bayley, son règne est l’un des meilleurs qu’ait connu la brand jaune et son personnage n’a cessé de s’améliorer, surtout depuis le début de son règne. On n’aurait pu imaginer que comme pour Bayley, ce TakeOver aurait sonné la fin d’un long et bon règne, surtout face à Samoa Joe qui s’est suffisamment imposé pour décrocher le titre. Mais un autre scénario semble se dessiner.

Le match était comme on pouvait s’y attendre avec deux catcheurs comme Bálor et Joe : assez brutal. Même très brutal, il aura même pas fallu deux minutes de match pour que Joe se retrouve avec l’arcade sourcilière ouverte après un coup de pied de Bálor. Une blessure qui a un peu cassé le rythme du match, les arbitres étant obligés d’arrêter l’affrontement pour essuyer le sang sur le visage de Samoa Joe toutes les cinq minutes. Assez dommage parce que Samoa Joe est assez fort dans la manière de donner du réalisme dans ses matchs, la blessure était elle vraie mais les interventions des arbitres cassaient tout, et ne semblaient pas tellement du goût des deux catcheurs par ailleurs. Même si la santé du catcheur est importante et doit passer avant tout, ces multiples pauses ont totalement fait redescendre la tension du match.

La fin est ici aussi arrivée un peu par surprise. Finn Bálor est donc resté champion et est désormais à une quinzaine de jours d’égaler le règne de Neville, le plus long de l’histoire du titre.

Encore une fois NXT TakeOver : Dallas était très bon et l’ambiance qui l’entourait avec les débuts de Shinsuke Nakamura joue évidemment beaucoup. Mais la formule fonctionne toujours et n’est pas prête de s’épuiser. On est déjà impatient d’être à la prochaine édition.

Darren Fog
Auteur :
Fondateur et rédac-chef de VoxCatch.