Review

NJPW Invasion Attack 2016 : Tetsuya Naito crée la surprise

Après la New Japan Cup remportée par Tetsuya Naito et avant un été animé par le G1 Climax, le show Invasion Attack avait tout du grand piège pour tous les champions qui défendaient leurs ceintures. Et c'est bien une nouvelle ère qui s'est ouverte.
© NJPW

Le Sumo Hall de Tokyo accueillait le show Invasion Attack qui devait continuer à établir les bases d’une New Japan avec un clan CHAOS remodelé mais aussi avec un nouveau au BULLET CLUB et Los Ingobernables de Japon qui ne cessent de monter.

Les deux premiers combats servent comme d’habitude d’apéritif même s’ils ne sont pas que des affrontements anecdotiques. Dans le premier match, l’ancien de NXT Juice Robinson jouit d’une plus grande popularité. Mais avec Ryusuke Taguchi, il se heurte à la force brute de Bad Luck Fale qui conclue tout seul sur Robinson sans avoir besoin de Yujiro Takahashi resté dans un rôle assez passif. Trois légendes associées face au bas de gamme de CHAOS, inévitablement le premier camp a les faveurs du publics et de la victoire finale. Jushin Thunder Liger, Yuji Nagata et Satoshi Kojima dominent ainsi facilement Toru Yano, YOSHI-HASHI et Kazushi Sakuraba.

Le troisième combat pourrait rentrer dans la même catégorie de combat apéritif mais il faut quand même souligner les vrais débuts d’Hirooki Goto au sein de CHAOS où il est associé à Tomohiro Ishii. Ce duo très puissant domine la paire des Ingobernables composée d’EVIL et de BUSHI. EVIL tient la comparaison physique et d’ailleurs après la victoire de Goto et d’Ishii, il n’hésite pas à défier Goto.

Rocky Romero et Trent Barreta redeviennent champions

Premier des six combats à enjeu de la soirée, le match pour les titres IWGP Junior poids-lourd par équipe lance bien les hostilités. Matt Sydal et surtout Ricochet sont une paire championne qui enchante le public japonais qui est friand du moindre mouvement de Ricochet. Il faut dire que ce dernier en impose et ici il est une nouvelle fois impressionnant. Matt Sydal est moins dominé que d’habitude aussi ce qui donne une paire bien favorite face aux Roppongi Vice, anciens champions.

Rocky Romero déjà champion par équipe cinq fois dont une avec Trent Barreta veut son sixième titre. Il est assez incisif dans tout ce qu’il tente et il subit peu finalement. Ricochet est souvent intouchable mais Romero et Barreta résistent et ils finissent par conclure. C’est finalement une véritable surprise et un choc pour le public local, même s’il apprécie beaucoup Romero qui fait partie des meubles de la fédération.

Will Ospreay se révèle face à KUSHIDA

Ensuite, c’est la ceinture simple de champion IWGP Junior poids-lourd qui est défendue par KUSHIDA contre la sensation anglaise Will Ospreay. Ce jeune high flyer n’a cessé d’impressionner tous les observateurs de son pays et même au-delà. Il a été une des stars du Wrestlecon à Dallas une semaine auparavant et pour sa première officielle sous le pavillon de CHAOS, il impressionne aussi beaucoup l’exigeant public japonais.

Il s’agit vraiment d’une grande star appelée à être reconnue par tous les fans du monde entier s’il continue à ce rythme. Ce match face à KUSHIDA, habitué à sortir de grandes prestations, est une référence tellement les transitions entre les prises ont été vite exécutées. KUSHIDA est finalement resté maître avec sa Kimura Lock qui a fait taper Ospreay qui peut continuer à être son rival dans le futur. En attendant, c’est Jushin Thunder Liger qui va vouloir prochainement rallumer la flamme en tentant de décrocher un titre qu’il a conquis onze fois.

Les titres NEVER Openweight par équipe n’existent que depuis Wrestle Kingdom le 4 janvier dernier mais ils semblent être installés depuis bien plus longtemps. Ce sont les titres les plus défendus sur cette première partie d’année et surtout il y a sans arrêt de nouveaux champions. Le trio du BULLET CLUB, l’Elite, composée de Kenny Omega et des Young Bucks, a été le premier à conserver ces titres lors d’une défense aux Etats-Unis du côté de la ROH. Mais là c’est une autre histoire car sur le sol japonais il est pour l’instant écrit qu’il faut toujours de nouveaux champions NEVER par équipe.

Yoshitatsu accomplit son comeback

Et c’est d’autant plus vrai quand il y a une sacrée histoire au bout. Yoshitatsu a créé la sensation en faisant son retour sur les rings alors qu’il y a dix-huit mois, un Styles Clash semblait avoir signifié la fin de sa carrière. Commentateur à Wrestle Kingdom, il préparait en parallèle son come back. Et c’est avec Michael Elgin et Hiroshi Tanahashi qu’il va le compléter. Il tient d’ailleurs un bon rôle, Tanahashi s’effaçant volontiers pour lui laisser la lumière tandis qu’Elgin intervient justement avec sa force pour contrer le trio fou du BULLET CLUB. Après des coups de spray, Omega pense bien conclure mais ensuite c’est l’arroseur arrosé car il reçoit, comme les Bucks, des coups de spray. Mais c’est Nick Jackson, isolé, qui fera les frais du nouveau trio champion à l’issue d’un combat très enlevé. Vu les forces en présence, il était naturel d’assister à un grand combat et Yoshitatsu est célébré avec émotion. Cependant, pour Tanahashi tout n’est pas rose car Bad Luck Fale vient le détruire après le match, créant un vrai choc dans l’assistance.

Au Japon, le respect des légendes est plus grand qu’ailleurs. Et quand on a un affrontement entre une nouvelle star de la fédération et un vétéran très estimé, la nouvelle star laisse la lumière au vétéran. C’est ce qui arrive pour le titre NEVER Openweight où Katsuyori Shibata laisse vraiment la conduite du combat à Hiroyoshi Tenzan. Le rythme n’est pas très soutenu, c’est aussi moins physique que d’habitude avec Shibata mais l’ensemble reste appréciable. Tenzan a pu tout montrer avant que Shibata siffle la fin avec un Rear Neck Choke qui ne servait qu’à introduire le Punt Kick qui lui donne la victoire. Toujours champion, il devra à nouveau affronter une légende en la personne de Yuji Nagata.

Les nouveaux arrivants sont toujours très bien accueillis à la NJPW. Et il arrive même qu’ils empochent la mise d’entrée. Tanga Loa entre dans cette catégorie. Ce nom ne dit rien à personne mais il s’agit de Micah à la TNA ou de Camacho à la WWE. Il est associé à Tama Tonga qui n’est autre que son frère. Les fils d’Haku ont forcément de qui tenir pour briller en équipe contre les champions IWGP par équipe Togi Makabe et Tomoaki Honma. Tanga Loa est mis en valeur avec une puissance qu’on ne lui connaissait pas.

Contre les deux vétérans il l’exprime parfaitement et les échanges avec Makabe notamment sont intéressants. Il y a bien sûr Honma qui comme d’habitude fait le show avec sa tête chercheuse mais qui trouve assez peu sa cible. Les deux frères qui forment l’équipe Guerrillas Of Destiny vont en profiter pleinement pour conclure victorieusement et devenir les nouveaux champions IWGP par équipe, vraiment un début idéal pour Tanga Loa.

Tetsuya Naito renverse Okada grâce à son clan

Déjà trois changements de champions mais uniquement lors des combats où des titres par équipe étaient en jeu. Cette statistique pouvait donc donner du baume au cœur de Kazuchika Okada contre son vieux rival Tetsuya Naito, le premier homme qu’il a affronté sur un ring de la NJPW il y a neuf ans. Depuis, les trajectoires ont bien évolué et ainsi Naito revient de très loin. Longtemps dans l’éteignoir, apprécié à une période puis ignoré et raillé, son passage à la CMLL suivi d’un retour sous la bannière des Ingobernables a tout remis à zéro. La victoire dans la New Japan Cup a confirmé qu’on pouvait de nouveau le compter parmi les premiers rôles de la fédération, surtout parce qu’il a de nouveau une grande popularité.

Déjà quatre chances pour ce titre IWGP poids-lourd qui se sont soldées par une défaite pour Naito, dont deux contre Okada, mais cette fois l’air est différent. Avec BUSHI et EVIL dans le coin, Naito bénéficie d’une certaine aide dans toute la première partie du combat où EVIL va même affaiblir Okada. Ce dernier n’est pas à la fête mais parvient seul à repousser les trois Ingobernables en même temps avec un joli Crossbody à l’extérieur du ring. Naito tient quand même bien la comparaison et bloque souvent les tentatives de dropkick d’Okada.

Privé de sa meilleure arme, le champion compense par une plus grande intensité dans toutes ses prises. L’ensemble est rythmé et même si Okada apparaît en difficulté face aux coups bas très nombreux de Naito et de ses sbires, il est en possession de conclure avec le Rainmaker. Mais c’est l’arbitre qui est sur son chemin. Comme AJ Styles avait bénéficié de l’appui inattendu de Takahashi contre Okada pour devenir champion il y a un peu plus d’un an, Naito va bénéficier d’une arrivée pour le moins surprenante, celle de l’ancien champion X-Division de la TNA Seiya Sanada, apparaissant sous un aspect plus musclé et sombre. Arrivé grimé du masque squelettique des Ingobernables, Sanada attaque Okada et offre sur un plateau la victoire à Naito qui parvient à contrer le Rainmaker en frappant avec son Destino.

Même si beaucoup de spectateurs attendaient ce verdict et cette première consécration au plus haut niveau de la New Japan pour Naito, il s’agit quand même d’une surprise. Il y a aussi le fait que, pour battre Okada, il faut tout un clan et un invité mystère qui gonfle ici cette puissance montante qui a la légitimité avec le plus gros titre de la fédération. Okada va maintenant vouloir se venger de Sanada avant de revenir vers Naito qui donne l’image d’un champion solide sous les traits du bad guy, évidemment il faudra confirmer sur la longueur.

Ce show Invasion Attack n’a pas manqué de surprises et de changements. Les Ingobernables de Japon sont désormais totalement ancrés comme un troisième groupe puissant au même titre que le BULLET CLUB et CHAOS qui ressortent plus affaiblis de ce show. Mais on le sait à la New Japan tout peut très vite basculer dans un sens comme dans l’autre, ce qui est une vraie marque de fabrique.

Brousti
Auteur :
Rédacteur hyperactif. Spécialiste de l'overselling.