Preview

Extreme Rules 2016 : l’ultime chance d’AJ Styles

Vaincu après de multiples rebondissements à Payback, AJ Styles a une deuxième occasion de prendre le titre de la WWE à Roman Reigns. Une deuxième chance qui ressemble pas mal à une dernière chance.
aj-styles © WWE

Trois semaines après leur dernier affrontement, AJ Styles et Roman Reigns se croisent à nouveau pour le pay-per-view Extreme Rules, un affrontement dans la lignée de leur match précédent qui s’était terminé sans décompte à l’extérieur ou disqualification. Cette fois, pas d’intervention des managers en vue puisque le match démarrera sous ses règles. Un Extreme Rules match préparé d’ores et déjà avec Payback.

Pour le Phenomenal One, il s’agit là d’une seconde chance légitime, puisqu’il l’avait « emporté » par deux fois lors de Payback, une fois par count-out et une autre fois par disqualification. Deux victoires qui ne lui permettaient pas d’atteindre le titre mais qui lui permettent aujourd’hui d’être challenger au titre de la WWE. Il s’agissait alors pour les deux hommes de continuer sur la lignée du match et de jouer sur la présence de leurs alliés respectifs.

C’est presque un 3 contre 3 qui est à prévoir ce dimanche, même si les Usos affrontent Karl Anderson et Luke Gallows avant le main-event, nul doute que les quatre hommes auront un rôle à tenir dans le déroulement du main-event. Pourtant, la rivalité semble toujours feindre l’étonnement, tellement les deux hommes se disent capables de battre l’autre en un contre un mais que, bon, si l’une des deux paires faisait son apparition, la seconde les suivrait de peu.

AJ Styles a fini de tourner autour du pot

Le premier point positif du prolongement de cette rivalité, c’est la fin des faux semblants. AJ Styles a arrêté de se désolidariser des actes de ses acolytes du Bullet Club – qui a jeté la balle pour ne garder que le club – et désormais la rivalité est une pure bataille de clans. Un mal nécessaire pour éviter les répliques trop cordiales – bien qu’elles fassent encore apparition ça et là – entre les deux opposants.

Maintenant, les yeux du challenger sont définitivement tournés vers l’avant et le titre de la WWE, que Roman Reigns ne cesse de mettre en avant, à la fois pour bien marquer sa différence de parcours avec le challenger mais aussi pour suivre la tradition de la WWE qui aime dénigrer les parcours indépendants de ses nouveaux arrivages. Moins qu’avant, certes, mais ce rappel hebdomadaire que le titre IWGP est un gros titre mais pas LE titre fait un peu écho aux précédents segments où Roman Reigns n’était pas un bon gars ou un mauvais gars mais LE gars.

Les joutes verbales sont d’ailleurs toujours assez mitigées, AJ Styles n’a réussi à enflammer les débats qu’une seule fois en contrant justement la catchphrase récente du champion et le reste s’est contenté de tourner autour des possibles interventions de ce dimanche.

Roman Reigns coincé entre deux attitudes

On aimerait aussi que Roman Reigns soit un peu plus constant dans ce dénigrement de AJ Styles. Un moment il dit que c’est un excellent catcheur et ensuite il le rabaisse en disant qu’il ne peut pas le toucher. Un jour il dit aux Usos qu’il est en « One vs All » et le lendemain il dit que quoiqu’il arrive The Bloodline, comme semble désormais s’appeler le trio samoan, saura se défaire du Club.

Pareil dans son comportement à Raw, la constante finale où Roman Reigns est seul contre trois contredit finalement son propre discours quant à la capacité des Usos de le soutenir, et pourtant ils ont réussi à battre leurs trois adversaires à Raw. C’est bien de vouloir donner un avantage à l’un et à l’autre des participants, mais il ne faut pas oublier qu’une storyline doit donner un chemin au personnage, sinon la rivalité a du mal à prendre avec le public.

Malgré cela, c’est plutôt la confiance qui se lit sur le visage du champion qui ne doute pas un seul instant que quelqu’un puisse le vaincre. Et on peut le comprendre. Sans disqualification, c’est lui qui avait fini par l’emporter dans le chaos ambiant du main-event. Et même si tout peut arriver, la WWE a tendance à mettre en avant ses big men dans ce genre de confrontation plutôt que de justement s’appuyer sur le fait que « tout peut arriver » pour qu’au final il y ait une surprise.

Le sentiment global chez les fans de la WWE est de toute évidence que Roman Reigns ne perdra pas face à AJ Styles, ce qui est un reproche pour certains et une croyance en leur champion pour d’autres. De plus, le retour prochain de John Cena et de Seth Rollins annonce un nombre de challengers assez impressionnant pour le titre majeur.

AJ Styles doit montrer qu’on peut compter sur lui

Toutefois, ce match n’est pas qu’une défaite assurée pour le Phenomenal One. Certes, il risque de perdre sa position de challenger très prochainement, malgré une partie du public qui rêve absolument d’une victoire en fanfare de AJ Styles, mais AJ Styles a tout à gagner dans ce match. Présent depuis seulement quatre mois à la WWE, le catcheur a très probablement décerné une de ses meilleures prestations à Payback.

De plus, l’installation du Club comme clan officiel ne semble pas être en vain. La WWE a beaucoup joué avec les rumeurs sur l’arrivée de AJ Styles, Karl Anderson, Luke Gallows et Shinsuke Nakamura. Les quatre hommes ne sont pas particulièrement jeunes et si la WWE veut les utiliser à leur plein potentiel, elle doit faire assez vite. Ajoutez une potentielle arrivée dans le futur de Finn Balor et vous voyez d’ores et déjà que, même si AJ Styles perdait ce dimanche, sa situation à la WWE serait tout à fait acceptable.

De plus, si Roman Reigns perdait son titre ce dimanche, ce serait un désaveu assez important de la WWE qui à tendance à vouloir mettre en avant le vainqueur de WrestleMania comme le membre charnière de son année – Si Daniel Bryan ne s’était pas blessé, il aurait eu le droit à une année de champion comme Seth Rollins.

Avec le retour prochain de John Cena et Seth Rollins, ce sont les voies du main-event qui s’obscurcissent pour AJ Styles qui ne devrait une prise de titre qu’à un retournement de situation des officiels qui semble fort improbable. Continuant sur sa ligne du « tant qu’il y a des réactions, tout va bien », la WWE va sûrement garder son champion comme socle pour l’été en faisant graviter autour des noms qui sont désormais bien installés. Mais très honnêtement, avec ses deux matchs, AJ Styles devrait avoir gagner un peu plus qu’une simple place de upcarder.

Pierre D.
Auteur :
Analyse de pay-per-view, décryptage. Lieutenant de VoxCatch.