Culture Catch

WWE Cruiserweight Classic, présentation des participants : Les inconnus exotiques

Deuxième partie de notre série de présentations des participants au Cruiserweight Classic, le tournoi poids-moyen de la WWE.

A quelques jours du premier épisode du Cruiserweight Classic dans lequel seront diffusés les quatre premiers matchs du tournoi, nous vous présentons les catcheurs qui y participeront. Après les catcheurs européens, place aux inconnus. Ils sont assez nombreux mais n’occupent pas vraiment tous la même place.

Les catcheurs présentés ci-dessous viennent des quatre coins du globe et sont assez peu connus du public. Malgré tout, ils sont tous très expérimentés et feront leur maximum pour impressionner les officiels de la WWE. On y retrouve un luchador, un lutteur chinois, un poids-moyen travaillant comme un big man, une équipe de deux frères et deux noms complètement inconnus.

Alejandro Saez, le chilien XL devenu cruiserweight

Il a fallu chercher pour trouver des informations sur monsieur Alejandro Saez. Régulier de la Xplosion National De Lucha Libre dans son pays natal, le Chili, on l’a vu à la DTU mais surtout à la Pro-Wrestling NOAH en 2014 contre des lutteurs de NXT comme Hideo Itami, Nick Miller ou Shane Thorne.

Imposant physiquement à tout juste 93kg et 1m85, il est à l’extrême limite de la catégorie cruiserweight, Daniel Bryan a mentionné une perte de près de vingt kilos pour participer à ce tournoi. Un geste et une preuve de motivation que la WWE appréciera sans doute.

Même si nous avons ici affaire à un big man et ses spots habituels de gros coups et de projections, il utilise beaucoup de mouvements aériens comme un superbe corkscrew senton et a un style hybride entre le Puroresu et la Lucha Libre. Il termine ses adversaires avec un piledriver ou encore un shooting star press. Ici à la pro-wrestling NOAH au Japon contre Super Crazy & Jonah Rock

HoHo Lun, de Hong Kong à la WWE

Un des premiers noms annoncés par Triple H lors de l’annonce de la création de ce tournoi, HoHo Lun était un total inconnu tant il y a peu d’informations sur le net à propos de ce catcheur. Fondateur et entraîneur de la première fédération de catch de Hong Kong, il est l’entraîneur de Jason Lee, un autre participant de ce tournoi.

Il a lutté majoritairement à Hong Kong, en Chine, et a fait un passage en Angleterre dans des petites promotions en 2013 avec certains de ses élèves.

Un style assez classique de catch asiatique avec beaucoup de coups et des prises influencés de la Lucha Libre. Il utilise une étonnamment simple bridging german suplex comme prise de finition.

Le voici face à Jason Lee lors d’un combat en Europe en 2013:

Ariya Daivari, frère de mais pas que

Le frère de Shawn Daivari est bien connu du circuit indépendant américain. Régulier de la DREAMWAVE depuis quatre ans comme Prince Mustafa Ali, un autre participant du tournoi, il est lui aussi juste à la limite de la catégorie cruiserweight à juste 93 kg et 1m79.

Un lutteur très classique, qui lutte souvent en tant que heel et fait usage de sa taille en travaillant comme un big man face à des adversaires plus petits. Il a un très bon physique et est très athlétique. On l’a vu encore en 2015 à la Ring of Honor et aussi à la Global Force Wrestling.

Il utilise parfois un superkick pour finir ses matchs mais aussi un très drôle Magic Carpet Ride, qui est un frog splash à l’aide d’un tapis volant.

On peut le voir ici face à Craven Knyte en tant que face pour la AWF:

Kenneth Johnson, l’opportunité inespérée de se montrer

Un des grands inconnus de la liste, les sites de base de données du catch comme Cagematch ne donnent rien sur lui et son nom rappelle surtout celui de Slick, le bien connu manager. Ayant eu quelques matchs à la Ring of Honor sous le pseudonyme de Weezy Woo, on le voit majoritairement dans les promotions du Texas.

Assez agile et rapide, on peut rapprocher son style de celui de Kofi Kingston par exemple. Peu de matches récents sont réellement trouvables pour se faire une véritable idée du catcheur qu’il est. Il utilise des mouvements aériens comme des moonsaults ou corkscrew moonsaults, des variations de kicks, des prises assez bien maîtrisées comme un codebreaker et un assez beau jumping neckbreaker.

On peut le voir en action ici face à Papi C pour la VPW:

Harv & Gurv Sihra, frères ennemis le temps du tournoi

Ces deux-là vous sont présentés ensemble car ils sont très similaires et pour cause : ils sont frères et coéquipiers dans le duo des Bollywood Boys. Ils travaillent depuis dix ans au Canada et on les a aussi vu dans l’éphémère promotion indienne de Jeff Jarrett, la Ring Ka King, où ils ont capturé les ceintures par équipe. Actuels champions par équipe de la Global Force Wrestling de Jeff Jarrett, on imagine qu’ils pourraient être de nouveau invités au futur Dusty Tag-Team Classic II prévu cet automne.

Au niveau catch pur ce sont des performeurs très propres. A l’instar de Tyson Dux ou Damian Slater, rien d’exceptionnellement flashy mais catcheurs pros, cleans et maitrisant bien leur arsenal et leur routine bien huilée après dix ans sur les rings. Agrémentant leurs matchs et leurs entrées de pas de danse indiens, on peut imaginer qu’ils seront assez appréciés du public du côté de la Full Sail University pour peu qu’ils aient le temps de montrer ce qu’ils savent faire. Par équipe il utilisent un combo backbreaker/elbow drop pour gagner leurs matches.

Ici contre John Greed & Tyson Dux:

Anthony Bennett, l’homme à la coupe de cheveux improbable

Vous n’avez pas pu le rater lors de la présentation des participants. Membre de la Monster Factory Pro Wrestling du New Jersey, il a surement l’entrée la plus hallucinante des trente-deux participants avec une coupe de cheveux que l’on qualifiera d’insolite. Assez difficile d’en savoir énormément sur lui, la Monster Factory diffuse tout de même certains shows sur Youtube.

Catcheur agile athlétique et acrobatique, on le voit utiliser des manœuvres aériennes comme des tope con giro ou flying crossbody, un joli sliced bread #2 modifié — appelé Bad Hair Day, ce qui ne surprendra personne — qu’il utilise en prise de finition.

Certainement pas le nom le plus ronflant de la liste, mais un solide catcheur expérimenté qui saura surement faire briller son adversaire et donnera son maximum pour se faire repérer. Une chance incroyable lui est offerte.

Le voici contre WAR à la Monster Factory Pro Wrestling:

Auteur :