WWE Cruiserweight Classic

WWE Cruiserweight Classic, présentation des participants : Les stars du circuit indépendant (1ère partie)

Les présentations des catcheurs du tournoi poids-moyen de la WWE continuent. Place aux stars du circuit indépendant cette fois.
cwc-indé-1

Quatrième partie des présentations des participants au tournoi Cruiserweight Classic de la WWE dont la diffusion commencera le 13 juillet sur le WWE Network. Cette fois, on passe aux plus gros noms : les stars du circuit indépendant.

C’était d’ailleurs un des buts premiers du tournoi, mettre la lumière sur ces lutteurs des fédérations indépendantes que le fan lambda de la WWE ne connait pas ou peu. Triple H entretenant d’excellentes relations avec Gabe Sapolsky, fondateur et dirigeant de l’EVOLVE et de WWNLive, nous retrouvons naturellement beaucoup de lutteurs de ces structures. Mais pas que…

Cedric Alexander, la seconde chance

Ancien de la Ring of Honor et nouveau catcheur de l’EVOLVE, ce transfert n’a pas été fait par hasard. Alors qu’il était encore à la Ring of Honor, Alexander a pris part à un tryout non concluant à Orlando. On lui a alors suggéré de perdre du poids afin de participer au tournoi, ce qu’il a fait en perdant presque quinze kilos. Un geste que la WWE appréciera, tant elle cherche des lutteurs faciles à coacher.

Sur la dernière année on l’a vu affronter Kazuchika Okada à la ROH, terminer la streak d’invincibilité de Moose, battre Zack Sabre Jr. il y a peu à la PWX, faire ses débuts à la EVOLVE contre Matt Riddle… Il est aussi excellent en heel qu’en face. C’est un lutteur très complet qui peut alterner la lutte au sol dans le style cher à la EVOLVE et le High-Fly. Il utilise régulièrement un Benadriller, ou encore une Suplex into a Backbreaker, son Frog Splash qu’il appelle Overtime ou encore un magnifique Brainbuster.

Le voici face à Michael Elgin pour la PWX:

TJ Perkins, le prodige de la scène indépendante

Encore un ancien TNA à NXT et par la même occasion un énième bénéficiaire de la bonne relation Triple H/Gabe Sapolski. Ancien champion X-Division sous le personnage de Suicide/Manik, il a subi un traitement absolument injuste de la TNA au moment de son départ l’an dernier.

Alternant high-fly et soumission, il a démarré sa carrière si jeune, qu’à trente ans il compte déjà quinze ans d’expérience. Il a lutté à la NJPW dès ses dix-huit ans, ensuite à la CMLL, la ROH, ou encore la PWG. Il a littéralement parcouru le monde pour devenir un des lutteurs indépendants les plus prisés actuellement.

En terme d’arsenal, on a là encore affaire à un lutteur excessivement complet. Il maîtrise les soumissions comme sa super TJP Clutch tout en n’hésitant pas à utiliser des prises de la 3ème corde comme un frog splash qu’il utilisait à la TNA. Il est à noter qu’il est encore un des participants à utiliser le Benadriller.

Dans un duel entre participants au tournoi, le voilà face à Drew Gulak son compère de Catch Point:

Johnny Gargano, l’underdog de l’indépendant

Un visage bien connu des habitués de NXT. Régulièrement en équipe avec Tommaso Cimpa aussi présent dans le tournoi, Johnny Gargano a tout du babyface que la foule adore. Petit gabarit (1m78 pour 90 kg), très bon selling, des prises et des comeback qui ravivent la foule, il excelle dans les matchs soit au sol ou alors contre des adversaires bien plus grands que lui comme vu récemment face à Drew Galloway à l’EVOLVE.

Dans le traditionnel style grappling en vogue dans les fédérations indépendantes US, Gargano utilise énormément de soumissions comme son magnifique Gargano-Escape qui lui a permis d’être champion DGUSA Open the Freedom Gate pendant presque trois ans. On le voit aussi régulièrement à la PWG, la Chikara et bien entendu EVOLVE et NXT. Il possède un contrat avec la WWE lui permettant de prendre des bookings extérieurs. En plus de son Chickenwing, il utilise aussi un reverse STO et parfois un Cutter pour terminer ses adversaires.

Ici dans un excellent combat contre Trevor Lee à la SMASH Wrestling:

Tommaso Ciampa, le retour aux sources

Fun Fact : Tommaso Ciampa est apparu dès 2005 à Smackdown comme avocat du « défunt » Muhammed Hassan en prenant un Chokeslam de l’Undertaker. De retour sur le circuit indépendant en 2007, on l’a vu en majeure partie à la PWG, la ROH où il a détenu le titre de champion TV ainsi que dans énormément de fédérations indépendantes. À l’instar de Johnny Gargano, il possède aussi un contrat avec NXT lui permettant de se booker dans les promotions indépendantes. On l’a aussi vu à l’EVOLVE cette année notamment face à TJ Perkins et à la PWG avec Gargano face aux Young Bucks.

Ciampa opère dans un style assez stiff à base de striking avec les coudes, genoux et avant-bras. Même si sa prise de finition à NXT est une Fujiwara armbar modifiée, ses offensives sont souvent basées sur des projections et des strikings assez impressionnants. En espérant qu’il puisse utiliser son Project Ciampa qui est une powerbomb modifiée en backbreaker.

Le voici face à John Silver à la Beyond Wrestling:

Drew Gulak, la caution old-school du tournoi

Rien de flashy chez Drew Gulak. Assez stiff avec un style de catch très axé sur les soumissions, Gulak est un triple Crown Champion à la Combat Zone Wrestling où il a fait ses débuts et a même été entraîneur. Aussi apparu à la PWG, l’EVOLVE au sein de la faction Catch Point — et actuel champion par équipe — il est malgré ses vingt-neuf ans un vrai pilier de la scène indépendante américaine. La définition même de ce que les fans américain appellent le « grapplefuck », autrement dit un catch basé sur la lutte au sol, les projections et le grappling.

C’est le genre de lutteur techniquement impeccable, propre et agile dans le ring, il manque un peu de personnalité, ce tournoi peut de ce fait être l’occasion de se définir un personnage. Il est toujours à l’heure actuelle entraîneur à la CZW, la Chikara et l’EVOLVE, ce que la WWE voit d’un excellent œil tant elle regarde vers ces promotions pour son recrutement. Sobrement appelée Gu-Lock, sa prise de finition est un Dragon Sleeper en prenant l’adversaire en ciseau.

Le voici contre Tommaso Ciampa pour la Beyond Wrestling:

Auteur :