Actualité

La TNA tease les débuts de Damien Sandow à Impact ce jeudi soir

La TNA tease les débuts de Damien Sandow ce jeudi soir à Impact.

Ça bouge encore du côté de la TNA. La compagnie a annoncé cette semaine la tenue de Bound For Glory le 2 octobre prochain. Cette fois c’est la venue d’un catcheur qu’elle prépare, et pas n’importe lequel.

Ce mercredi la TNA a commencé à faire du teasing quant à l’arrivée d’un des agents libres les plus intéressants du circuit indépendant. Pour ce faire, la compagnie de Dixie Carter s’est même offert un article sur le site de Rolling Stone, qui depuis quelques temps s’intéresse beaucoup au catch et couvrait principalement la WWE.

Le site a publié une vidéo (à voir ci-dessus) avec un message simple: « Il fait les choses à sa manière », et qui se termine par l’Alléluia de George Frideric Handel. Le theme song de Damien Sandow.

Ce n’est pas un hasard, puisqu’il s’agit bien de Damien Sandow. Le site PWInsider a confirmé l’information dans la foulée, et le catcheur a lui-même tweeté l’article en question avec un message qui annonce bien la couleur.

« Ah, c’est intéressant. C’est le moment de faire un #Impact. @IMPACTWRESTLING »

Grâce à Rolling Stone, aux employés et catcheurs de la compagnie, la TNA cherche à créer un buzz dans les prochaines vingt-quatre heures, avant les débuts ce jeudi soir du catcheur. Pour information Impact sera diffusé en direct ce jeudi soir sur la chaîne Pop TV aux États-Unis, l’occasion parfaite pour les débuts du catcheurs.

On ne sait pas encore si le catcheur travaillera à la TNA sous le nom de Damien Sandow avec la même gimmick qui l’a rendu populaire. Celui-ci est déjà apparu notamment à la WCPW en Angleterre sous le nom d’Aaron Stevens — une contraction de son vrai nom, Aaron Steven Haddad —, il n’est donc pas impossible qu’il utilise le même dans la compagnie de Dixie Carter.

Damien Sandow a quitté la WWE il y a trois mois en même temps qu’Alex Riley, Hornswoggle, Cameron, Zeb Colter, Santino Marella et El Torito. Mais ces catcheurs ont dû attendre trois mois — le temps de la clause de non-compétitivité — pour pouvoir aller travailler dans d’autres promotions.