Preview

Carte finale de WWE SummerSlam 2016

wwe-summerslam-2016 © WWE
Preview de la carte de SummerSlam ce dimanche, avec pas moins de onze match annoncés.

SummerSlam c’est ce dimanche. Le pay-per-view désormais vendu comme le WrestleMania estival par la WWE aura lieu au Brooklyn Center de New York. Sur la carte, pas moins de onze matchs annoncés pour une durée totale de six heures de show — le kick-off de deux heures et le show principal de quatre heures.

SmackDown: une division féminine encore en construction

La division féminine de SmackDown est encore en chantier. Pas de titre, pas de storyline vraiment définie et même s’il y a eu un début de rivalité avec Eva Marie et Becky Lynch, le reste est un peu foutoir. Mais on peut se rassurer, puisque dans Talking Smack cette semaine Becky Lynch, Naomi et Natalya étaient présentes aux côtés de Daniel Bryan pour lui demander un titre et plus de temps d’antenne. C’est une étrange manière de teaser le futur de la division féminine du show bleu mais c’est plutôt rassurant.

En attendant ce match ne s’est construit que lors de l’épisode de SmackDown Live de cette semaine. Eva Marie, qui n’avait pas pu se rendre à son match contre Naomi en début de show, est intervenue dans celui entre l’équipe de Becky Lynch et Carmella et celle de Natalya et Alexa Bliss. Naomi est arrivée pour s’en prendre à Eva Marie et deux clans se sont automatiquement formés, les faces contre les heels. Le match pour SummerSlam a été annoncé quelques minutes plus tard.

C’est peu mais la division féminine de SmackDown est sur la carte de SummerSlam et c’est sûrement ce qui comptait pour la WWE. Difficile de faire mieux de toute façon avec si peu de matière.


EDIT: Eva Marie ayant été suspendue ce jeudi pour une infraction à la Wellness Policy, le match qui n’a pas été retiré de la carte pourrait voir une catcheuse remplacer celle qui s’est encore trouvé un moyen de ne pas participer au combat de ce dimanche.


Parcours en sept étapes pour Cesaro et Sheamus

C’est le dernier match à avoir été annoncé à RAW et la rivalité n’est pas tellement la plus construite de la carte et reste assez classique. Presque dommage pour Cesaro, qui souffre vraiment de son passage à RAW. Mis à part son title-shot la semaine dernière à RAW pour le titre des États-Unis, il n’a pas eu beaucoup d’occasions d’être mis en avant et ce n’est pas ce match avec Sheamus qui va changer les choses.

Cesaro et Sheamus se cherchent depuis le match pour désigner un challenger au titre de champion Universal de la WWE et cette semaine à RAW pour Mick Foley ce fut la fois de trop. Le general manager a décidé de proposer un Best-of Seven Series entre les deux catcheurs. En gros, sept matchs sont prévus, étalés dans le temps, et le premier des deux à avoir battu quatre fois son adversaire remporte le tout. La dernière fois que la WWE avait programmé ce type d’affrontement c’était en 2005, entre Booker T (King Booker à l’époque) et Chris Benoit pour le titre des États-Unis. Ces deux catcheurs avaient par ailleurs déjà combattu dans ce genre d’affrontement en 1998 à la WCW pour le titre TV de la compagnie.

Heureusement les sept matchs n’auront pas lieu ce dimanche à SummerSlam, on ne connait pas encore le planning ni les stipulations prévues s’il y en a — on l’espère — sinon ça risque d’être très répétitif. Mais il n’est pas impossible par contre qu’au minimum deux manches soient joués ce dimanche.

Kevin Owens devra se méfier de Chris Jericho

C’est un peu le premier grand challenge d’Enzo Amore et Colin Cassady dans le roster principal. Tout a commencé une semaine après la victoire de Sasha Banks sur Charlotte pour le titre féminin dans un segment où les deux femmes ouvraient Monday Night RAW. Enzo Amore était venu soutenir Sasha Banks déjà en proie aux propos de Charlotte et Chris Jericho. Les quatre protagonistes ont participé à un match mixte par équipe et Enzo Amore s’est retrouvé malmené par Jericho. Il n’aura pas fallu longtemps à Colin Cassady pour intervenir en faveur de son coéquipier.

Sasha Banks et Charlotte reparties de leur côté Chris Jericho se retrouvait seul et avait donc besoin d’un partenaire pour pouvoir faire face aux realest guys in the room. C’est Kevin Owens qui est apparu à ce moment. Ce dernier semble avoir des comptes à régler avec Enzo et Cass, cela tombait donc plutôt bien. Et pour nous fans, une rivalité comme celle-ci ne se refuse pas tant elle apporte du bon catch et du segment micro de qualité.

Mais Kevin Owens va devoir faire attention, Chris Jericho semble avoir du mal à garder un partenaire en équipe de son côté, AJ Styles s’en souvient très bien. Le match de ce dimanche risque d’être intéressant.

C’est à propos de testicules

C’était la meilleure façon que la WWE a trouvé pour faire des blagues sur les testicules aux heures de grande écoute. Pour ceux qui ont loupé RAW ces dernières semaines on vous résume l’affaire rapidement : Karl Anderson et Luke Gallows ont blessé Big E (kayfabe) en lui frappant l’entrejambe dans l’un des poteaux du ring, puis sont apparus avec un bocal contenant selon eux les testicules de Big E qui souffrirait de « Ringpostitis », et ont annoncé cette semaine leur souhait de faire subir la même chose aux deux autres membres du clan.

Il y a quand même quelque chose d’assez déroutant là-dedans. Non pas que le fait d’entendre des blagues sur les testicules à RAW chaque semaine nous étonne — on en aurait presque l’habitude — mais c’est surtout que cette rivalité est à la base pour les titres de champions par équipe détenus par The New Day depuis assez longtemps pour ne pas que l’on puisse l’ignorer. La WWE a réussi à nous faire totalement oublier les ceintures.

On imagine pourtant assez bien ce dimanche les New Day perdre leurs titres, c’est du coup assez dommage que la rivalité ne les mentionne quasiment pas.

Apollo Crews privé de parole

Apollo Crews a beaucoup de chance d’avoir été drafté à SmackDown. Après des débuts difficiles dans le roster principal avant la séparation des brands, le voilà à SmackDown et challenger au titre de champion Intercontinental du Miz, une place remportée dans un triple menace contre Baron Corbin et Kalisto, qui semblent eux aussi partis pour s’affronter ce dimanche.

Mais Apollo Crews a un problème: il ne parle pas. Tout le contraire du Miz. Il en est capable, mais la WWE ne lui a pas laissé une seule seconde de micro durant cette rivalité qui n’avait déjà pas beaucoup de temps d’antenne. Dans l’épisode de SmackDown de cette semaine elle s’est même retrouvée pendant la pub juste après le Miz TV, ayant simplement droit à un replay de quelques secondes.

On n’attend pas grand chose du match entre Apollo Crews et The Miz, même si Crews est un excellent catcheur, se retrouver face au Miz n’est pas un cadeau. On ne serait par contre pas surpris de voir Apollo Crews repartir avec la ceinture ce dimanche, mais si c’est le cas il va falloir laisser parler le catcheur par la suite, un champion qui ne parle pas ce serait dommage.

Rusev contre Roman Reigns, les rôles encore inversés

Vous n’en avez certainement pas fini avec Roman Reigns. Celui-ci est devenu le challenger au titre de champion des États-Unis de Rusev et comme la WWE semble s’en servir comme du titre principal de la brand rouge en attendant le WWE Universal Championship — elle aurait mieux fait d’utiliser le titre féminin pour ça, histoire de casser certaines mauvaises habitudes — la rivalité fait le main-event.

Malheureusement cette rivalité est bookée avec les pieds. Là où elle aurait pu, en plus de donner du challenge solide à Rusev, permettre à Roman Reigns de conserver l’aura de main-eventer qu’il avait pendant son run de champion de la WWE, elle le ridiculise totalement. Les rôles ne sont même pas le bon sens. Officiellement Rusev est le heel, le méchant Bulgare champion des États-Unis et Roman Reigns est le face qui, inconsciemment dans l’esprit des fans est censé regagner ce « symbole américain ».

Mais les rôles se sont inversés, notamment cette semaine : Roman Reigns ne cessant de se moquer de Lana en des termes dignes de votre tonton Jacky après trois portos (ou de The Rock, c’est vous qui voyez), Rusev l’a défié pour se battre non pas pour le titre des États-Unis, mais pour l’honneur de Lana. Un bien beau geste, un geste de face. De son côté Roman Reigns est la grosse enflure qui vient gâcher la joie du couple. Dans n’importe quel série ou film Reigns serait le méchant de l’histoire, ici il est le gentil.

En plus de leur match de ce dimanche pour la ceinture Reigns et Rusev se sont donc affrontés ce lundi à RAW, ce qui est dommage car cela gâche un peu le côté inédit de la chose, les deux catcheurs ne s’étant pas encore affrontés en un contre un jusque-là. Mais le plus saugrenu là-dedans c’est que le catcheur qui vient pour défendre l’honneur de sa femme… perd.

Rusev semble être le perdant de l’histoire malgré tout. Et ce dimanche on ne serait pas étonné de voir Roman Reigns repartir avec sa ceinture.

AJ Styles veut devenir topstar à la place de la topstar

On ne va pas refaire toute la rivalité, vous la connaissez déjà depuis le temps qu’elle est lancée. C’est la désormais classique posterboy de la WWE contre l’indy guy. Mais on peut se plaindre de l’absence de construction ces dernières semaines. Évidemment comme elle dure depuis longtemps et qu’il fallait un match revanche, il n’y avait pas grand chose à ajouter, mais quand les deux protagonistes sont absents d’un show c’est embêtant.

Les deux précédents matchs ont vu d’abord AJ Styles gagner grâce à l’aide de Karl Anderson et Luke Gallows à Money In The Bank et l’équipe de John Cena, Enzo Amore et Colin Cassady l’emporter à Battleground. Mais ce dimanche c’est SummerSlam et il n’y a aucun enjeu. On n’est pas à l’abri d’une victoire de John Cena.

Randy Orton contre Brock Lesnar : le plus court possible s’il vous plaît

Elle est mal tombée, cette rivalité. Annoncé avant la draft elle aurait pu se dérouler principalement à RAW et on aurait trouvé ça normal. Mais entre temps la séparation des brands a eu lieu et Brock Lesnar s’est retrouvé à RAW tandis que Randy Orton est allé à SmackDown. De quoi déjà mettre à mal le « chacun chez soi » voulu par la draft. Résultat : on a vu Randy Orton intervenir par surprise en portant à RKO à Brock Lesnar à RAW tandis que Brock Lesnar est venu le lendemain porter son F-5 sur la Vipère à SmackDown.

Mis à part ça la WWE nous vent la rivalité comme si elle avait été construite ces quinze dernières années, comme bien expliqué dans une vidéo promo à base d’image d’archives et d’interviews croisées dans lesquelles Randy Orton parle du combat loyal qui aura lieu dimanche tandis que Brock Lesnar n’a qu’un projet : mettre en pièces Randy Orton. En gros.

Mais si le style brutal de Brock Lesnar peut plaire, celui de Randy Orton un peu lent risque de donner un match moyen. On est à la limite d’espérer qu’il ne dure pas trop longtemps histoire de ne pas trop souffrir.

Match équilibré entre Finn Bálor et Seth Rollins

Finn Bálor fait une entrée fracassante dans le roster de RAW. Drafté en juillet dernier, vainqueur d’un Fatal 4-Way et d’un main-event contre Roman Reigns à RAW, il se retrouve directement au lendemain de WWE Battleground challenger avec Seth Rollins au nouveau championnat de la WWE, le Universal Championship, qui deviendra le titre principal masculin à RAW.

Si dans le début de la rivalité Seth Rollins semblait avoir le dessus sur son Finn Bálor, ce dernier nous a sorti cette semaine la carte de son personnage de « Demon King », le même qu’il avait à NXT mais qui avait pendant ses premières semaines à RAW été mis de côté. C’est d’ailleurs sans doute pour cette raison que la WWE n’a pas attendu SummerSlam pour présenter le Demon King au public mais aussi et surtout à Seth Rollins, pour rétablir un peu le rapport de force entre les deux rivaux, pour ne pas que l’on parte avec la certitude que Rollins va gagner.

Assez difficile de déterminer qui repartira dimanche avec ce nouveau titre, même si Seth Rollins part favori de par son ancienneté et le fait qu’il ait déjà fait ses preuves en tant que champion — cette rivalité ayant d’abord pour but d’installer Finn Bálor durablement dans le main-event de RAW — une surprise est toujours possible.

Sasha Banks à son zénith

Sasha Banks est devenu championne à RAW au lendemain de Battleground un peu à la surprise de tous. Tout le monde imaginait le match entre les deux femmes et le sacre de l’ancienne catcheuse de la Team BAD avoir lieu à SummerSlam, histoire de marquer l’événement mais la WWE a pressé les choses de sorte à ce que Sasha Banks arrive championne à SummerSlam. Ce sera donc un match revanche qui nous sera présenté ce dimanche.

Ce match il faut le voir aussi comme une revanche de celui de WrestleMania 32, dans lequel Sasha Banks partait clairement favorite mais dont Charlotte est sortie championne de la WWE, titre porté pour la première fois par une catcheuse après le retrait du titre des Divas. S’en est suivi un longue absence pour Sasha Banks, d’abord à cause d’une mise à l’écart des écrans de la WWE puis d’une commotion cérébrale contractée en house-show. C’est à la fin du mois de juin que la catcheuse revient pour venir en aide à Paige et que la storyline est lancée.

Mais peu de surprises quant au résultat du match de ce dimanche : Sasha Banks ne peut pas perdre aussi rapidement son titre, et encore moins contre celle qui a déjà détenu le titre pendant de longs mois si l’on ajoute celui des Divas. Ce que l’on espère surtout c’est du spectacle, du catch féminin comme on en voudrait plus souvent.

Dolph Ziggler challenger parfait

C’est l’une des surprises de cette séparation des brands et de cette carte de SummerSlam. Voir Dolph Ziggler challenger au titre de champion de la WWE était encore inespéré il y a encore quelques semaines, et pourtant. C’est une remontée soudaine pour celui qui a galéré pendant plusieurs semaines face à Baron Corbin.

C’est d’ailleurs aussi la rivalité la plus intéressante et la mieux construite de cette carte, elle montre vraiment un Dolph Ziggler qui n’a qu’une envie : prouver qu’il est (toujours) capable de jouer dans la cour des grands. Bien que dommage pour Bray Wyatt parce que cela montre que la WWE n’a toujours rien de très intéressant pour lui, son utilisation aura permis de rendre encore plus crédible la place de challenger de Dolph Ziggler.

Il y a peu de surprises quant à l’issue du match de ce dimanche, Dean Ambrose n’est champion que depuis quelques semaines et tient bien le rôle, ce serait dommage d’y mettre déjà fin. Et puis même si Dolph Ziggler est le challenger parfait, on a du mal aujourd’hui à le voir en champion parfait.

Kickoff
Youtube/WWE Network – 23h heure française

– Sami Zayn & Neville contre les Dudley Boyz
– American Alpha, The Usos & The Hype Bros contre Breezango, The Ascension & The Vaudevillains
– Cesaro contre Sheamus

A noter qu’exceptionnellement le kick-off durera deux heures.

SummerSlam 2016
WWE Network – 1h, heure française / AB1 – 1h10 heure française

– Dean Ambrose (c) contre Dolph Ziggler — Match pour le titre de champion de la WWE
– Seth Rollins contre Finn Bálor — Match pour le titre de champion Universal
– Sasha Banks (c) contre Charlotte — Match pour le titre de championne de la WWE
– Brock Lesnar contre Randy Orton
– The Miz (c) contre Apollo Crews — Match pour le titre de champion Intercontinental
– 
John Cena contre AJ Styles
– Rusev (c) contre Roman Reigns — Match pour le titre de champion des États-Unis
– The New Day (c) contre The Club — Match pour les titres de champions par équipe
– Enzo Amore & Colin Cassady contre Chris Jericho & Kevin Owens
– Becky Lynch, Carmella et Naomi contre Natalya, Alexa Bliss et Eva Marie
– possible match : Baron Corbin contre Kalisto

Darren Fog
Auteur :
Fondateur et rédac-chef de VoxCatch.
Réglement concernant les commentaires