Edito

À l’approche d’UFC 203, soutenons un peu CM Punk

Soyons fous: soutenons un peu CM Punk à l'occasion de son combat à UFC 203 ce samedi.
cm-punk-ufc-203 © Esther Lin/MMA Fighting

Commencer une carrière en MMA après 35 ans ce n’est clairement pas une chose facile. Et pourtant c’est le défi que s’est lancé CM Punk, deux ans et demi après son départ fracassant de la WWE en janvier 2014. L’ancienne Straight-Edge Superstar va affronter le jeune Mickey Gall (24 ans) ce samedi à UFC 203.

Ses débuts ont été à de multiples reprises reportés, soit parce qu’il n’était pas prêt à franchir le seuil de l’Octagon ou à cause d’une blessure au dos qui a nécessité une opération à l’automne dernier. Mais cette fois c’est acté, il fera ses débuts ce samedi, plus moyen de faire demi-tour.

Un changement de carrière mal accueilli

Cette envie de se lancer dans le MMA n’a pas été très bien accueillie par les fans de catch, qui pour certains lui en veulent encore d’avoir claqué la porte de la WWE. Ses difficultés à l’entrainement largement relayées par les médias que ce soit du catch ou des arts martiaux mixtes n’ont pas aidé à les faire changer d’avis. « On est d’accord qu’il va se faire démonter, hein ? » peut-on lire ou entendre aisément dans toutes les discussions sur le sujet.

Quand CM Punk a annoncé son envie de se lancer dans le MMA et une fois signé à l’UFC beaucoup de passionnés de la discipline n’ont pas apprécié ce tournant de carrière, notamment parce que l’ancien catcheur n’avait jamais combattu de sa vie, mais qui plus est n’avait jamais fréquenté de salle d’entrainement de MMA. Le parcours idéale d’un combattant signé à l’UFC passe généralement par divers arts martiaux, du MMA en amateur, puis en pro dans des plus petites compagnie et c’est là qu’il se fait repérer par l’UFC.

Pour sa défense les même critiques ont été faites en 2008 quand Brock Lesnar a été signé dans la compagnie de Dana White. Certes plus jeune (30 ans à l’époque), Lesnar n’avait à son palmarès qu’un seul combat (gagné) à la K-1 Hero’s, une ancienne compagnie qui regroupait plusieurs sports de combats dont le MMA. La suite de sa carrière on la connait, une victoire lors son second match chez Dana White et il se voit offrir un title shot face à Randy Couture, qu’il gagne.

En signant CM Punk, l’UFC savait très bien ce qu’elle faisait en 2014 : profiter d’un côté d’un nom suffisamment reconnu dans la culture populaire pour que des gens regardent le combat et que celui-ci intéresse bien au delà des fans de MMA, et de l’autre elle rend service à une personne qui souhaitait tenter une carrière dans ce milieu. Ce qui viendra après en dira suffisamment sur l’attitude des deux parties.

Des craintes compréhensibles

Mais ces critiques peuvent aussi cacher certaines craintes de voir une personnalité qui s’est battu sur des rings de catch pendant une quinzaine d’années et qui est devenu un héro pour beaucoup de fans et voire un modèle pour pas mal de catcheurs aujourd’hui, se faire battre aisément et sous de vrais coups, cette fois.

En février les nouvelles n’étaient pas bonnes, ses entrainements ne se passaient pas super bien et même si l’histoire des quinze combats test perdus s’est avérée être fausse, il n’en a eu que deux vrais et confirmés et il n’en a gagné qu’un seul. Aussi lors de ses entrainements l’ancien catcheur s’est brisé une vertèbre et un disque, le forcer à reporter une nouvelle fois ses débuts dans l’Octagon. Plus récemment il avait dû ralentir après une autre blessure à l’épaule.

CM Punk va aussi devoir se méfier de son adversaire, Mickey Gall. Celui-ci n’a beau avoir que 24 ans, il n’en reste pas moins une menace. Ce sera son cinquième combat, le troisième dans le milieu MMA professionnel. Il n’en a perdu aucun des quatre derniers. Et ce n’est pas tout, ces quatre combats n’ont jamais dépassé les trois minutes. Les trois derniers ont été remporté par soumission (grâce à un Rear-Naked Choke).

Encore cette semaine CM Punk semblait avoir eu quelques difficultés à suivre la diète imposée pour perdre du poids afin de pouvoir combattre ce samedi dans la catégorie poids mi-moyen. « Ma diète est, comment dire, ce n’est pas une chose amusante à faire. Ceux qui sont passés par là le savent. Je ne vais pas dire que cela a été super génial ou désastreux non plus, pour que vous compreniez. Je me sens plutôt bien. Je me sens bien. Je suis là, j’ai repris des couleurs (…) ».

Une perte de poids assez impressionnante que l’on a pu remarquer lors des faces à faces ce jeudi:

Duke Roufus, son entraîneur, se veut rassurant

Il y a quand même des raisons de se rassurer. Dans les épisodes d’Evolution of Punk, un documentaire en trois parties réalisé par l’UFC et diffusé à la télévision américaine, on a pu voir un CM Punk assez « amateur » à l’entrainement. Mais ce documentaire a été filmé il y a quasiment un an, et depuis l’ancien catcheur semble avoir progressé à l’entrainement.

Récemment son entraîneur, Duke Roufus, expliquait  à quel point CM Punk s’améliorait considérablement. « Il peut frapper, il a un sacré coup de poing. Il peut faire mal. » raconte l’entraineur au site MMA Mania. « Mais chaque jour il s’améliore. Encore l’autre jour, il a réussi à mettre à terre un bon lutteur. Il soumet des types, ça me surprend de le voir soumettre. Il s’améliore étape par étape ». Roufus expliquait aussi que cela a pris du temps à CM Punk de s’habituer à enchaîner les coup après en avoir pris. « Dans l’apprentissage des coups on apprend aussi le fait que l’on puisse en prendre en retour ».

« C’est une personne très dévouée. C’est ce qui a fait de lui un des meilleurs de sa précédente carrière » conclut son entraîneur. « Les gens qui sont au top de n’importe quelle carrière ont les caractéristiques de travail et d’entraînement d’élite que la plupart des gens n’ont pas. »

Des soutiens aussi dans le milieu du catch

Il n’y a pas que du côté de son entraîneur qu’il peut compter sur du soutien. Dans le milieu du catch on trouve des gens qui sont de son côté, comme Seth Rollins récemment:

C’est un mec qui a supporté beaucoup pendant longtemps. Il est l’un des premiers mecs de l’indy à avoir réussi à faire bouger le roster principal à la WWE et a ouvert la voie pour Daniel Bryan, moi, Dean Ambrose, Cesaro et tout ces gens… Dites ce que vous voulez à propos de son attitude et de ses relations avec [la WWE] actuellement, mais je lui souhaite le meilleur et j’espère qu’il réussira, peu importe qu’il y ait victoire, défaite ou draw.

Même Ryback, avec qui CM Punk n’a que rarement eu de bonnes relations à l’époque de leur carrière respective à la WWE et notamment pendant leur rivalité en 2013, est là pour le soutenir:

D’un point de vu humain, il montre du courage pour faire quelque chose que la majorité des gens sur cette planète ne fera jamais (…). Je respecte le fait qu’il ait envie de se tester et qu’il ait le courage de le faire. Pour cette raison, même si je ne lui pardonne pas ce qu’il a dit à propos de moi, je veux qu’il réussisse. N’importe quel homme peut en battre un autre n’importe quand, alors j’espère qu’il arrivera à faire ce dont il a envie et ce sera tout.

Ou encore Mick Foley, dans une vidéo qui lui est directement adressé et diffusé sur Facebook par l’UFC cette semaine:

Je voulais juste te dire que je suis de ton côté. Beaucoup de gens sont de ton côté, beaucoup sont contre toi aussi, mais je sais que tu es le genre de gars qui adore vraiment prouver au gens qu’ils ont tort et je sais que rien n’est certain, que ce soit dans la vie ou à l’UFC. Mais s’il y a une chose sur laquelle je parierais, c’est que victoire, défaite ou match nul, tu vas donner tout ce que tu as là bas dans l’Octagon. Je suis fier de toi, et je sais que tu vas gérer

Paul Heyman racontait également récemment que cette envie de franchir le cap du MMA était un rêve qui datait de bien avant son départ de la WWE en 2014 : « Dans chaque conversation que j’ai pu avoir avec CM Punk quand il était encore à la WWE, il rêvait de faire du MMA. Il voulait un changement de carrière, passer du divertissement sportif à une carrière à temps complet en MMA ». 

On peut se mettre à critiquer le fait qu’un type déjà rincé par une carrière de catcheur de plus de quinze ans se lance dans le MMA et trouver ça fou. On plaidera coupable nous aussi de faire partie des gens qui n’y ont pas cru, mais on ne pourra pas nier le courage d’avoir été au bout de ce qu’il souhaitait.

Dans une interview avec le site MMA Fighting il se veut relativisant.  « Le but évidemment, c’est d’avoir la main levée. » dit-il. « Je pense que si tu vas là-bas avec ton lot de pensées négatives, tu as déjà perdu. Je mérite d’être là. Mon équipe mérite d’être là. Et je suis confiant concernant ma préparation. Mais rien que de mettre un pied dans l’Octagon c’est une victoire. Pouvoir s’hydrater et manger le vendredi [après la diète et la pesée officielle, ndlr], c’est une victoire. C’est comme ça que je vois les choses ».

Ceci étant dit, lui même saura se rendre compte une fois le combat de ce samedi passé s’il peut continuer ou pas.

Darren Fog
Auteur :
Fondateur et rédac-chef de VoxCatch.