Top 200

Top 200, de 200 à 191 : Voltige et violence

WWE

C’est parti pour ce premier volet du top 200. Dans ce premier numéro nous allons visiter trois continents, assister à pas mal de spotfests et de violence. La voltige aura la part belle avec un des trois affrontements entre deux anciens luchadors de la WWE et un dream-match entre Britanniques ayant eu lieu très récemment. Rappel, les critères et la présentation de ce top ont été détaillés ici.

#200 : CM Punk contre Raven — Dog Collar match

19 Juillet 2003 – ROH Death Before Dishonor

On commence ce classement par une des rivalités les plus sanglantes du circuit indépendant actuel mais encore naissant à l’époque. Cette rivalité introduit un tout jeune CM Punk jouant la carte du heel Straight Edge à 200% face à l’ancien drogué alcoolique Raven et qui s’étendra sur un an et trois principales fédérations (Ring of Honor, TNA & MLW). C’est à la ROH que l’on assistera aux matchs les plus marquants de cette rivalité qui mêlera aussi Colt Cabana, Ace Steel et BJ Whitmer.

Ce match est assurément le meilleur de cette série et la stipulation du Dog Collar (chaque catcheur porte un collier de cuir et sont reliés par une chaîne en métal) donne lieu à de très violents spots où les fronts des 2 catcheurs se retrouvent vite souillés de sang. L’action se déroule beaucoup dans la foule et autour du ring, les coups de chaises résonnent très fort, la foule est à 100% derrière Raven encore tout frais de son départ de la WWE 6 mois auparavant. La fin du match voit énormément de catcheurs intervenir comme Tommy Dreamer, Colt Cabana, Danny Doring et malgré la victoire finale revenant à CM Punk, ce dernier fini attaché aux cordes pour ce qu’on pense être un remake du « chair shot hear around the world » de Dreamer sur Raven, mais les deux anciens rivaux de la WWE préfèrent verser plusieurs gorgées de bière dans le gosier du nouveau combattant de l’UFC. Un vrai match charnière pour la ROH car il a attiré énormément d’yeux sur cette petite fédération qui pointait seulement le bout de son nez à cette époque.

Note WON : non noté – Note Cagematch : 7.58

#199 : Bam Bam Bigelow contre  Taz (c) — Titre FTW World Heavyweight, Falls Count Anywhere

2 Août 1998 – ECW HeatWave 1998 à Dayton, Ohio

Ce match est pour le FTW World Heavyweight Title créé et détenu par Taz, car le champion Heavyweight Shane Douglas est blessé et ne peut défendre son titre. Bam Bam Bigelow, ancien champion poids-lourds et actuel partenaire de Shane Douglas dans le Triple Threat avec Chris Candido et Francine. Les deux catcheurs s’étaient affrontés en mars 1998 lors de Living Dangerously pour le titre suprême d’où Bam Bam était ressorti vainqueur.

Le match en lui même est une bagarre brutale ou Taz no-sell une powerbomb dans les premières secondes du combat. Le match en lui-même est un sacré brawl dont 90% se passe dans le public avec pas mal de projections assez violentes directement sur le sol. Bien entendu, ce match se retrouve dans ce classement pour le spot de fin où les 2 catcheurs passent à travers la rampe d’entrée d’où Taz émerge comme un vrai tueur avant de soumettre Bam Bam à quelques centimètres des cordes et de toiser du regard Shane Douglas qui était aux commentaires.

Note WON : *** 3/4 – Note Cagematch : 7.81

#198 : Yoshinobu Kanemaru & Takashi Sugiura contre Naomichi Marufuji & KENTA (c)

05 Juin 2005 – NOAH : Navigation with Breeze (15ème journée) à Sapporo, Japon

Premier des nombreux combats de KENTA dans ce classement, il s’agit d’une défense du titre Junior Heavyweight Tag-Team de la NOAH en équipe avec Naomichi Marufuji. Lui et son partenaire étaient les premiers détenteurs de ces ceintures depuis juillet 2003. Impensable de nos jours d’imaginer une équipe bookée de manière aussi forte avec des ceintures sans perdre ses non-title matchs chaque semaine – N’est-ce pas, le New Day ? À ce titre on peut noter l’énorme influence du booking de la NOAH sur Gabe Sapolsky et sa manière de booker la Ring of Honor, et par la suite Dragon-Gate USA. L’équipe de KENTA et Marufuji est excellente car le high-flying de Marufuji se marie à merveille avec la force brute des frappes pieds et genoux de celui qu’on connaît à présent sous le nom d’Hideo Itami, fréquent visiteur de l’infirmerie du performance center.

Kanemaru et Sugiura font ici figures de challengers super crédibles et trouvent à chaque fois réponse aux offensives de leurs adversaires. À noter les présences de Minoru Suzuki aux commentaires et de Yoshihiro Takayama au bord de la rampe d’entrée, ce qui donne un aspect vraiment important au match, ainsi qu’un tout jeune Eddie Edwards aux abords du ring. On a droit ici à 35 minutes d’action pure, de prises exceptionnelles en terme d’impact et une séquence finale très intense. Les quatre catcheurs travaillent tout le début du match afin de bâtir ces dix dernières minutes et leur boulot est admirable. C’est Sugiura qui porte le coup final avec un Olympic Slam de la troisième corde sur KENTA devant un public bouillant qui montre tout son respect pour les nouveaux champions qui garderont ces ceintures pendant près d’un an.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 6.43

#197 : Hayabusa & Jinsei Shinzaki contre Rob Van Dam & Sabu (c) — Titres de champions par équipe de l’ECW

02 Aout 1998 – ECW HeatWave 1998 à Dayton, Ohio

Hasard qui se passera très rarement dans ce classement, deux matchs de la même carte sont dans le même article. Concept original avec les champions qui défendent contre des invités d’une autre fédération, la FMW japonaise en l’occurrence. Hayabusa ayant déjà croisé la route de Sabu au Japon, il y a une légère rivalité tout de même. C’est un petit dream match car Sabu et RVD sont immensément populaires à cette époque, Hayabusa était déjà un catcheur culte aux débuts de l’internet et Shinzaki faisait figure d’ancien de la WWF (sous le personnage de Hakushi).

Joey Styles mentionne toutes les manœuvres aériennes de Hayabusa – 450° splash, Shooting Star, Phoenix Splash, etc – d’entrée. Pour être honnête, ce match se retrouve dans ce classement pour ses allures de confrontations entre les 2 fédérations underground les plus over du moment. La FMW de Hayabusa, Onita et Mr Pogo et la ECW et RVD, Taz et New Jack étaient les fédérations hardcore ultimes. Le début de match est très lent avec beaucoup de poses, quand le combat s’emballe beaucoup de tables et de chaises entrent en jeu. Pas mal de spots ratés, peu de psychologie, mais un combat très très fun à regarder. RIP Hayabusa.

Note WON : non noté – Note Cagematch : 8.11

#196 : Sasha Banks contre Becky Lynch vs Bayley vs Charlotte (c) — Titre de championne de NXT

11 Février 2015 – NXT Takeover : Rival à Orlando, Floride

Match extrêmement symbolique entre les 4 Horsewomen de NXT. Même si d’autres femmes sont à créditer du changement dans le traitement du catch féminin à la WWE, ce match est vraiment parlant dans la manière de présenter la division. C’est aussi intéressant de voir à quel point les personnages – et les couleurs de cheveux – ont évolués en 18 mois. Charlotte en particulier qui n’était qu’une simple athlète avec très peu de personnalité et qui est maintenant quasiment la top heel de RAW (voire de la WWE).

Le match en lui-même est excellent quand on considère les standards du catch féminin à la WWE, mais s’appuie parfois un peu trop sur les spots. Bayley qui était de loin la moins mise en avant est apparue très crédible lors de ce match. Énormément d’histoires sous-jacentes dans ce combat car toutes les lutteuses étaient liées ensemble par des anciennes alliances (Sasha et Charlotte dans les BFF avec aussi Bayley, Becky et Sasha alliées ensuite contre Charlotte). Peut-être pas le meilleur match féminin de NXT, mais le plus marquant car Charlotte abandonne sur le Banks Statement et laisse la ceinture à Sasha pour son premier titre à la WWE.

Note WON : **** – Note Cagematch : 8.36

#195 : Will Ospreay contre Zack Sabre Jr

01 Avril 2016 – EVOLVE 58 à Dallas, Texas

Techniquement le meilleur match du Mania Weekend 2016, cet affrontement s’est déroulé lors du EVOLVE 58,  le même soir que Sami Zayn vs Shinsuke Nakamura. Zack Sabre Junior était dans son « Best in The World Challenge Series » qui l’avait vu affronté Johnny Gargano, Chris Hero, Matt Riddle, Drew Gulak et Will Ospreay successivement – booking génial encore une fois Gabe Sapolsky pour crédibiliser un catcheur. Ce dernier faisait encore figure à 22 ans de gigantesque espoir et était encore à cette époque autorisé à figurer sur les cartes de WWN Live. Là encore, le booking de Gabe Sapolsky se fait ressentir car ce spotlight donné à la scène anglaise en plein boom lors du Mania Weekend ressemble en tout point à celui donné à la Dragon-Gate lors du premier Mania Weekend lorsqu’il bookait la ROH en 2006 avec Do Fixxer vs Blood Generation – qui sera revu plus tard dans ce classement, ce qui fût la génèse de la Dragon-Gate USA – elle-même génèse de EVOLVE.

Ce match est tout bonnement incroyable. Contres après contres, renversements après renversements, les flips de Will Ospreay répondent aux transitions et soumissions impressionnantes de ZSJ. Il y a certains matchs qui paraissent parfaits dans leur exécution, et c’en est un. Chaque mouvements, chaque prise, chaque saut est à la bonne place et au bon moment, les commentaires de Lenny Leonard et Rob Naylor sont parfaits, la foule est scotchée à l’action. Ce match EST spécial et ça se sent d’entrée. Les 2 dernières minutes sont époustouflantes avec Zack Sabre Junior qui l’emporte avec une double armbar dégoûtante de réalisme. Si vous n’avez pas été convaincu par ZSJ lors du Cruiserweight Classic, regardez ce match, il apparaît réellement comme un catcheur pouvant battre n’importe qui.

Note WON : non noté – Note Cagematch : 8.39

#194 : Kurt Angle contre Shane McMahon — Street Fight

24 Juin 2001 – WWF King of The Ring 2001 à East Rutherford, New Jersey

Un match dont tout le monde se souvient pour deux spots absolument impressionnants. Kurt Angle en cocky heel entre en rivalité contre Shane McMahon qui est encore babyface pour quelques semaines après avoir sauvé la WCW des mains de son père. Les deux s’échangent pas mal de bassesses et de souplesses au fur et à mesure des semaines. Il s’agissait du troisième match de l’année pour Shane après ses matches à Wrestlemania contre Vince McMahon et Big Show à Backlash.

Déjà on peut noter que ce Street Fight a lieu en pleine période « hardcore » à la WWF, et malgré tout il se trouve tout en haut du classement en terme de violence. Énormément d’armes sont utilisées : poubelles, bâtons de kendo, planches, couvercle de poubelle… On peut s’étonner à quel point Shane contrôle une grande partie du combat après une phase de domination très technique de Kurt Angle d’entrée. Shane se sachant désavantagé face à un catcheur accompli prend l’avantage avec les accessoires à sa portée. Alors qu’il manque une Shooting Star Press et retombe sur une poubelle, le combat dérive sur la rampe d’entrée ou Kurt fait passer Shane à travers les vitres du décor avec des belly-to-belly suplex après plusieurs tentatives. Difficile de dire si ce sont les tentatives ou les souplesses réussies qui font le plus mal. Après un comeback, Shane perd sur un Angle Slam de la 3ème corde. Kurt Angle participera encore à 2 autres match du tournoi King of the Ring plus tard dans la soirée pour perdre en finale face à Edge. Shane, quant à lui quitte le ring sous les applaudissements de la foule. Certainement le meilleur match de sa carrière.

Note WON : **** – Note Cagematch : 8.85

#193 : Vader contre Cactus Jack — Texas Death Match

24 Octobre 1993 – WCW Halloween Havoc 1993 à Nouvelle Orleans, Louisianne

Vader est à l’époque champion poids-lourds WCW, mais ce match n’est pas pour la ceinture. C’est un affrontement entre une brute épaisse terrifiante et un cinglé qui n’a peur de rien. Visuellement le match est parfaitement mis en place, Vader arrive accompagné d’Harley Race en beuglant face à la caméra, et Cactus Jack l’attaque immédiatement. La règle complètement débile du match en altère grandement le rythme. Après chaque tombé, l’arbitre décompte 10 comme pour un knockout, mais si le catcheur se relève il a droit à 30 secondes de repos…

Le match est exceptionnellement stiff, avec des coups de chaises sur le crâne de Vader dont les coups d’avants-bras sont criants de réalisme. Les deux catcheurs saignent abondamment dès les cinq premières minutes du combat. Visuel incroyable de voir Vader sortir de sa propre tombe le visage rouge écarlate après que Foley l’y ait emmené. Les bumps de Foley sont impressionnants et la légende raconte qu’il a délibérément essayer de se rendre invalide pour toucher une assurance-vie à la suite d’un potentiel arrêt de sa carrière. A noter qu’il se perce un rein sur une chute sur la rampe. La fin est par contre anti-climatique avec Harley Race qui tazze Cactus Jack au niveau de la cuisse pour l’empêcher de se relever. Un combat qui a peut-être mal vieilli mais toujours agréable à regarder. A noter dans ce pay-per-view une IMPROBABLE intro de Tony Schiavone à voir absolument.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 7.37

#192 : Psicosis contre Rey Mysterio Jr

13 Décembre 1995 : WAR Super J Cup 1995 à Tokyo, Japon

Un des nombreux affrontements entre ces deux catcheurs (20 en 3 ans et demi) et leur premier hors du continent américain. Ce combat ne fait pas partie du tournoi Super J Cup, d’ailleurs on peut voir autour du ring les autres participants comme Ultimo Dragon ou Damian 666. C’est assez frappant de voir à quel point Rey Mysterio Jr a pris du muscle au cours des années. Psicosis joue ici le rôle du rudo (méchant) à merveille, permettant à Rey Mysterio de briller avec sa voltige et ses prises impressionnantes. À noter la magnifique top rope leg drop de Psicosis.

Combat assez rapide, moins de dix minutes mais c’est réellement une exhibition du style Lucha Libre pour le public japonais. Une partie de l’action se déroule à l’extérieur mais ça reste très spectaculaire. A noter un springboard sommersault senton de Rey Mysterio Jr sur Psicosis et un sensationnel hurrincarana de Rey qui saute de la 3ème corde sur son homologue qui se trouvait à l’extérieur du ring. Super match, mais les deux catcheurs en auront d’encore meilleurs plus tard.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 7.47

#191 : Shawn Michaels (c) contre Marty Jannetty — Titre Intercontinental de la WWF

19 Juillet 1993 – WWE Monday Night RAW Au Manhattan Center de New York

Match de l’année 93 pour le Pro-Wrestling Insider, c’est la conclusion de la rivalité entre anciens partenaires dans l’équipe des Rockers. D’ailleurs Jannetty entre encore sur le ring avec la musique et l’accoutrement de son ancienne équipe. Le match est commenté par un Vince McMahon sur-caféiné, l’hilarant Bobby Heenan et Randy Savage à 450% derrière Marty. Shawn est lui accompagné de son garde du corps Diesel, à la nuque allemande improbable.

Le match est très rythmé et Marty Jannetty a énormément l’offensive. C’est à noter que si tôt dans la carrière de Shawn Michaels, les moments ou il mène le combat sont assez ennuyeux. L’influence de Ric Flair sur le Heartbreak Kid est flagrante à certains moments comme sur les spots où il est projeté dans les coins. Le combat se déroule en deux parties et on croit à la victoire de Jannetty mais Michaels avait un pied sur la corde. On regrette la fin anti-climatique avec Jannetty qui perd sur une simple chute à l’extérieur. Un combat qui a un peu vieilli encore une fois, il faut l’avouer.

Note WON : **** 3/4 –  Note Cagematch : 7.48

C’est fini pour cette semaine, en espérant que vous ayez apprécié ces combats. La semaine prochaine fera la part belle aux années 90 en grande majorité et là encore une partie se déroulera au Japon, avec un crochet par l’ECW et la WWF.

Auteur :