Actualité

« Héroïnes », une mini-série à voir ce jeudi sur Arte

Arte

Ce jeudi Arte va diffuser une mini-série qui devrait intéresser les fans de catch. « Héroïnes », réalisée par Audrey Estrougo, suit le parcours de quatre femmes vivant en banlieue parisienne, où la vie se fait de plus en plus difficile avec la crise, le chômage et la montée du racisme.

Céline, Selma, Nathalie et Agathe habitent une ville de banlieue et essaient toutes de s’en sortir alors que la crise n’épargne personne. La fermeture de l’usine de lingerie féminine met en péril l’économie de la ville. La joie de vivre laisse place au chômage et à une fracture sociale de plus en plus béante, une aubaine pour le Parti National. Les ouvrières de l’usine réagissent et organisent un tournoi de catch féminin. Les destins des quatre amies vont alors chavirer…

Dans cette série, la réalisatrice utilise ainsi le catch pour sa fonction première: s’échapper de la réalité pour imaginer un monde dans lequel les gentils se battent et gagnent contre les méchants, faisant le parallèle avec le milieu ouvrier face au monde impitoyable du patronat. 

« J’avais envie de parler de la désindustrialisation qui touche encore notre pays, de politique, et de femmes qui se battent, le tout sur un ton un peu loufoque » raconte la réalisatrice au journal Le Monde. « Avant que le football ne soit diffusé à la télévision, le catch était le sport le plus regardé dans les ­milieux ouvriersCet aspect populaire m’intéressait et reste une belle ­métaphore de ce que vivent les personnages. »

« Girl Power », mais sans revendication

Pour jouer le rôle de ces quatre femmes, la réalisatrice a fait appel à Marie Denarnaud, Naidra Ayadi, Marie-Sohna Condé, mais aussi Romane Bohringer qui se place en leader du quatuor. « Quand j’ai lu le scé­nario, j’ai découvert une écriture engagée, moderne, qui proposait des personnages de femmes combatives, singulières, ancrées dans une réalité très actuelle » raconte l’actrice à Arte Magazine. « Héroïnes se situe dans une mouvance ‘Girl Power’, mais sans adopter une posture de revendi­cation. Ces femmes sont belles, courageuses, mais les hommes aussi ! »

Audrey Estrougo n’est pas la première à utiliser le catch pour se battre contre les dérives de la société. Dans un registre plus comique, on se souvient des Reines Du Ring de Jean-Marc Rudnicki dans lequel ici aussi quatre femmes employées d’une grande surface se lançaient dans une carrière de catcheuse. Mais pour « Héroïnes », la réalisatrice assume plus s’être inspirée de The Full Monty de Peter Cattaneo.

« Héroïnes » est une mini-série en trois épisodes diffusés ce jeudi 16 février sur Arte à 20h55 et déjà disponible en ligne sur le site de la chaîne.

Cliquez pour commenter

Articles populaires

En haut