Monday Night RAW

RAW du 20 février : Résumé et résultats

WWE

Au programme de cet épisode de Monday Night RAW un nouveau Kevin Owens, une signature de contrat pour les cruiserweights, un titre féminin en suspend et un main event difficile à digérer.

Kevin Owens seul et confiant contre Goldberg

Kevin Owens ouvre Monday Night RAW assis sur une chaise au milieu du ring éclairé par un projecteur. Le reste de la salle est plongé dans le noir et le ton se fait plus grave qu’à l’habitude.

Le champion Universal de la WWE nous montre un visage que l’on n’avait pas vu depuis longtemps, le ton plus grave que ces derniers mois. Il passe vite fait sur sa trahison de Chris Jericho de la semaine dernière en disant que même sans Jericho il s’en sortira face à Goldberg.

Il s’adresse justement longuement à Goldberg en lui disant qu’il ne l’a jamais impressionné et qu’il sait exactement ce à quoi il doit s’attendre et ce qu’il doit faire contre lui. Owens devra selon lui durer plus longtemps dans le match que Goldberg, pointant du doigt le fait que ses matchs ont toujours été courts.

Et alors que l’on croit qu’il va de nouveau nous parler de Chris Jericho, il s’arrête soudain et lâche le micro à terre.

On regrette toujours le duo Jericho et Owens, mais ce Kevin Owens là est tellement bon que l’on pardonnerait presque la fin de cette amitié.

Enzo et Big Cass se rapprochent des titres par équipe

Premier match de la soirée avec un enjeu : celui de la place de challengers aux titres de champions par équipe de RAW lors du pay per view Fastlane le 5 mars prochain. Enzo et Big Cass affrontent Cesaro et Sheamus. Malgré l’uppercut de Cesaro sur Enzo et que ce dernier ait été envoyé violemment à l’extérieur du ring toujours pas Cesaro, Enzo et Cass remportent le match.

Enzo prend le micro pour narguer Cesaro et Sheamus quand ce dernier surgit pour lui envoyer un Brogue Kick. Enzo est décédé trois fois pendant ce match et ce segment.

En coulisse Kevin Owens, qui quitte la salle, est rattrapé par Mick Foley qui lui dit qu’il ne peut pas partir ainsi. Il a un match ce soir… contre Sami Zayn. Encore Sami Zayn.

Mick Foley est maintenant dans son bureau dans lequel se retrouvent les actuels champions par équipe Luke Gallows et Karl Anderson, ainsi que Roman Reigns. Après leur match de la semaine dernière il y a toujours de la tension entre les trois, Mick Foley propose alors à Roman Reigns de se trouver un partenaire pour avoir le droit à un match contre le Club lors de cet épisode. Mais comme Roman Reigns sait qu’il est fort, il dit qu’il n’a pas besoin de partenaire. Quel homme.

Les cruiserweights de plus en plus délaissés

Premier point cruiserweight de cet épisode de RAW : Brian Kendrick affronte finalement Akira Tozawa après les quelques semaines durant lesquelles Kendrick voulait voir Tozawa comme protégé. On s’étonne d’abord qu’ils n’aient pas gardé ce match pour 205 Live, mais on comprend vite qu’il n’aura pas lieu puisque Kendrick attaque Tozawa avant de quitter l’arena.

Ayons tout de même une petite pensée pour le staff technique de la WWE venu changer les cordes du ring pour deux minutes de segment. Les matchs/segments des cruiserweights se font de plus en plus courts, il serait peut-être temps de réfléchir à une nouvelle utilisation de la division des poids-moyens avant que cela devienne réellement ridicule.

Roman Reigns combat donc de nouveau comme la semaine dernière Luke Gallows et Karl Anderson dans un match handicap. Reigns ne bat pas les champions mais c’est tout comme. Après avoir été dominé par Gallows et Anderson celui-ci reprend le dessus et se met à les attaquer avec une chaise. Évidemment l’arbitre arrête le match mais Reigns continue le massacre. Reigns vient de massacrer les champions par équipe, de quoi donner une superbe image de la division par équipe de RAW qui n’est déjà pas très glorieuse.

Les Russes ont hacké les Américains… pour de la crème glacée

Le New Day vient pour nous annoncer quelques nouvelles. Xavier Woods est fier de nous dire que sa chaine Youtube Up Up Down Down a dépassé le million d’abonnés et qu’il présentera la cérémonie des SXSW Awards. En plus de ça, le New Day annonce qu’ils « présenteront » WrestleMania 33.

Mais ce qui suit est encore très malin. Alors qu’ils nous annoncent qu’ils ont réussi à récupérer les plans des crèmes glacées qu’ils s’apprêtent à lancer, Lana leur annonce qu’elle a hacké les plans. Oui, on a bien eu le droit à un segment avec des (presque) Russes qui ont hackés des Américains. On ne l’avait pas vu venir celui-là.

Kofi Kingston et Big E sont opposés ensuite à Rusev et Jinder Mahal. Pendant ce temps autour du ring Xavier Woods tente tout pour récupérer l’iPad sur lequel Lana a récupéré les plans des crèmes glacées. Il y parviendra en surprenant Lana d’un coup de trombone avant de détruire l’iPad — au lieu de jeter les plans dans la corbeille et de la vider. Aucun respect pour la technologie. Le New Day ont gagné le match, sinon.

Signature de contrat à l’anglaise

Les cordes violettes sont de retour car Jack Gallagher et Neville vont signer le contrat pour leur match à Fastlane le 5 mars prochain dans lequel le champion cruiserweight défendra son titre. Neville arrive et signe le contrat avant de partir. Gallagher l’interpelle et lui demande de rester, il a amené du thé et des biscuits.

C’est justement ce que dénonce Neville, il n’aime pas la caricature anglaise qu’est Jack Gallagher, celle que les Américains pensent être réelle. Assez étonnant de donner raison à un heel quand même.

Gallagher se défend de jouer un gentleman, il est réellement un gentleman, il a été élevé ainsi. Il dit ensuite que le problème de Neville, c’est qu’il se prend pour un roi alors qu’il n’en a pas la stature. La table vole enfin et les deux catcheurs se battent. Menacé par un parapluie, Neville s’enfuie finalement.

Nia Jax affronte Heather Monroe, une catcheuse indépendante locale. Nia Jax gagne le match sans problème, évidemment. Elle annonce son intention de concourir pour le titre de championne de RAW.

Pour le Black History Month la WWE a préparé ce lundi un clip vidéo qui loue Barack Obama. On ne sait pas ce qu’il se passe dans les couloirs de la WWE mais après le segment sur les hackeurs russes plus tôt dans cet épisode on est perdu.

Bayley ne veut pas lâcher sa ceinture

Bayley, désormais championne de RAW depuis la semaine dernière après avoir battu Charlotte Flair, arrive pour célébrer sa victoire de la semaine dernière, dire du bien de la Californie et nous raconter un peu sa jeunesse avant de nous dire qu’elle a passé la meilleure semaine de sa vie.

Mais dommage : Stephanie McMahon débarque et on sent tout de suite que ce n’est pas pour des félicitations. Elle vient la faire culpabiliser parce qu’elle n’a pas gagné par ses propres moyens mais grâce à l’aide de Sasha Banks. Elle lui demande alors de rendre le titre. Sasha Banks arrive pour l’en dissuader, en lui disant d’écouter le public mais cela semble sans succès. On imagine alors Bayley accepter de rendre le titre et céder devant les tentatives de culpabilisation de Stephanie McMahon, mais Bayley décide de conserver le titre, disant que rien ne lui retirera le titre.

Charlotte Flair arrive alors pour expliquer qu’à Fastlane, « la reine des pay per views » — ça ressemble à un nom de vendeuse en magasin de télévision — récupérera son titre de championne de RAW. Le pire c’est qu’on est obligé d’y croire vu comment cela s’est fait ces derniers mois. Sasha Banks lui coupe alors la parole et lui propose un match ce soir, que Stephanie McMahon officialise.

Charlotte Flair et Sasha Banks de nouveau face à face

Le match a lieu de suite. Vous vous souvenez quand on nous disait que la rivalité entre les deux catcheuses était terminée et qu’elles ne s’affronteraient plus avant un bon moment ? Et bien oubliez. Sasha Banks gagne le match par soumission avec son Banks Statement. Pendant ce temps Dana Brooke qui visiblement ne sert qu’à ça pour la WWE a tenté d’intervenir de nouveau en faveur de Charlotte Flair mais a été arrêté par Bayley.

Le match entre Kevin Owens et Sami Zayn et sur le point de commencer, mais Samoa Joe attaque ce dernier dès son entrée. Malgré cela, après avoir été attaqué Sami Zayn veut tout de même affronter Owens.

Malheureusement pour lui Zayn ne parvient pas à reprendre ses forces et se fait battre en quelques minutes par Kevin Owens d’une Pop Up Powerbomb.

En coulisse, Mick Foley continue de dire à Stephanie McMahon qu’il n’aime pas être pris pour un idiot et qu’il refuse d’être maltraité par elle et son mari.

En attendant le grand main event, une interview de Brock Lesnar et Paul Heyman est diffusée quant aux intentions de ceux-ci pour WrestleMania. Le plus drôle reste la façon dont l’affaire est filmée, avec un gros plan sur le visage rose de Lesnar et Paul Heyman floue en arrière plan. Du véritable art.

Du lourd (à digérer) pour le main event

Donc le main-event est un match entre le Big Show et Braun Strowman et on ne comprend pas pourquoi, du moins pas tout de suite. Des techniciens font mine de renforcer le ring en donnant quelques coups de clé un peu partout, parce que ce sont deux big men vous voyez.

Le match dure une quinzaine de minutes et on ne comprend pas non plus pourquoi le public se met à chanter « This is awesome ». C’est un échange de move de big men aussi ennuyeux que n’importe quel match de big men. Soyons réalistes : ce style n’intéresse plus personne en 2017. Braun Strowman remporte le match.

Mais en réalité ce match a juste servi de prétexte à une intervention de Roman Reigns, qui affrontera Strowman à Faslane, après le face à face entre les deux géants. Cette rivalité est bizarre, les deux catcheurs font leur truc chacun de leur côté avant de se croiser cinq minutes par épisode. Terminer RAW par ça, ça fait pas rêver.

La semaine prochaine Seth Rollins sera en interview, on en saura sans doute plus sur sa blessure et son possible retour, et Goldberg sera là, pour sans doute répondre à Kevin Owens et Brock Lesnar.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut