Catcheur à surveiller

Matt Riddle, de l’Octagon aux rings de catch

Esther Lin/MMAFighting.com

Matt Riddle, le milieu du catch indépendant n’a que son nom à la bouche. 2016 fût sa première année pleine et rares sont les lutteurs à avoir accompli autant et à compter autant d’excellent matchs dans leur « rookie year ». Katsuyori Shibata, une trilogie contre Chris Hero, Timothy Thatcher, Roderick Strong, Will Ospreay, Cedric Alexander… La liste est époustouflante, et il a Gabe Sapolsky derrière lui afin de le former, le booker et l’amener vers les sommets du catch mondial.

Deux ans, 114 matches et déjà une image bien à lui

Ancien combattant de l’UFC (8-3-2 en MMA), renvoyé pour consommation de marijuana, Matt Riddle se démarque déjà par un look totalement différent de n’importe quel autre catcheur. Alors qu’il commençait son entraînement à la Monster Factory, il s’est demandé pourquoi il achèterait un équipement ou costume alors qu’il pourrait tout simplement utiliser son équipement de MMA. C’est pour cette raison qu’il catche pieds nus et équipé d’un short à sponsor.

En ce qui concerne son travail dans le ring, la progression de Matt est fulgurante. Alors que pour beaucoup d’athlètes venant du milieu des arts martiaux libres la transition est difficile, à aucun moment Matt Riddle n’est apparu mal à l’aise dans le ring. Plein d’aisance, il faut remonter à Kurt Angle pour voir une telle facilité pour un débutant. Comme un mix parfait entre la technicité de Kurt Angle, la personnalité de Rob Van Dam, la facilité de Mr Perfect et la crédibilité de Brock Lesnar.

Specialiste en Jiu-Jitsu, il est naturellement exceptionnellement doué au sol et extraordinairement rapide dans les transitions. Mais là ou Matt Riddle est étonnant de facilité, c’est dans sa faculté à s’aventurer hors de sa zone de confort : souplesses — dont une magnifique Exploder ou Fisherman —, manœuvres aériennes – Swanton Bomb ou Flying Knee et striking à la KENTA, les influences sont multiples. Mais Matt a la faculté de tout savoir remettre à sa sauce et ainsi créer un catch hybride qui marque dès la première exposition.

Un tryout infructueux, mais la WWE garde un œil sur lui

Peu de temps après WrestleMania en 2015, Matt a participé à un tryout en compagnie de notamment Havok, Biff Busick, Tommaso Ciampa, Johnny Gargano, Drew Gulak, Ember Moon, TM61 ou encore Chuck Taylor. Malgré le fait qu’il ait impressionné les officiels, la WWE a décidé de ne pas le faire signer immédiatement.

Il se dit que Triple H, Willima Regal et Matt Bloom auraient eux-même décidé de contacter Gabe Sapolsky et faire signer Matt Riddle chez Evolve — à cette époque, le partenariat tacite entre la WWE et Sapolsky était déjà en vigueur — afin de lui donner un maximum d’expérience sur le circuit indépendant. Ainsi l’Evolve l’a d’abord fait affronter des catcheurs sachant le guider dans ses matchs : Jonathan Grisham, Drew Gulak, Tracy Williams, Chris Hero… Des catcheurs mais aussi des coachs dans l’âme.

Une fois le baptême du feu passé, Gabe Sapolsy l’a ensuite booké contre des catcheurs plus spectaculaires comme Cedric Alexander, Trevor Lee ou d’autres plus difficiles comme Zach Sabre Jr. Le but de ses matchs était de sortir Matt de sa zone de comfort et de tenter d’avoir le meilleur match de la soirée. Et là encore, ce fût un immense succès. La WWE le surveille de très près. Un problème reste de taille : sa consommation de cannabis sur laquelle il est très ouvert et vocal. Même si la WWE ne suspend pas ses lutteurs pour un tel usage — MVP par exemple collectionnait de telles amendes — et si la chose se légalise de plus en plus au États-Unis, la publicité serait mauvaise… même si RVD a fait une carrière entière sur ce type de gimmick.

Le nom le plus demandé en indépendant

EVOLVE, Beyond Wrestling et maintenant Combat Zone Wrestling, le combattant aux allures de surfeur voit son agenda se remplir à une vitesse phénoménale. En mars 2017, il aura catché onze matchs en huit jours. Un vrai rythme à la Ric Flair dans les années 80 pour le lutteur aux allures de Kerry Von Erich.

Fin 2016 a vu Matt Riddle se voir programmer dans les fédérations les plus « hot » du moment : Pro Wrestling Guerilla, AAW ou AIW. Mais en plus, le King of Bro’s s’est vu recevoir des offres d’Angleterre et d’Europe. Progress Wrestling et Revolution Pro Wrestling par exemple lui ont fait affronter Will Ospreay et Katsuyori Shibata pour des matches qui se sont avérés plus qu’excellents. Pas plus tard que mi-mars, Matt a catché lors de l’exceptionnel tournoi 16 Carats de la wXw à Oberhausen en Allemagne pour une performance absolument fantastique, remportant le tournoi AMBITIONS — basé sur les soumissions ou les TKO — qui semblait fait sur mesure pour un catcheur de son genre.

A n’en pas douter, Matt Riddle verra ses bookings s’accroître encore et encore, et gagner des titres en 2017. Après avoir échoué plusieurs fois au titre de l’EVOLVE, il est temps pour Gabe Sapolsky d’appuyer sur la gâchette et de passer la vitesse supérieure avec Matt Riddle, chose qu’à déjà faite la Progress Wrestling en en faisant son champion Atlas fin 2016. Encore récemment lors du Mania Weekend, Gabe Sapolsky a fait de Matt son champion WWN (ceinture défendue lors des shows ELVOLVE, FIP, AIW et Style Battle), il reste à voir la valeur accordée à ce titre par rapport au titre majeur de la EVOLVE. Les structures indépendantes seraient inspirées de se dépêcher, car que la WWE ne le signe ou pas, Matt Riddle ne sera pas longtemps aussi disponible avec trois enfants à la maison désormais.

Profitez-en aussi pour regarder si vous en avez la possibilité le documentaire en deux parties réalisé par FloSlam en collaboration avec WWN Live à son sujet. (Partie 1 / Partie 2)

Auteur :