Review

NJPW Sakura Genesis 2017 : Les champions confirment leurs places

NJPW

Auparavant connu sous le nom d’Invasion Attack, la NJPW tenait ce weekend Sakura Genesis, événement majeur annuel pour la fédération nippone ou toutes les ceintures majeures (ou presque) sont en jeu et ou traditionnellement le champion poids lourds IWGP fait face au vainqueur de la New Japan Cup qui était cette année Katsuyori Shibata.

Une undercard d’importance pour une fois

Souvent criblée de 6/8/10-men tags sans enjeu et expédiés en cinq minutes chrono, ces matches par équipe permettaient cette fois-ci de mettre en place les nouvelles rivalités autour des titres par équipe ou intercontinentaux, mais aussi d’établir un certain ordre entre les différentes factions qui peuplent la New Japan Pro Wrestling.

Comme d’habitude, les Young Lions de la NJPW ont fait équipe pour faire face aux catcheurs de bas de carte (Jushin Thunder Liger, David Finlay et Manabu Nakanishi) pour se faire la main et aussi se faire aplatir par la même occasion. Malgré tout, Hirai Kawato, Katsuya Kitamura & Tomoyuki Oka ont montré des excellents signes pour l’avenir, même si Kitamura n’est plus réellement un « Young » Lion à 31 ans et avec un physique de catcheur de la WWF du début des années 90.

Dans le reste des matches par équipe, le CHAOS (YOSHI-HASHI & les Roppongi Vice) ont subi la loi du Suzuki-Gun, solidifiant la baisse de régime de l’équipe composée par Rocky Romero et Trent Barreta, et le Bullet Club (sans les Young Bucks et Adam Cole) a gagné tous ses matchs avec notamment un excellent combat entre Kenny Omega & Bad Luck Fale contre Toru Yano & Tomohiro Ishii dans un affrontement mêlant catch très physique et comédie. L’histoire entre Kenny Omega et Tomohiro Ishii n’est probablement pas finie et on espère les voir dans le même bloc au G1.

Pour terminer le chapitre des multimen tags, la « New Japan Army » composée de Ricochet, Ryusuke Taguchi, Hiroshi Tanahashi et Juice Robinson a vaincu les Los Ingobernables de Japon à la surprise générale avec notamment Juice Robinson effectuant le tombé sur le champion Intercontinental Tetsuya Naito en lui envoyant son Pulp Friction (sa version du Unprettier de Christian). La progression de Juice Robinson depuis le début de l’année est fulgurante et montre le succès de son pari de passer de NXT au Dojo de la NJPW. On n’imagine qu’il n’a aucune chance d’emporter un des titres majeurs (et qui a vocation à être en main-event de certains shows) mais c’est déjà son deuxième essai à un titre après son match face à Goto il y a quelques mois pour le titre NEVER.

Aucune surprise pour les titres par équipe

C’était une quasi certitude, mais nous n’avons connu aucune surprise que ce soit pour les titres par équipe Junior ou Heavyweight. Les titres Never 6-men Openweight (détenus par Ryusuke Taguchi, Ricochet & Hiroshi Tanahashi) n’étaient pas défendu lors de cet événement car ils venaient de changer de mains lors d’un des « Road to » shows précédents Sakura Genesis, ce qui prouve toute l’importance de ces ceintures.

Les titres par équipe Junior détenus par l’équipe du Suzuki Gun composée de Yoshinobu Kanemaru et Taichi étaient en jeu dans le match opposant les tenants du titre à Jado & Gedo. Dans un combat ou rien de marquant ne fût à signaler, les champions conservent leur titre avec bien entendu leur lot d’intervention d’El Desperado et de tricherie inhérent au Suzuki Gun. Rien d’extraordinaire, et bien entendu, les Roppongi Vice qui viennent de perdre leur match face à une autre partie du Suzuki Gun quelques minutes plus tôt montent sur le ring pour challenger les champions… Donc l’équipe B du Chaos perd contre l’équipe A du SZG, ce qui amène l’équipe A du CHAOS (qui vient de perdre contre l’équipe B du SZG) à défier ces vainqueurs… Parfois, il ne faut pas réfléchir.

En ce qui concerne les titres par équipe Heavyweight, il était acquis que Tencozy ne détenait ces ceintures que de manière temporaire après qu’une grosse blessure de Lance Archer ait empêché le Killer Elite Squad de s’emparer des titres comme on l’avait déjà supposé au lendemain de Wrestle Kingdom. Mais c’est une autre équipe qui a cet honneur désormais. À la faveur d’une excellente présence lors de la World Tag League fin 2016, War Machine s’est vu offrir une place de choix dans le roster de la NJPW. Leur contrat avec la Ring of Honor ayant pris fin, Raymond Rowe et Hanson sont libres d’aller ou ils veulent (un temps considérés comme partant vers la WWE, une série de blessures récalcitrantes les auraient empêché de signer avec NXT). Et ils ont pris le taureau par les cornes en se faisant accepter à bras ouverts par le public de la NJPW et à cette occasion s’emparer des ceintures par équipe après un combat très physique. A n’en pas douter, leur style de purs Poids-Lourds fera merveille au sein de la division par équipe stagnant terriblement à la NJPW.

Zack Sabre Jr. stoppé par Hirooki Goto

Zack Sabre Jr. tentait de s’emparer du titre NEVER Openweight face à Hirooki Goto afin de devenir #Zacky4belts. Dans un match qui a très bien commencé et qui semblait s’acheminer vers une séquence de fin épique, les vieux fantômes du Suzuki-Gun refirent leur apparition avec des interventions à foison. Mais une fois n’est pas coutume, Goto parvint à faire face à ces assauts et infliger une défaite à Zack Sabre Jr. dans sa course à la collection de ceintures. Après le match, Minoru Suzuki s’en est pris à Hirooki Goto, on peut penser que les deux se feront face à Dominion au mois de juin.

Il sera bien difficile d’appeler l’affrontement entre Hiromu Takahaski et KUSHIDA un « match » à proprement parler car il n’a duré qu’une minute et cinquante-six secondes. Booking? Blessure? Impossible de le dire pour le moment, mais une chose est sure, la sunset flip powerbomb vers l’extérieur du ring de Takahashi sur KUSHIDA était exceptionnellement brutale, tout comme le plongeon insensé de KUSHIDA d’entrée du coin vers l’extérieur. Dans un sens c’est une manière de présenter Hiromu Takahashi comme un champion très solide avant son prochain adversaire qui en sera nul autre que Ricochet! On salive d’avance.

L’épique bataille entre Okada et Shibata en point culminant

En ce qui concerne le main-event, Kazuchika Okada faisait face au vainqueur de la NJ Cup Katsuyori Shibata dans un vrai carnage et une pluie insensée de coups. C’était une vraie guerre, un match éprouvant, intense physiquement qui laissera des marques. Déjà il fait passer le règne d’Okada dans la catégorie supérieure, dépassant au niveau durée cumulée ceux d’Inoki ou Fujinami, et surtout au niveau de qualité pure des combats, car que ce fut Naito, Omega, ou Suzuki, à chaque fois Okada a su livrer un combat proche de la perfection.

Mais ce qui s’est passé après le combat fût tout aussi important. Après avoir été malmené par les invraisemblables gifles, kicks et coups d’avant-bras de Shibata, les rainmakers étant à peine vendu par un challenger sur-motivé, Okada finit par l’emporter en livrant un Rainmaker final dévastateur. Mais les dommages ont l’air d’être conséquents sur Katsuyori Shibata. Le catcheur a perdu conscience après le match et selon la NJPW, un hématome sous-dural (un épanchement de sang au niveau des espaces méningés) lui a été diagnostiqué. Le catcheur a été opéré dans la foulé.

Après sa blessure à la colonne vertébrale de cet été, il serait temps pour celui qu’on surnomme « The Wrestler » de prendre quelques vacances, au moins. Sa participation au G1 est, sans surprise, extrêmement remise en cause. Le prochain challenger pour le champion IWGP Kazuchika Okada sera Bad Luck Fale, du Bullet Club et récent finaliste de la NJ Cup. Les deux catcheurs avaient déjà été en rivalité en Septembre, mais aussi mi-2015 pour des combats assez plaisants.

Auteur :