Top 200

Top 200, de 40 à 36 : Duel fratricide et batailles épiques

WWE

On se rapproche du top 10 et comme souvent dans le haut de ce classement, on se bagarre entre AJPW des années 90, main-event de WrestleMania et NJPW des années 2010. Cette semaine ne déroge pas à cette règle avec un match de G1 fantastique dans son opposition de style, un main-event de WrestleMania qui est resté dans toutes les mémoires — sauf celle de la WWE, un nouvel affrontement entre Mitsuharu Misawa (dont on fêtait l’anniversaire de sa mort cette semaine) et Toshiaki Kawada et un monumental tag-match pour finir.

#40 Minoru Suzuki contre AJ Styles

1er aout 2014 : 7ème journée du G1 Climax 24 à Tokyo (Japon)

Bataille entre les leaders des deux plus gros clans heels de l’époque à la New Japan Pro Wrestling. Minoru Suzuki, le leader du Suzuki-Gun a ses vues sur le G1 Climax afin d’avoir une nouvelle chance au titre IWGP deux ans après son essai infructueux face à Hiroshi Tanahashi — que nous verrons plus tard dans ce classement. Minoru Suzuki est alors un catcheur absolument terrifiant, sadique à souhait et ancien champion de la All Japan. Spécialiste des soumissions et fervent amateur de gifles, chacun de ses matchs est tout sauf une partie de plaisir pour ses adversaires.

En ce qui concerne AJ Styles, il avait quitté la TNA un an auparavant et se retrouvait totalement ré-inventé en leader du Bullet Club suite au départ de Prince Devitt (Finn Bálor) vers la WWE. C’est avec la ceinture de champion IWGP d’ailleurs qu’il se présente dans un Korakuen Hall rempli. A ce moment le Bullet Club règne de main de maitre sur la NJPW avec le titre IWGP, le titre Intercontinental (Bad Luck Fale), le titre NEVER (Yujiro Takahashi) et les titres par équipe (Gallows & Anderson) et c’est un affrontement au sommet dans le cadre du prestigieux G1 Climax.

Bien évidemment le match est excellent dans le genre clash de style entre le flashy AJ Styles et la force brute et maniaque de Minoru Suzuki. Le face à face d’entrée de match est glaçant au même titre que le regard noir que Suzuki lance à AJ Styles qu’il semble juger comme étant une ligue en dessous de lui.

Après un début de match contrôlé par Styles, Suzuki emmène son adversaire dans le public pour une expédition punitive de plusieurs minutes qui s’achève dans le ring. Après que le Bullet Club et le Suzuki-Gun soient intervenus pour un run-in exceptionnellement court (c’est appréciable), c’est un long échange de coups et de tentatives de finishers que s’envoient les deux protagonistes, et c’est avec le Styles Clash qu’AJ Styles l’emporte pour ce qui sera le match de l’année du Wrestling Observer cette année-là.

Note WON : ****3/4 – Note Cagematch : 9.67

#39 Bret Hart contre Owen Hart

20 mars 1994 : Wrestlemania X à New York (Etat de New York)

Duel fratricide entre les deux membres les plus connus d’une des plus grandes dynastie de catcheurs de l’histoire. Les deux frères faisaient équipe tout au long de l’année 1993 avec des escapades dans le United States Wrestling Association de Jerry Lawler avec lequel Bret était en rivalité. Au même moment les frères d’Owen et Bret, Bruce & Keith était aussi à la WWF pour des succès plutôt modérés. Au cours de l’année 1993 Owen Hart connait une blessure qui contrecarre quelque peu son push et revient à l’automne et refait équipe à nouveau avec Bret.

Mais lors d’un match aux Survivor Series impliquant d’un côté les quatre frères Hart, Bret et Owen connaissent des problèmes de communication. On notera que l’équipe adverse comprenait Shawn Michels en remplacement de Jerry Lawler qui n’avait pu se rendre au show. Owen heurte Bret involontairement, conduisant indirectement à l’élimination du benjamin des frères Hart. Owen, alors frustré d’être le seul éliminé de son équipe vient bousculer son frère pour ce qui sera le premier signe de dissension entre les deux frangins. Il se retournera contre lui plus tard et le challengera à un match un contre un à WrestleMania X.

On rappelle que Bret Hart participe aussi au main-event de ce WrestleMania face à Yokozuna pour le titre de chmapion du monde de la WWF. Le but d’Owen est non seulement ici de battre son frère mais aussi de le rendre incapable de se défendre face au géant samoano-japonais. La légende veut que Stu Hart ait largement participé à l’élaboration de ce match. Il s’agit là comme on peut légitimement s’y attendre à un match très technique dans lequel Owen va profiter d’une blessure (kayfabe) au genou de Bret. Après un nombre impensable de nearfalls et une exécution quasi-parfaite de chaque mouvement — la précision et la synchronisation des deux frères est époustouflante, Owen parvient à remporter le match avec une sorte d’étrange roll-up dans le coin. Victoire clean pour Owen pour ce qui est un des meilleurs matches de l’histoire de la WWF.

Note WON : ****3/4 – Note Cagematch : 9.7

#38 Chris Benoit contre Triple H (c) contre Shawn Michaels pour le titre Poids-Lourds de la WWE

14 mars 2004 : Wrestlemania XX à New York (Etat de New York)

Main-event du vingtième WrestleMania, il conclut le push tant mérité de Chris Benoit parallèlement à celui de son meilleur ami Eddie Guerrero du côté de SmackDown. Alors que le canadien était du côté de SmackDown, il gagne le Royal Rumble en entrant premier, établissant au passage un record de longévité lors de cette bataille royale. Ce record sera effacé quelques années plus tard au profit de celui de Rey Mysterio pour les raisons que l’on connait. Il décide alors de changer de navire et de passer à RAW pour challenger Triple H le champion Poids-Lourds.

Mais le souci, c’est que Triple H a des affaires en cours avec son ami et ancien équipier au sein de la D-Generation X Shawn Michaels. Lors de ce même Royal Rumble 2004 les deux catcheurs s’affrontaient lors d’un Last Man Standing qui finit en No Contest dans une bronca assourdissante du public et un vrai bain de sang pour le Heart Break Kid. Alors que Chris Benoit s’amène vers le ring à RAW pour signifier ses intentions de challenger Triple H pour son titre, Michaels lui envoie un superkick et s’insère dans le match afin d’en faire un triple-menace.

Le souci des triple-menaces, c’est qu’il est très difficile d’y mettre beaucoup de psychologie et de storytelling, alors il faut en général compenser avec de l’action. Et dieu sait s’il y en a, c’est une sacrée performance de Chris Benoit qui a les trois-quarts de la foule derrière lui. Il envoie un nombre impressionnant de German Suplex et est dans une superbe séquence à deux doigts de faire abandonner Michaels sur son Crippler Crossface mais Triple H retient la main de son ancien partenaire. Malgré tout et malgré un superbe Sweet Chin Music de Michaels, c’est le canadien qui gagne le combat et le titre pour la première fois de sa carrière en faisant abandonner Triple H. La séquence suivante entre Benoit et Guerrero est magnifique à voir.

Note WON : ****3/4 – Note Cagematch : 9.7

#37 Mitsuharu Misawa (c) contre Toshiaki Kawada pour le titre Triple Crown de la All-Japan

6 juin 1997 : AJPW Super Power Series 1997 à Tokyo (Japon)

Toshiaki Kawada retrouve une nouvelle fois le champion Triple Crown Mitsuharu Misawa pour leur cinquième confrontation pour la ceinture Triple Crown. Kawada avait échoué les quatre fois précédentes, mais c’est auréolé du trophée du Champions Carnival 1997 qu’il se présente ici. Il a gagné ce trophée deux mois auparavant lors d’un impressionnant playoff qui faisait suite à une égalité parfaite entre Misawa, Kobashi &t Kawada, et il a fallu qu’il vienne à bout justement de Misawa pour ajouter son nom au palmares.

Misawa lui est champion Triple Crown depuis janvier lorsqu’il repris le titre à Kenta Kobashi. Afin de montrer à quel point les trois catcheurs sont liés, ce dernier venait lui de reprendre le titre par équipe de la taille de Toshiaki Kawada et Akira Taue le mois précédent en compagnie de Johnny Ace. Misawa est alors en train d’entreprendre un de ces longs règnes de plus d’un an qui va cémenter sa légende dans le puroresu.

Comme à chaque fois avec les quatre piliers de la All-Japan, c’est un match excessivement physique et éprouvant ou la dangerosité des prises atteint un niveau inexorablement (trop) haut. Malgré l’appréciation de la foule pour ce style à haut risques (et à hauts dividendes), on peut se poser la question de l’intérêt de Giant Baba, fondateur de l’AJPW, de continuer avec ce genre de pratiques quasi-suicidaires. Là où leurs précédents affrontements racontaient une histoire et possédaient un réel fil conducteur, ce combat est une invraisemblable collection de chutes sur la têtes et de projection en dehors du ring. Preuve de l’aspect décousu du match, il se termine par un botch de l’arbitre qui manque le compte de trois sur l’elbow de Misawa. Un combat extraordinairement physique et dangereux, mais encore une fois pas leur meilleur.

Note WON : *****Note Cagematch : 9.21

#36 Kenta Kobashi & Tsuyoshi Kikuchi contre Dan Kroffat & Doug Furnas (c) pour les titres par équipe All-Asia de la All-Japan Pro Wrestling

25 mai 1992 : AJPW Super Power Series 1992 à Sendai (Japon)

Presqu’un match de Junior entre ces deux équipes tant le Can-Am Express et Kikuchi paraissent petits face à Kenta Kobashi qui même lui n’a pas encore la stature qu’il avait dans les années 2000. Les champions Dan Kroffat le canadien et Doug Furnas l’américain détiennent alors ces ceintures depuis plus de dix mois. Les deux catcheurs ont commencé sur le contient américain quelques années auparavant mais c’est sous les conseils de Giant Baba que ces deux derniers commencent à faire équipe et l’alchimie sera immédiate. Ils feront équipe pendant plusieurs années à la All-Japan, l’ECW et aussi la WWF.

De l’autre côté, Tsuyochi Kikuchi et Kenta Kobashi font déjà équipe depuis près d’un an. Kenta Kobashi est un peu le « grand frère » de Kikuchi dans cette équipe et ce dernier n’en est qu’à ses premiers pas en dehors de l’undercard. Après quelques essais infructueux pour le titre Junior, il se concentre sur la scène tag-team. En ce qui concerne Kenta Kobashi, il est déjà un des projets de Giant Baba et il avait déjà tenu les titres par équipe trois fois — une fois avec Misawa/Tiger Mask II et deux fois avec Johnny Ace.

Ce match a lieu dans la ville dont Kikushi est originaire, Sendai, et le public est bien entendu à 100% derrière lui, mais il faut dire qu’il est bien aidé par Kroffat et Furnas qui lui administrent une raclée phénoménale en le projetant même sur une table et en lui appliquant la plus douloureuse des Boston Crab que vous verrez de votre vie. Ce rôle de babyface en péril est typique de la All-Japan dans le plus pur style des « Southern Tags ». Ce match était à l’époque un trésor des échangeurs de VHS et désigné le match de l’année sur le Wrestling Observer. Le hot tag de Kenta Kobashi est un modèle du genre et l’enchainement final est haletant à souhait. Il finit Doug Furnas avec un double arm DDT sous les hurlements de la foule et du commentateur. Un tag très chaud comme on les aime.

Note WON : ****3/4 – Note Cagematch : 9.72

C’est fini pour cette semaine et la semaine prochaine marque un tournant dans ce classement. C’est à partir de la semaine que commence un enchainement de plus de trente matches à cinq étoiles. Et parmi les cinq matchs que nous verrons la semaine prochaine nous verrons encore de la WWE, de la Ring of Honor et aussi la New Japan Pro Wrestling. Un numéro immanquable.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut