Top 200

Top 200, Numéro 9 : L’Ace et le King

Cette semaine c’est l’affrontement entre deux des STARS de la New Japan Pro Wrestling de cette décennie qui s’affrontent avec en arrière plan une espèce de lutte intestine pour savoir qui sera celui qui portera la fédération face à Kazuchika Okada dans les années à venir : Le King of Strong Style et son charisme incroyable, qui agirait comme un vecteur pour attirer les fans occidentaux, ou l’Ace de la compagnie, la Rock Star japonaise Hiroshi Tanahashi qui truste les main-events depuis des années.

#9 Shinsuke Nakamura contre Hiroshi Tanahashi — Finale du G1 Climax XXV

16 août 2015 : G1 Climax XXV 19ème journée à Tokyo (Japon)

Orphelin de son titre Intercontinental depuis ses deux défaites en Mai et en Juillet face à Hirooki Goto, Shinsuke Nakamura compte sur le G1 pour retrouver de sa splendeur et surtout un titre et une place de choix sur la carte du Tokyo Dome de janvier. Mais il connaît un début de G1 compliqué avec une défaite d’entrée face à Karl Anderson (qui avait fait un excellent G1) et une blessure au coude qui le forcera à déclarer forfait pour son match face au débutant à la NJPW Michael Elgin. Le reste ne sera que des victoires face à par exemple Hirooki Goto le champion intercontinental, Yuji Nagata, Satoshi Kojima et même le champion du monde et co-leader du CHAOS Kazuchika Okada. Ce dernier match en particulier figure dans notre classement à la place #81.

Hiroshi Tanahashi lui a plus ou moins survolé son groupe, mais il a traîné deux défaites en début de tournoi face à Bad Luck Fale (comme une habitude) et un Tetsuya Naito qui venait de démarrer son turn et sa transformation en leader des Los Ingobernables de Japon, ainsi que sa nouvelle prise de finition le Destino. On notera sur sa route vers cette finale du G1 des excellents matchs comme l’opener face à Kota Ibushi, un super match contre Katsuyori Shibata et une superbe finale contre AJ Styles. A la manière de la All-Japan, pas de suprise, on retrouve les quatre top main-eventers dans les « demi-finales » de ce G1.

Là où la New Japan des années 2010 excelle c’est dans l’art d’orner son Japanese Strong Style de charisme et d’un certain côté flashy personnifié par ses personnages haut en couleur comme Tanahashi, Nakamura, Okada ou AJ Styles (et maintenant Naito et Kenny Omega accompagné du Bullet Club). C’est une espèce d’hybride entre la NJPW des années 1990 et la WWE et son côté romancé dans le storytelling des matchs avec ses multiples kickouts pour amener la séquence finale dramatique au meilleur moment. Si on compare avec l’autre âge d’or du puroresu, la All-Japan des années 90 se parait surtout d’un immense côté macho et ultra-physique pour un rendu au contenu émotionnel formidable, mis en valeur par des personnages ultra protégés comme Misawa ou Kobashi.

Et c’est exceptionnellement dans ce style que Shinsuke Nakamura et Hiroshi Tanahashi vont livrer ce match en usant de certaines techniques pour faire grimper la température et finir ce match dans une ambiance fantastique et un côté dramatique et grandiose que seuls quelques matchs de la New Japan nous offrent. Ce genre d’échanges de finishers, de gifles pleines de masculinité et de répliques par coups de coudes qui font dresser les poils sur l’échine et rugir les fans présents ce soir là. Car la tâche est rude pour les deux athlètes pour parvenir à surpasser les deux matchs des deux nuits précédentes. Et il faudra qu’ils mettent tout ce qu’ils ont.

Le début de match est formidable car ces deux catcheurs possèdent une histoire en commun incroyablement riche avec notamment le main-event de Wrestle Kingdom VIII et la victoire d’Hiroshi Tanahashi pour le titre Intercontinental. Cela prouve aussi que Tanahashi est loin d’être le babyface bien gentil car après avoir remporté un échange de chain-wrestling, il s’en va jouer de la air-guitar au nez de Nakamura rien que pour l’énerver. Mal lui en prend car Nakamura lui répond avec une preuve qu’il est un spécialiste des soumissions, parvenant avec aise à pénétrer dans la garde de son adversaire. Alors que le King of Strong Style tente d’envoyer ses kicks, Tanahashi commence son travail de sape sur les jambes de Nakamura avec ses Dragon Screws afin de mettre à mal ses tentatives de Boma-Ye. Avec une jambe amoindrie et un coude en piteux état, Nakamura voit ses deux prises favorites mises à mal.

C’est dans les dernières vingt minutes que l’intensité monte énormément avec des fréquents changements de domination, Hiroshi Tanahashi délivrant un High Fly Flow vers l’extérieur notamment, et se retrouvant pris dans des soumissions comme le Cross Armbreaker qui avait fait abandonné le champion Kazuchika Okada dans le précédent match. Malgré ceci et plusieurs Boma-Ye dont un dans l’arrière du crâne, deux High-Fly Flow finaux ont raison de Shinsuke Nakamura devant une foule en extase. Hiroshi Tanahashi est le maître pour lire les réactions d’un public et susciter les émotions qu’il désire, à ce niveau il reste un maître comme rarement le catch en a vu.

La conclusion de ce match est particulière à plusieurs points et parsemée de détails amusant. Shinsuke Nakamura offre une poignée de main à Tanahashi qui l’accepte après plusieurs secondes d’hésitation. Il expliquera après qu’il n’aime pas ce genre de chose car il a lutté une demi-heure pour raconter une histoire d’opposition entre deux athlètes et que cette poignée de main annule tout son travail. Assez amusant quand on sait que c’est ce match et cette défaite qui ont conforté Shinsuke Nakamura dans sa pensée que son temps à la New Japan était fini. Mais aussi après avoir reçu des mains de Masahiro Chono et Keiji Mutoh (anciens vainqueurs du G1) les récompenses, il pose un long moment avec le chèque géant ainsi que le trophée et quand il se saisit du drapeau du G1, il en brise le manche en voulant le faire voler.

Formidable match et incroyable ascenseur émotionnel où quelque soit votre favori, on peut en ressortir que satisfait.

Note WON : ***** Note Cagematch : 9.68

La semaine prochaine on continue de plonger dans le top 10 avec un match de la WWF symbolique car il s’agit d’un match considéré comme le début de l’Attitude Era.

Cliquez pour commenter
En haut