Review

PROGRESS, Chapter 52 & 53 : la Route vers Alexandra Palace

Rob Brazier Photography

Nous l’avions quitté début juillet du côté de Birmingham au terme d’un show marqué notamment par le reprise de pouvoir de British Strong Style, la PROGRESS Wrestling était de retour il y a deux semaines au Ritz de Manchester pour son Chapter 52 « Vote Pies ». Et comme l’été est (très) chargé pour la promotion britannique, sept jours plus tard elle était déjà revenue à l’Electric Ballroom de Londres pour son Chapter 53 « Fate Loves The Fearless ».

Deux shows en l’espace d’une semaine et une seule perspective : le 10 septembre, où devant près de 2000 fans se déroulera ce qui s’annonce déjà comme étant l’un des plus grands événements britanniques de l’année. Tous les esprits sont donc tournés vers l’Alexandra Palace, là où se déroulera le show, et surtout ceux des champions et de leurs potentiels challengers.

#CCK n’en a pas fini avec British Strong Style

On les avaient laissés sur des airs dépités à la fin du Chapter 51, où ils avaient cédé leurs titres par équipe à Tyler Bate et Trent Seven, deux semaines seulement après les avoir remporté. Malgré tout, #CCK n’a pas perdu sa vibe et reste incontestablement l’équipe la plus hot du moment sur le circuit indépendant, avec pour ferme intention de retrouver leurs ceintures perdues prématurément. Mais la règle du rematch ne s’imposant pas systématiquement à la PROGRESS, il leur faut repartir depuis la case départ. La chose s’est plutôt bien engagée au Chapter 52 où ils ont vaincu dans un match triple menace, et sur un tombé controversé, El Ligero & Dave Mastiff et le duo Extra Talented, qui effectuait ses débuts. Le combat s’étant terminé dans la confusion, à l’image du match, Chris Brookes et Kid Lykos ont retrouvé une semaine plus tard Aaron Solo & Ricky Starks dans un affrontement visant à déterminer les futurs challengers.

Et à la conclusion de cette superbe opposition, #CCK a nouveau été désigné comme les futurs adversaires des champions par équipe. Outre cette information, on retiendra la performance de Solo et Starks, les deux américains qui effectuaient ici la dernière date d’une tournée de plusieurs semaines au Royaume-Uni où ils se seront notamment fait connaitre auprès des fans de la OTT, de la Fight Club: Pro, ou encore de l’ATTACK! Pro Wrestling. Si Solo est apparu comme le plus en retrait du duo, Starks a lui laissé entrevoir un énorme potentiel.

Toni Storm, championne parée à la compétition

Revenue des Etats-Unis où elle a participé au tournoi Mae Young Classic de la WWE, Toni Storm a de nouveau confirmé qu’elle ne porte pas la ceinture de championne de la PROGRESS par hasard. A Manchester, elle s’est imposée face à Laura Di Matteo, dans ce qui peut probablement être considéré comme l’un des meilleurs matches qu’ai eu l’italienne à la PROGRESS – la marge de progression de cette dernière restant tout de même assez importante. A Londres, elle a affronté une adversaire bien plus expérimentée en la personne de Candice LeRae, qui honorait enfin ses débuts pour la promotion anglaise. En enchaînant pas moins de trois piledrivers, la championne s’est offerte une victoire de prestige au terme d’un combat qui n’aura pas déçu les fans, impatients d’enfin assister à la confrontation de deux des catcheuses les plus réputées actuellement.

Cela a été annoncé, l’australo-néo-zélandaise défendra son titre à l’Alexandra Palace le 10 septembre. Reste maintenant à savoir contre qui, quelle affiche sera présentée pour le plus grand show de l’année ? Elle a déjà balayé nombre de adversaires et la liste de celles capables de la mettre à mal paraît assez restreinte. Sans évoquer des noms internationaux, Jinny pourrait tenir la corde. Bien que s’étant inclinée récemment face à Di Matteo, la britannique est toujours parvenue à s’imposer en un contre face à l’actuelle championne à la PROGRESS. Les deux femmes représentent la division féminine de la structure et la logique voudrait donc qu’elle s’affrontent lors de cette occasion.

Rob Lynch tourne le dos James Davis

Présents à la PROGRESS depuis son début et anciens champions par équipe, il est peu de dire que les London Riots font presque partis des meubles ici. Avec un parcours en demi-teinte depuis le début d’année et après les avoir laissés à Birmingham sur une défaite face à War Machine (au terme d’un combat exceptionnel), James Davis et Rob Lynch étaient à la quête d’un nouveau challenge. Vœu rapidement exaucé, mais peut-être pas de la manière dont ils l’avaient imaginé. Une chance au titre Atlas actuellement détenu par WALTER leur a été donnée, mais un seul d’entre-eux pouvait l’obtenir, et il a donc fallu régler ça dans le ring, l’un face à l’autre lors du Chapter 53.

Un combat, une histoire, racontée d’une manière tout à fait brillante. Deux potes, presque deux frères, qui s’en mettent plein la figure de façon brutale et avec un niveau d’intensité particulièrement élevé, ce fût tout simplement excellent. Si au début, les coups échangés sont restés cordiaux, il n’a pas fallu longtemps pour que le combat dégénère et se dirige vers ce qui a davantage ressemblé à un règlement de compte. Visiblement blessé à l’épaule en fin match, Rob Lynch n’a pas résisté à la soumission portée par son partenaire de toujours, désolé d’en finir ainsi. Dans un flot de larmes, Lynch a annoncé avec surprise après l’affrontement qu’il avait décidé de raccrocher ses bottes. Un moment d’émotion fort, salué comme il se doit par les fans de l’Electric Ballroom… mais gâché par Davis qui a décidé de lui éclater sa batte sur le dos, en lui adressant ensuite au micro les pires horreurs qu’il soit. Et oui, les London Riots n’existent plus.

Jimmy Havoc et Mark Haskins ne sont pas faits pour s’entendre

Une autre équipe dont on sait également désormais qu’elle est définitivement morte, c’est The Origin. Zack Gibson l’a bien fait comprendre au Chapter 53, et il ne veut même plus entendre parler de Nathan Cruz. Maintenant, c’est avec James Drake qu’il roulera, et pour marquer cette nouvelle entente il n’y a qu’à prendre en témoin leur victoire pleine de punch et assez démonstrative sur le duo Never Say Die formé par Alex Cupid & Dillon D’Angelo, deux jeunes catcheurs prometteurs qui faisaient ici leurs premiers pas dans un Chapter.

Les uns se séparent. Les autres se rassemblent. Et il y a ceux pour qui ça ne peut pas marcher, avant ou maintenant. Jimmy Havoc et Mark Haskins auront pourtant tenté. Avec des chemins qui se croisent depuis le tournoi Super Strong Style, la tension est souvent montée entre-eux, avant de faire place à une relative accalmie. Tous les deux ayant pour ambition de retrouver le titre PROGRESS, une autre opportunité leur a été offerte en attendant que la place se libère. Associés donc au Chapter 53 pour faire face aux champions par équipe Tyler Bate et Trent Seven (qui ont la semaine précédente vaincu War Machine sur une énième fourberie), ce qui aurait pu aboutir sur un nouveau championnat pour deux des figures les plus emblématiques de la PROGRESS s’est terminé en fiasco. En comptant bien évidemment sur une intervention du troisième membre de British Strong Style Pete Dunne, qui a distrait Haskins en portant la main sur sa femme présente à l’extérieur du ring. Et c’est Havoc, inattentif, qui en a subi les conséquences en laissant s’envoler la victoire sur un petit paquet.

Une explication s’en est bien évidemment suivie sur le ring, chacun reprochant à l’autre la culpabilité de la défaite. Et est arrivé la goutte d’eau qui a fait déborder le vase quand Havoc a posé la main sur Vicky Haskins, rendant fou de rage son mari. Devant des fans stupéfaits, une bagarre de chiffonnier s’est engagée, faisant intervenir le staff et plusieurs catcheurs présents en coulisses. Un point de non-retour à donc été atteint entre les deux hommes, et leur future confrontation – car l’on imagine pas que ça se finisse ainsi – sera sans en douter explosive.

Pete Dunne contre Travis Banks, la guerre des éclaireurs

Ils ne quittent définitivement plus. En attendant leur main-event du 10 septembre, Pete Dunne et Travis Banks jouent à la bataille navale en ressortant la bonne vieille méthode du « Pick Your Poison Match », où chacun choisit l’adversaire de l’autre. Pour le champion (qui en cas de la moindre défaite verrait un nouveau challenger s’ajouter à sa défense de titre), Banks a d’abord choisi au Chapter 52 Eddie Dennis, à la recherche lui aussi de nouveaux défis, habité d’une nouvelle motivation depuis qu’il a décidé de consacrer sa vie au catch. Le Bruiserweight a bien eu du mal à se débarrasser du Pride of Wales, s’obligeant à s’armer d’un sledge hammer pour l’emporter. Et sept jours plus tard, arrivé dans un état peu habituel de frustration, celui qui est également champion britannique de la WWE a bien failli se faire surprendre par Jack Sexsmith.

Le Pansexual Phenomenon, vainqueur au Chapter 52 d’un combat Fatal 4-Way face au Chief Deputy Dunne, Zack Gibson et Chuck Mambo, a une nouvelle fois joué le rôle d’underdog à merveille, faisant même rendre pendant quelques minutes crédible l’hypothèse d’une possible victoire. Dans ce rôle, il est incontestablement l’un des meilleurs sur le circuit indépendant. Malgré la défaite, c’est une standing ovation qui lui a été offerte par des fans toujours plus conquis par l’engagement de ce catcheur que l’on ne peut qu’apprécier.

Deux sur deux pour Dunne donc. Bilan moins glorieux sur le papier pour la Kiwi Buzzsaw, qui a dû concéder ses victoires sur des interventions du champion. Dans le ring, il a prouvé, s’il le fallait encore, qu’il est affûté comme jamais et prêt pour le plus grand match de sa carrière. D’abord face à Matt Riddle, incroyable combat, puis face au nouveau venu Keith Lee. Le match face à ce dernier était d’ailleurs présenté en main-event du Chapter 53, et bien évidemment, on a vite compris pourquoi. Venu des Etats-Unis (où il s’est notamment face connaitre pour ses affrontements face à Donovan Dijak), Lee est un catcheur au physique hors-norme, mais aux aptitudes déconcertantes. Cette opposition de style était un total régal – avant que Dunne ne vienne y mettre son nez.

Rejoint après le combat par ses intenables partenaires du British Strong Style – d’abord stoppés, en vain, par Chris Brookes et Kid Lykos – le Bruiserweight était prêt à briser la nuque de Banks avec le sledge hammer de son idole et nouveau boss. Mais c’était sans compter sur le retour surprise de TK Cooper et Dahlia Black, qui avaient été forcés de quitter la PROGRESS et le Royaume-Uni en avril dernier pour des problèmes de visas. Et quelle pop ! Le South Pacific Power Couple a été accueilli par les fans dans une clameur indescriptible, probablement l’une des réactions spontanées les plus incroyables qu’ait pu connaitre le catch indépendant britannique (plus fort encore que Jimmy Havoc à Brixton, en septembre 2016). Le ménage fait, Travis Banks s’est ensuite retrouvé entouré par ses partenaires de #CCK d’un côté, et ceux du South Pacific Power Trip de l’autre. Sans pouvoir en conclure un choix définitif, Brookes et Lykos ont quitté le ring les premiers, laissant la réunion du SPPT terminer le show.

Des vacances en Amérique

S’il faut reconnaître que le Chapter 52 a eu du mal à s’engager, et qu’il est dans sa globalité apparu plus faible que les autres événements récents de la PROGRESS, le numéro 53 peut lui être considéré comme l’un des meilleurs shows de l’année, alliant performances in-ring excellentes et moments très forts en émotions et en sensations. Le prochain Chapter n’aura lieu que le 27 août et marquera la dernière étape de « la Route vers Alexandra Palace ».

D’ici là, la PROGRESS se rendra outre-atlantique le week-end prochain pour deux événements spéciaux. Aucune carte annoncée pour Boston pour l’instant, mais la veille à New-York, Pete Dunne défendra son titre de champion WWE du Royaume-Uni face à l’un des visages de 205 Live (et ancien membre du roster PROGRESS) Jack Gallagher, Tyler Bate et Trent Steven remettront leurs ceintures par équipe en jeu face au South Pacific Power Trip réuni Travis Banks et TK Cooper, Matt Riddle aura le droit à un rematch face à WALTER, Jimmy Havoc et Joey Janela s’affronteront dans un match sans disqualification, Donovan Dijak et Timothy Thatcher feront leurs retours l’un face à l’autre, et enfin Jinny et Dahlia Black s’opposeront dans un combat par équipe avec chacune pour co-équipière deux catcheuses signées par la WWE, respectivement Deonna Purazzo et Dakota Kai.

PROGRESS Chapter 52 « Vote Pies » et Chapter 53 « Fate Loves The Fearless » sont disponibles en vidéo à la demande sur Demand-Progress.com.

PROGRESS, Chapter 52 & 53 : la Route vers Alexandra Palace
Cliquez pour commenter
En haut