Top 200

Top 200, Numéro 8 : Le double turn parfait

Cette semaine nous avons droit à une des rivalités mythiques de la WWF et une de celles qui a démarré l’Attitude Era. Fait marquant, ce match en sera même pas la conclusion de la rivalité entre Bret Hart et Steve Austin, mais cela marquera un tournant dans la WWF avec le double turn le plus mémorable de l’histoire du catch.

Bret Hart vs Steve Ausin en Ultimate Submission Match avec Ken Shamrock en arbitre spécial

23 Mars 1997 : Wrestlemania XIII à Rosemont (Illinois)

Cette rivalité date de plus de neuf mois à ce moment là, et la victoire de Steve Austin au King of the Ring 1996. A ce moment Bret Hart était en « pause » et n’avait pas catché pendant quatre mois. Steve Austin décida alors d’en faire la cible de ses promos et le challenger à un match, ce que Bret Hart acceptera en Octobre à son retour. Le Hitman battra alors Steve Austin au Survivor Series 1996 mais ceci sera loin d’être la fin de la rivalité entre les deux adversaires.

En effet, un mois et demi plus tard au Royal Rumble Steve Austin et Bret Hart sont parmi les quatre derniers catcheurs et Bret élimine alors Austin, mais les arbitres manquent cette élimination en raison d’une bagarre sur le côté du ring entre Mick Foley et Terry Funk. Austin en profite pour remonter dans le ring, éliminer Bret Hart et gagner le Rumble.

Austin et Hart se retrouveront un mois plus tard en compagnie de Vader et The Undertaker pour un match comptant pour la place de premier aspirant au titre vacant de la WWF (laissé vacant par Shawn Michaels lors de son fameux speech « I Lost my Smile »). Le lendemain à RAW, Austin coutera la victoire la victoire au Hitman et rebelote quelques semaines plus tard et là ce sont The Undertaker et Austin qui interviendront pour des raisons diverses et couteront une nouvelle fois le match à Bret Hart qui commence à montrer des signes d’énervement et une attitude assez heel en particulier envers Vince McMahon, utilisant même un langage plus ou moins fleuri, ce que Bret en général déteste faire.

Alors pour ce match il est décidé que le gagnant sera décidé dans un Ultimate Submission histoire de mettre en lumière l’opposition entre le lutteur technique et spécialiste des soumissions et le catcheur sans concession qui aime se bagarrer sans se soucier des règles et de la beauté du geste. Afin de s’assurer que ce soit fait dans les règles, la WWF a décidé d’inviter un arbitre spécial en la personne de Ken Shamrock, star de l’UFC encore à ses balbutiements. Shamrock était alors sur le point de rejoindre la WWF après avoir effectué sa dernière apparition à l’UFC Ultimate 2 et une victoire face à Brian Johnston.

Le combat démarre avec du brawling parfaitement amené et on bascule très vite dans le public et notamment les Hall of Famers Lou Albano et Tony Atlas. Même si les bagarres dans le public sont des passages obligés de chaque gros matchs de Steve Austin, cette escapade parait naturelle tant la haine entre les deux adversaires est palpable. Austin n’essaie pas de soumettre Bret Hart, il veut simplement le punir jusqu’à ce qu’il abandonne, mais ça ne sera pas aussi simple. Le Hitman est un spécialiste de ce genre de stipulation et il applique une figure four dans le coin à l’aide du poteau du ring et se concentre sur le genou gauche de Steve Austin, celui dans la genoullière à l’époque ou Austin n’en portait qu’une.

Mais dans ce match, c’est Bret Hart qui piétine son adversaire au sol et amène une chaise et la cloche dans le ring, et c’est Austin qui harangue la foule. Au fur et à mesure et après un blade job fortement coloré et réussi d’Austin, la foule commence à se retourner contre Bret et soutenir Austin. C’est alors que Bret Hart contre un étranglement avec un coup de cloche et applique le Sharpshooter sur un Austin ensanglanté et que la magie du double turn s’opère. Alors qu’Austin hurle qu’il n’abandonnera pas et se rapproche des cordes le public le pousse au rythme de sa pression sanguine s’accélérant et faisant ruisseler le sang le long de son visage et de ses dents. Après avoir quasiment retourné la soumission, Bret Hart applique une nouvelle fois le Sharpshooter et Ken Shamrock déclare Bret vainqueur en raison de l’évanouissement d’Austin.

Après une dernière confrontation entre Shamrock et Bret alors que ce dernier voulait continuer à punir Austin, la foule hue violemment le canadien et acclame Austin, alors que ce dernier commence sa route vers les vestaires, solidifiant les deux turns effectués à la perfection. Austin avouera presque vingt ans plus tard pendant son Steve Austin Podcast qu’alors qu’il gisait dans son propre sang et sellant l’évanouissement qu’il s’était dit alors « on y est arrivé, on l’a réussi à la perfection ce match ». Et c’est fini pour la WWF dans ce classement!

Note WON : ***** Note Cagematch : 9.69

On restera aux Etats-Unis la semaine prochaine avec une autre promotion américaine et un match aux confins du pay per view, de l’indépendant et des débuts d’une structure alors à ses débuts et en pleine expansion.

Cliquez pour commenter
En haut