Gaming

WWE 2K18 : Un jeu assez inégal mais avec de l’ambition

2K Sports/WWE

Si la WWE a un rôle hégémonique dans le catch, c’est aussi par sa capacité à être présente là où les autres ne peuvent pas être. Le jeu vidéo faisant partie intégrante de la culture moderne, le fait que la WWE et 2K produisent un jeu vidéo par an permet à la WWE de s’imposer un peu plus en tant que franchise.

En étant reprise par 2K, la série des jeux WWE se permet également d’obtenir un éditeur stable avec des équipes vraiment habituées à sortir des jeux franchisés, notamment quand il s’agit de sport, même quand il est scénarisé. L’éditeur s’occupe notamment du basket-ball avec NBA2K et le point commun entre les deux franchises est une volonté affichée de plonger le joueur dans une véritable simulation et de pouvoir retrouver un contenu similaire que celui qu’il observe devant son écran.

Avec un contenu dense, le jeu WWE 2K18 propose le roster le plus dense de la franchise avec en plus un mode créatif toujours aussi dense. Développé par Yuke’s et Visual Concepts – qui collaborent depuis la reprise par 2K, si la franchise garde un bon niveau, l’édition de cette année montre ça et là des défauts récurrents dans la franchise WWE mais aussi quelques nouveaux soucis techniques.

Un Gameplay fluide mais parfois frustrant

Le système n’a pas été révolutionné, et c’est plutôt une bonne chose tant d’un point de vue simulation, WWE 2K18 offre une diversité de gameplay au joueur. Ce n’est pas le jeu le plus tactique que vous verrez dans votre vie mais le système de contre et la gestion de votre endurance sont deux aspects qui permettent de donner aux matchs un aspect très serré lors de vos parties avec vos amis. Même l’IA se débrouille bien même si elle va parfois être irrationnelle, entre des préparations de coups non abouties et quelques bugs assez monstrueux où l’IA déraille totalement.

Le reste est assez connu des fans de la série vidéo, on a quelques combos à connaître mais on est pas non plus face à une liste où l’on se noie trop vide. Le jeu est jouable autant par celui qui le prend en main depuis cinq minutes qui pour un joueur plus endurci. En deux ou trois matchs, la prise en main est bien là et on peut commencer à sortir plus de mouvements cohérents et décisifs.

Problème, ce système de contres toujours aussi frustrant. Là où un jeu de combat classique qu’il soit orienté simulation ou arcade proposera un système de garde et d’esquive, la spécificité du catch et de ses enchaînements requiert d’apprendre à dompter le timing du contre. Souvent frustrant car lorsque l’on a l’impression de réussir, l’écran affichera souvent « Trop tôt » ou « Trop tard ». Évidemment aussi, plus vous prenez de coups, plus la frame – c’est-à-dire le temps où la possibilité de contre s’offre à vous – sera petite. Le système de contre léger et lourds et quant à lui la bienvenue, surtout qu’il ajoute un choix tactique vu qu’il enlève une ou deux barres de contre au joueur.

En somme, pas de sortie des sentiers battus pour cette édition avec un système de combat largement domptable mais qui laissera poindre de la frustration tant il semble parfois injuste avec le joueur. Reste qu’entre les différents styles de combattants et la variété qu’offre le catch, il y a de quoi s’amuser.

Un mode carrière étrange…

Bien que la franchise semble avoir trouvé son rythme autour du mode Carrière nommé « Mon joueur » dans WWE 2K18, on est en droit de revenir sur la progression de ce joueur qui arrive au Performance Center et qui en un mois, devient champion NXT avant d’immédiatement être envoyé dans le main roster pour après stagner un moment dans la lowcard des shows. Il est très long et très difficile de grimper les échelons dans ce mode carrière, si bien qu’avec les passages obligés comme remporter le titre ou aller dans le main roster au bout de quelques matchs de carrière, on se retrouve avec un joueur aux stats basses qui va être largement désavantagé dans les combats.

Alors, on aime les challenges et ce n’est pas non plus impossible de gagner, mais on se sent un peu piégé tout de même dans un engrenage qu’on voit tourner sans grande raison, on erre backstage en enchaînant des semaines plus ou moins importantes en attendant d’avoir un programme.

Le jeu s’enferme dans un entre-deux étrange où la liberté du joueur est voulue mais forcément bridée par la volonté du jeu d’organiser des actions pour ce joueur. Ce serait bien de soit laisser plus de contrôle au joueur sur sa carrière avec de plus nombreux choix soit d’offrir un scénario plus détaillé et unique.

…qui se raccourcit avec un Season Pass

Parce que c’est l’ennui qui vient au fur et à mesure. Un ennui qui peut même se transformer en frustration tant le jeu semble ne rien nous laisser sous contrôle alors qu’il fait comme s’il le pouvait. C’est long, fastidieux et avec le système de points liés à la « monnaie » du jeu, c’est vraiment très frustrant.

Il faudra énormément jouer pour débloquer normalement tous les personnages et ne pas céder à l’achat d’un accélérateur ou d’un season pass. Cela n’a l’air de rien, mais le jeu vous propose clairement un choix entre passer énormément de temps sur le jeu ou dépenser 4,99€ pour débloquer les personnages ou 9,99€ pour faire avancer votre joueur plus vite c’est un coût supplémentaire surtout lorsque l’on dépense 69,99€ pour acheter le jeu, même si des réductions sont souvent possibles à trouver en ligne.

Critiquer 2K pour ce genre de méthode serait ignorer le fait que le jeu vidéo est entré dans cette mode des DLC pour ensuite en faire un argument économique derrière. Prenez tout jeu vidéo un peu populaire, un season pass sera disponible et proposera au joueur un raccourci moyennant quelques dizaines d’euros. Ici, 2K propose d’accéder également aux différents packs qui seront sortis et c’est au joueur de juger s’il veut vraiment ajouter 29,99€ au jeu vidéo.

Le mode Universe toujours aussi dense

De l’autre côté, on retrouve tout ce qui fait un bon opus de WWE 2K18. Le fait d’avoir accès à des tonnes de types de matchs, sous des tonnes de formes avec autant d’amis que vous aurez de manettes, c’est un plus indéniable quand on est fans de catch. On peut s’organiser sur un tournoi, se faire juste une session de duel. De ce côté là, 2K a bien réussi à créer une ambiance de jeu de sport où l’on invite un ami pour simplement jouer.

Le mode WWE Universe garde aussi ses qualités et ses défauts. L’aléatoire est toujours balbutiante au départ mais va s’adapter souvent à vos choix si vous paramétrez bien votre roster. Le power ranking et ses bonus d’attributs aident aussi à diriger les momentums de chacun dans un univers où le fantasy booking est roi. Cela reste toujours un investissement assez lourd toutefois et les temps de chargements du jeu n’aident pas à relativiser sur la longueur nécessaire pour organiser rosters et rivalités.

C’est toutefois un bon outil pour ceux qui restent froid à la densité des jeux de bookings comme Total Extreme Wrestling et qui veulent faire ce match dont ils rêvent tant. Et puis, faire en sorte que la ceinture Cruiserweight ait une vraie attractivité, vous ne le verrez pas à la WWE donc autant le faire soi-même.

En fait, une fois que vous avez passer le premier cap de ce mode où il faut réorganiser tout à votre bonne convenance, le mode se révèle vraiment sympathique avec pas mal d’opportunités tout au long des années où vous développez vos rivalités. Les fans du mode trouveront probablement que celui-ci est le meilleur mode de WWE 2K18.

Ajoutez à cela la présence toujours aussi importante du mode Création et des possibilités énormes de personnalisation de personnage que les jeux WWE 2K ont toujours eu, et vous pouvez présenter la WWE sous un tout nouveau visage, en s’amusant à mettre en avant certains catcheurs ou en créant des catcheurs du monde indépendant pour les catapulter dans le main-event – on pense à toi Kenny Omega.

Des problèmes techniques auxquels 2K semble attentif

Comme dit précédemment, le jeu comporte énormément de bugs techniques. C’est d’ailleurs assez frustrant de voir que le jeu a été pensé pour être le plus complet possible pour au final tant de détails techniques passés à la trappe. L’IA qui déraille parfois totalement, des interventions qui se finissent bizarrement de ce fait, des temps de chargement parfois abusifs. Le jeu est techniquement loin des meilleurs sur ce point de vue.

Quand on charge pendant trente secondes pour simplement arriver à l’introduction du show dans l’arène avant de repartir en temps de chargement avant le match, c’est assez frustrant. C’est comme si dans un autre jeu de sport, on faisait un temps de chargement pour nous mettre les hymnes ou la présentation d’un stade, avant d’en faire un deuxième pour jouer le match derrière. C’est assez étrange au final de charger deux fois des textures qui sont normalement les mêmes. Il y a un soucis d’optimisation à ce niveau qui nourrit certaines frustrations notamment en mode Mon Joueur.

L’autre gros soucis, c’est le mode en ligne où la gestion du matchmaking est assez dure à défendre. Le temps d’attente est assez aléatoire si vous sortez des heures de pointes et attendre vingt minutes donne l’impression de jouer à un jeu sorti depuis plus d’un an quand il est à peine sorti en Octobre dernier. L’équilibrage entre les joueurs est aussi assez inégal et on peut tomber sur des personnes de plus haut niveau assez facilement. C’est dommage car l’idée du mode Road to Glory est plutôt bonne pour insérer de la compétition en ligne mais son accessibilité est difficile à surpasser.

De plus, une fois dans le match, le ping – le temps de latence – est souvent assez élevé et dans un jeu où les contres sont si importants, c’est impossible d’apprécier autant une partie. Cela peut venir d’un problème de serveur comme d’un soucis par rapport au portage du jeu à un mode en ligne mais reste que le multijoueur, on préférera l’effectuer en local avec WWE 2K18.

Ces problèmes, 2K a l’air d’en avoir confiance, et avec la sortie du patch 1.05 et la promesse de réglages sur le mode Mon Joueur et sur les défauts de l’IA notamment, on peut espérer que 2K puisse un peu redresser la barre sur un plan technique notamment. Le studio et les développeurs du jeu semblent bien à l’écoute des problèmes subis par les joueurs et c’est déjà un point important. Reste que malheureusement un joueur s’accroche à un jeu dans les premières semaines de sa sortie et son achat et il est probable que certains délaissent le jeu au fur et à mesure.

Cette édition de WWE 2K est par conséquent assez inégale. Malgré un gameplay rodé et une densité de contenu et de détails satisfaisants, le jeu offre surtout pas mal de soucis techniques et une expérience de jeu compliquée, où l’on se bat avec les défauts réguliers et les bugs. Le jeu reste une valeur sûre pour un fan de catch et des parties avec des mais, mais se montrera un peu moins amusant une fois parti dans les modes solo et multijoueur en ligne.

Le studio semble toujours avoir de l’ambition et ça se ressent vraiment dans la volonté de faire de WWE 2K une vraie simulation immersive dans le monde de la WWE mais il faudra repenser l’expérience globale de jeu pour laisser plus de capacités au joueur de juste pouvoir s’amuser davantage autour des jeux WWE 2K plutôt que de devoir se battre contre des défaillances techniques frustrantes.

WWE 2K18 : Un jeu assez inégal mais avec de l’ambition
Cliquez pour commenter
En haut