WWE

Gail Kim : « Stephanie McMahon aurait pu se battre pour nous il y a longtemps »

Selon l’ancienne catcheuse Gail Kim, la « Women’s Revolution » de Stephanie McMahon est menée par le business.

Gail Kim

Elle a beau avoir mis fin à sa carrière l’année dernière, Gail Kim ne reste pas trop éloignée du milieu du catch. Dans une interview à AfterBuzz, l’ancienne championne des Knockouts d’Impact Wrestling parle notamment du catch féminin de la WWE.

Le catch féminin de la WWE Gail Kim l’a bien connue. De 2002 à 2011 la catcheuse canadienne fait quelques aller-retour dans la promotion de Stamford et y a été une fois championne, et à l’époque les « Divas » étaient encore loin d’espérer la « Women’s Revolution ».

Elle explique en effet qu’à son époque, Stéphanie McMahon n’était pas tellement intéressée par l’idée de se battre pour le catch féminin.

La WWE pense toujours de façon business. Ils pense comme ça : « OK cette révolution féminine devient tendance, Ronda Rousey, ce mouvement Me Too », c’est évident. Pour être honnête, je vais le dire, parce que je l’ai déjà dit sur Twitter, Stephanie McMahon aurait pu se battre pour nous il y a longtemps. Elle était là à chaque fois que je travaillais là bas et ne s’est pas sentie intéressée par le fait de se battre pour les femmes à l’époque. Pour eux, tout est motivé par le business.

Gail Kim ajoute que même si aujourd’hui les femmes sont mieux traitées à la WWE, les choses sont arrivés par les fans sur les réseaux sociaux.

La mise en place de cette women’s revolution elle s’est faite par les fans… les fans l’ont demandé sur les réseaux sociaux, Vince [McMahon] l’a entendu et a fait en sorte qu’elle ait lieu. Et je pense que les filles commencent à être traitées comme elles le veulent.

Ce n’est un secret pour personne et Gail Kim ne révèle rien de nouveau, cette initiative de la WWE n’est évidemment pas désintéressée. Beaucoup de personnalités l’ont dit, et les méthodes employées par la compagnie de Stamford parlent d’elles-même.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut