WWE

Résultats de WWE WrestleMania 35

Résumé et résultats de WWE WrestleMania 35.

WWE

C’est le grand soir. Ce dimanche soir c’est WrestleMania 35, le point culminant de l’année de la WWE et la carte cette année est encore lourde, littéralement. Pas moins de 16 matchs sont au programme de l’événement.

Quasiment tous les titres du roster principal de la WWE seront en jeu avec notamment le match pour le titre de championne de RAW entre Ronda Rousey, Becky Lynch et Charlotte Flair dans le main-event. Brock Lesnar défendra lui son titre de champion Universal contre Seth Rollins tandis que Kofi Kingston emmènera sa Kofi Mania à WrestleMania pour défier Daniel Bryan pour le titre de champion de la WWE.

👉 Kickoff de WrestleMania 35.
👉 Carte de WrestleMania 35.

Premier match, nouveau champion Cruiserweight

Le premier match du kickoff, dans une arène pas encore très bien remplie, est celui pour le titre de champion Cruiserweight entre Buddy Murphy et Tony Nese.

Tony Nese a battu Buddy Murphy par tombé avec le Running Nese pour devenir champion Cruiserweight de la WWE.

Bon match plutôt dominé par Nese qui est allé jusqu’à se sortir du Murphy’s Law d’un pied dans les cordes pour ouvrir la soirée, le public bien que pas complet l’a quand même bien fait ressentir.

Fabulous Mella Battle Royal

On enchaine rapidement avec la bataille royale féminine quelques minutes plus tard. Plusieurs catcheuses entrent en même temps. Naomi et Asuka ont toutes les deux le droit à leur entrée à elles. Peu de catcheuses de NXT participantent à part Candice LeRae et Kairi Sane, la seule surprise du main-roster est Maria Kanellis, qui se fera éliminer rapidement.

Carmella remporte la bataille royale féminine en éliminant Sarah Logan.

Après une série d’élimination rapide, Asuka, Sonya Deville et Sarah Logan se retrouvent toutes les trois seules sur le ring. Sarah Logan élimine les deux autres, avant que Carmella qui n’était pas encore éliminée ne réapparaisse après avoir été sortie du ring sans être éliminée.

Ryder et Hawkins remettent les compteurs à zéro

Les titres de champions par équipe de RAW sont en jeu dans le match suivant. The Revival défendent leurs ceintures contre Curt Hawkins et Zack Ryder. Le match aurait dû avoir lieu dans la carte principale du show mais a visiblement été déplacé dans le kickoff au dernier moment.

Curt Hawkins et Zack Ryder ont battu The Revival par tombé sur un craddle bien surprise pour Dawson pour devenir champions par équipe de RAW.

Dawson venait de porter un brainbuster à Hawkins, ce dernier a fait mine d’être KO avant de surprendre son adversaire en lui rivant les épaules.

André n’est pas mort pour ça

La sixième édition Andre The Giant Memorial Battle Royal termine ce kickoff de WrestleMania. Un seul entrant surprise enplus des 29 annoncés : Luke Harper et ça fait plutôt plaisir, même s’il n’ira pas loin. Les Hardy Boyz, Braun Strowman et les comédien du SNL sont les seuls à avoir leur entrée.

Braun Strowman remporte l’Andre The Giant Memorial Battle Royal.

Strowman s’est retrouvé face à Colin Jost et Michael Che qui s’étaient cachés sous le ring pendant tout le match. Ceux-ci ont essayé de le raisonner avec un psychologue, évidement sans succès.

Le Kickoff est terminé, on lance le show principal avec America The Beautiful, des hélicoptères qui obtiennent une meilleur pop que la plupart des Superstars présentent sur la carte et une superbe vidéo promo pour le show de ce soir. C’est parti pour WrestleMania.

Vous êtes hypé ? Ne vous chauffez pas trop, Alexa Bliss, hôte de la soirée arrive pour… annoncer Hulk Hogan. la hype est retournée au frais tout d’un coup. Le temps de se tromper (à nouveau) de nom de stade et d’annoncer le show ouvert, Paul Heyman débarque en vitesse rapide.

Seth Rollins démonte la bête en ouverture

Pourquoi Paul Heyman ? Parce que surprise: c’est le titre de champion Universal qui ouvre la soirée. Brock Lesnar y défend ainsi son titre contre Seth Rollins. La raison invoquée par son avocat, c’est qu’il n’a pas envie d’attendre cinq heures de show. Ça tombe bien nous non plus et au moins ce sera ça de moins supporter en fin de soirée.

Brock Lesnar, pour s’assurer de la victoire, passe Seth Rollins à tabac pendant plusieurs minutes avant que le match ne commence. Mais Brock Lesnar n’a pas retenu la leçon, un coup dans l’entrejambe et il est à terre. Il aura fallu que l’arbitre soit KO pour qu’il puisse ne profiter et placer son finisher.

Seth Rollins a battu Brock Lesnar par tombé avec deux Curb Stomp pour devenir champion Universal de la WWE.

Voilà qui est fait. Brock Lesnar repart bredouille, Seth Rollins remonte la rampe en champion Universal et on espère que ça va durer un petit moment. On n’aurait pas été contre une petite réunion du Shield sur la fin, sinon.

SmackDown reste la maison d’AJ Styles

Randy Orton affronte dans le match suivant celui qui se vante d’avoir construit la maison SmackDown, AJ Styles.

AJ Styles a battu Randy Orton par tombé avec un Phenomenal Forearm.

Un match assez classique d’un dizaine de minute, un peu poussif sur le début mais avec une fin plutôt bien amenée. On est quand même ravi que celui-ci n’ait pas fait l’opener comme il semblait que ce soit prévu à la base.

Lacey Evans est passée faire coucou. C’est toujours sympa.

L’effet du nouveau contrat des Usos

On enchaine avec les titres de champions par équipe de SmackDown. Les Usos défendent leurs titres contre The Bar, Rusev et Shinsuke Nakamura et les deux catcheurs ex-NXT qui font le tout premier WrestleMania de leur carrière Ricochet et Aleister Black.

The Usos ont battu The Bar, Shinsuke Nakamura et Rusev, Aleister Black et Ricochet par tombé avec un double flying splash sur Sheamus.

Excellent match bien dynamique, beau travail notamment de Ricochet et Aleister Black qui ne déméritent pas leurs places dans le roster principaux. Resteront-ils en équipe après ça ? A voir ces prochaines semaines.

Petite pause dans l’action avec une présentation de la classe du Hall of Fame 2019 avec Brutus Beefcake, Harlem Heat, Honky Tonk Man, Torrie Willson, Hart Foundation et la D-Generation X. Petit émotion devant l’image de Chyna et Jim Neidhart sur l’écran géant.

Tout ce que vous pouviez attendre de Shane McMahon

Le match suivant est celui entre Shane McMahon et The Miz. les deux anciens partenaires s’affrontent dans un Falls Count Anywhere sous les yeux du père du Miz qui est aux abords du ring mais qui ne tardera pas à s’impliquer dans le début du match pour tenter d’aider son fils.

Il y avait tout ce que vous pouviez attendre d’un Falls Count Anywhere avec Shane McMahon dedans, où les deux catcheurs se sont ensuite battus dans les gradins puis autour des tables de commentateurs étrangères avant de finir sur une plateforme de caméraman.

Shane McMahon a battu The Miz après s’être jeté avec lui d’une plateforme quelques mètres plus bas.

Plusieurs médecins viennent voir si les deux catcheurs vont bien, ce qui semble être le cas. Shane McMahon est le seul montré qui se relève, l’image est stoppée avant que l’on puisse voir le Miz se relever à son tour pour passer à la suite du show.

L’Australie était fâchée, fallait corriger le tir

Sasha Banks et Bayley défendent leurs titres de championnes par équipe de la WWE dans le match suivant, face aux IIconics, Nia Jax et Tamina ainsi que Beth Phoenix et Natalya qui sont accompagnée par Bret Hart.

The IIconics ont battu Sasha Banks et Bayley, Tamina et Nia Jax et les Divas of Doom pour devenir championnes par équipe de la WWE. Billie Kay a profité un Glam Slam de Beth Phoenix sur Bayley pour lui voler ensuite le tombé.

Un match pas fou, pas mal brouillon et un règne qui se termine un peu vite et pas forcément au bon moment pour les premières championnes. Les IIconics ne déméritent pas mais elles pouvaient encore attendre.

IT’S A NEW CHAMP YES IT IS

C’est un des matchs les plus importants de la soirée qui se déroule ensuite. Kofi Kingston affronte Daniel Bryan pour son titre de champion de la WWE.

Kofi Kingston a battu Daniel Bryan par tombé avec un Trouble in Paradise pour devenir champion de la WWE.

Bon match qui met une pression assez forte avec le suspense qu’il faut, juste avec du catch. La psychologie catchesque quand c’est très bien travaillé c’est beau avoir, surtout après une storyline aussi prenante. On aime. La victoire de Kofi Kingston est parfaite. Les fin heureuses c’est bien.

Arrive. Coquina Clutch. Repart.

Samoa Joe défendait son titre de champion des États-Unis contre Rey Mysterio ensuite. Le match n’a failli pas avoir lieu en raison de la blessure à la cheville de Rey Mysterio, mais la WWE a tenue à ce qu’il ait lieu, trouvant une autre solution.

Samoa Joe a battu Rey Mysterio par soumission avec sa Coquina Clutch en moins d’une minute pour rester champion des États-Unis.

On va donc vite oublier ça, et passer à la suite sans regarder derrière, hein.

Roman Reigns dans l’indifférence

Roman Reigns affronte Drew McIntyre dans le prochain match. Pas d’enjeu, juste une envie de vengeance du Big Dog qui n’aime pas trop qu’on parle mal de sa famille. Reigns est tout de même entrée sur une réaction assez mitigée du public. La fin de l’état de grâce ?

Roman Reigns a battu Drew McIntyre par tombé après un Superman Punch.

Un match pas très impressionnant et qui se retrouve totalement plombé par une ambiance de mort du public. Le malaise était très palpable.

WORD LIFE

On attendait John Cena dans le match entre Kurt Angle et Baron Corbin, des rumeurs le voyant s’impliquer en arbitre spécial circulait mais c’est dans un tout autre rôle que celui-ci est venu, et plutôt inattendu. John Cena a en effet interrompu une tentative de concert d’Elias où celui-ci se dédoublait pour jour plusieurs instruments.

Le plus surprenant, c’est le fait que John Cena soit venu en Doctor of Thuganomics pour lacher clasher Elias à l’ancienne, comme si nous étions encore en 2002. Et ça a plutôt bien fonctionné.

John Cena termine le segment en portant, non pas un AA, mais un FU pour ce soir, comme il le précise.

Triple H et Batista plombent l’ambiance

Le No Hold Barred entre Triple H et Batista arrive ensuite. Il est presque cinq heures du matin en France, le show est débarré depuis presque six heures, la fatigue commence à se faire ressentir et ce match n’arrive ainsi pas vraiment au bon moment. 25 minutes d’un long et pénible match qui ne trouve pas du tout son public.

Triple H a battu Batista par tombé après un coup de Sledghammer en mode superman punch et un Pedigree.

Le genre de match dont on est content que ce soit terminé. La carrière de Triple H est sauvée, à l’année prochain pour un autre plombage d’ambiance.

Kurt Angle part sur une défaite

C’était bel et bien Baron Corbin. Contrairement à ce que l’on attendait, Kurt Angle termine bien sa carrière avec l’ancien GM de Monday Night RAW contre qui il aura eu une de ses dernière rivalité. Pas de remplaçant de dernière minute.

Baron Corbin a battu Kurt Angle par tombé avec son End of The Day

Angle prend ensuite le micro pour remercier les fans, leur demandant de chanter son theme song pour une dernière fois.

Le Demon reprend le titre Intercontinental

Finn Balor est venu en démon pour tenter de récupérer le titre de champion Intercontinental qui lui a pris Bobby Lashley il y a quelques semaines. Si le choix était étonnant puisque rappelons le, il ne l’avait pas fait face à Brock Lesnar alors que l’enjeu en valait certainement bien plus la peine, il aura été utile.

Finn Balor a battu Bobby Lashley par tombé avec le Coup de Grace pour remporter le titre Intercontinental.

The Man takes it all

C’est enfin l’heure. Après plus de sept heure de show, le main-event démarre enfin. Becky Lynch, Charlotte Flair et Ronda Rousey s’affrontent pour les titres de championnes de RAW et SmackDown. Charlotte Flair et Ronda Rousey ont leur droit à leurs entrées personnalisée, Becky Lynch elle fait dans la simplicité.

Becky Lynch a battu Ronda Rousey et Charlotte Flair par tombé en contrant un Piper’s Pit de Rousey avec un backslide pour devenir championne de RAW et SmackDown.

Une fin de match aux allures controversée qui laisse une ouverture à une suite à donner entre les deux catcheuses dans les semaines à venir.

Un WrestleMania qui se termine sur une très bonne note s’il on parle du résultat — la fin du match restant discutale, tout comme les victoires de Kofi Kingston et de Seth Rollins en ouverture de show. On regrettera surtout une ambiance qui s’est dégradée non seulement à cause du la durée du show et de la fatigue du public mais aussi quelques matchs un peut trop pénible à suivre comme celui de Triple H et Batista, ou de Baron Corbin et Kurt Angle qui laisse un mauvais sentiment pour la retraite d’un catcheur comme Angle.

La WWE a tout de même choisi de prendre le chemin des happy end pour ses affiches principale. Le règne de Brock Lesnar est terminé, Kofi Kingston est champion de la WWE tandis que Becky Lynch repart avec les deux titres féminins.

Les plus lus

En haut