Preview

Carte finale de WWE SummerSlam 2019

Preview et analyse de la carte de WWE SummerSlam 2019.

WWE

Ce dimanche c’est le point culminant de l’été à la WWE: SummerSlam 2019 s’annonce pas incroyable mais offre une carte qui semble plus légère et dont les match présentent à peu près tous un intérêt. Voilà qui est surprenant.

Une carte plus légère ?

La carte de SummerSlam cette année a un sentiment de légèreté. Pour un show qui devrait durer plus de cinq heures Kickoff compris, “seuls” dix matchs ont été annoncés jusque là, et s’il n’est pas impossible que d’autres soient ajoutés d’ici dimanche, on a un peu espoir que les matchs déjà annoncés aient un peu plus de temps. Aucun match n’a en tout cas l’air inutile ou de trop et c’est assez rare sur un pay-per-view de la WWE aujourd’hui.

Aucun match de championnat par équipe n’a été annoncé. Luke Gallows et Karl Anderson qui ont remporté leurs titres à RAW lundi dernier ne sont pas sur la carte et devraient être aux côtés de leur partenaire de The OC et champion des États-Unis AJ Styles qui lui sera face à Ricochet, tandis que les New Day ne devraient pas être loin non plus de Kofi Kingston à l’occasion de son match contre Randy Orton. Chez les femmes, les nouvelles championnes Alexa Bliss et Nikki Cross aussi sont absentes de la carte. Ceux-ci auront sans doute une place dans le kickoff, ou un match dans les épisodes de Monday Night RAW et SmackDown Live la semaine prochaine.

On notera aussi l’absence d’un match pour le titre de champion Intercontinental de Shinsuke Nakamura qui nous a semblé parti sur quelque chose avec Ali. Les Cruiserweights eux seront bien représentés puisque Drew Gulak défendra son titre contre Oney Lorcan qui semble bien avoir trouvé sa place à 205 Live.

N’ignorons pas non plus un match qui n’est pas encore annoncé mais qui risque de voir Roman Reigns qui n’est toujours pas dans les grandes affiches depuis son retour affronter Buddy Murphy, Erick Rowan ou Daniel Bryan qui sont tous les trois visés dans une histoire assez rocambolesque où le Big Dog manque de se faire assassiner à deux reprises. Tout de même.

Sans enjeux, ou presque

En dehors des championnats il y a des match simple dont certains ne sont pas sans enjeu. Kevin Owens joue par exemple sa place à la WWE contre Shane McMahon qui va encore s’offrir un petit quart d’heure de gloire mais dont on espère que ce sera le dernier avant un moment.

Charlotte Flair qui voulait à tout prix être sur la carte — en réalité, personne de saint d’esprit ne pouvait imaginer SummerSlam sans elle — s’est trouvé une adversaire de taille, puisqu’elle affrontera la canadienne Trish Stratus dans ce qui sera le dernier match de cette dernière.

Dolph Ziggler de son côté devait originalement affronter le Miz, c’est du moins ce qui était annoncé. Mais le Miz n’était qu’un leurre pour annoncer la présence de Goldberg qui fut pendant quelques semaines la cible de tacles de Ziggler dans ses promos. Goldberg a ainsi fait son retour à RAW lundi dernier pour s’annoncer à la place du Miz. Pauvre Miz.

Le match simple le moins intéressant a principalement pour but de mettre en avant le nouveau Bray Wyatt — qui n’est que l’ancien avec un masque de film d’horreur qui se confond en excuses tout le temps. Sous ses traits du Fiend, le “Monstre” affrontera un Finn Balor après ce match compte prendre quelques semaines de repos. C’est assez dommage pour Finn Balor, mais ce match s’il est bien placé pourra vous servir de pause.

De l’audace pour les titres féminin

Les matchs de championnats féminins sont par contre très surprenant. Il était déjà surprenant de ne pas voir Charlotte Flair finir dans une course à l’un des deux titres, la WWE étant visiblement très pressée d’offrir à celle-ci ses seize titres de championnat solo pour égaler, voire dépasser son paternel. Quand on voit ensuite qui Charlotte Flair affrontera dimanche, on comprend mieux et on est un peu rassuré — ça ne va sans doute pas durer, profitons-en.

Commençons par RAW et Becky Lynch qui depuis WrestleMania semble au final avoir un peu de mal à nous offrir un règne de qualité. Elle n’y est sans doute pour rien, avoir Lacey Evans comme challengeuse pour se retrouver ensuite affichée avec son mec Seth Rollins et mêlé à la rivalité de celui-ci avec Baron Corbin, ça fait de sacrés gros bâtons dans les roues. Ce dimanche c’est face à Natalya dans un matchs à soumissions qu’elle se retrouve et à moins que l’on nous ramène sa pote Ronda Rousey sous peu, on cherche encore pourquoi Natalya, si ce n’est le Canada. Certains dirons sans avoir vraiment tort que ça apporte une certaine différence, mais Natalya challengeuse on a déjà essayé et la dernière fois c’était pas très emballant.

Pour SmackDown on peut louer le choix de la nouveauté puisque c’est Ember Moon qui a été choisie comme la challengeuse au titre de championne de SmackDown de Bayley. Le build up est un peu brouillon et c’est dommage : un jour Bayley attaque Ember Moon, un autre jour elle vient à son secours quand Natalya la passe à tabac. Dommage parce que Ember Moon n’a jusque là pas eu vraiment le temps d’être pushée — la storyline avec le duo de Mandy Rose et Sonya Deville n’est pas un push, n’abusons pas.

Le titre Universal se répète, le titre de la WWE passionne

Les deux titres majeurs masculins de leurs côtés ne compteront pas sur les mêmes atouts pour intéresser leur public. D’un compté on mise sur le star power de Brock Lesnar, quand de l’autre on nous plonge dans le passé avec une storyline intéressante.

Brock Lesnar est redevenu champion Universal comme pour remonter rapidement les audiences de Monday Night RAW lors d’Extreme Rules après avoir remporté la mallette MITB en mai dernier et Seth Rollins n’a pas eu un règne passionnant, n’ayant eu qu’une rivalité avec Baron Corbin. Tout pour se retrouver dans une histoire assez peu différente de celle qui avait rythmée la route vers WrestleMania.

C’est du coté de SmackDown qu’il faut aller pour trouver quelque chose de plus passionnant. C’est une plongée dans le passée avec un Kofi Kingston qui est prêt à risquer son titre de champion de la WWE pour se venger d’une époque où Randy Orton était de ceux qui utilisaient leur influence pour décider de qui avait le droit de grimper les échelons.

C’est un gros risque et c’est sans doute dans cette configuration qu’il est bien plus probable que Kofi Kingston perde son titre que lors des précédentes rivalités qui ont fait de ce règne un des meilleurs règnes de champion de la WWE depuis longtemps. Ne l’enterrons pas vite non plus, une défaite de Randy Orton bien que moins probable est possible.

Carte de WWE SummerSlam 2019

  • Match pour le titre de champion Universal : Brock Lesnar (c) contre Seth Rollins
  • Match pour le titre de champion de la WWE : Kofi Kingston (c) contre Randy Orton
  • Match pour le titre de championne de RAW : Becky Lynch (c) contre Natalya — Submission match
  • Match pour le titre de championne de SmackDown : Bayley (c) contre Ember Moon
  • Match pour le titre de champion des États-Unis : AJ Styles (c) contre Ricochet
  • Match pour le titre de champion Cruiserweight : Drew Gulak (c) contre Oney Lorcan (Kickoff)
  • Match pour les titres de championnes par équipe : Alexa Bliss et Nikki Cross (c) contre IIconics (Kickoff)
  • Charlotte Flair contre Trish Stratus
  • Kevin Owens contre Shane McMahon
  • Finn Balor contre Bray Wyatt
  • Goldberg contre Dolph Ziggler
  • Buddy Murphy contre Apollo Crews (Kickoff)

Les plus lus

To Top