NJPW

Résultats de NJPW The New Beginning in Osaka 2020

Resultats de la troisième et dernière étape de The New Beginning 2020.

NJPW

Dernière étape de la tournée The New Beginning, la NJPW posait ses valises (surtout son ring) dans la ville d’Osaka et son Osaka-jō Hall. Huit combats, dont quatre pour des championnats. Le catch est notre seul vecteur de motivation pour se lever à 08h00 heures un dimanche matin.

La dernière révérence de Nakanishi

Manabu Nakanishi, Hiroyoshi Tenzan, Satoshi Kojima & Yuji Nagata ont battu Ryusuke Taguchi, Toa Henare, Togi Makabe & Tomoaki Homna. On commence notre matinée de catch par une retraite : celle de Manabu Nakanishi qui raccroche les bottes après presque trois décennies de carrière. Les larmes se lisent sur ses yeux dès son entrée. Dernier tour de piste avec les copains, les ieuvs assurent toujours le spectacle.

Nakanishi prend ensuite le micro pour remercier ses partenaires ainsi que le public présent. La petite promo classique mais toujours efficace.

SHO & YOH ont battu El Desperado & Yoshinobu Kanemaru par tombé grâce à la 3K sur Kaneemaru. Roppongi 3K conservent leur championnats IWGP par équipes de la division Junior. Ça fait très clairement le café. C’est seulement dans les cinq dernières minutes du combat que la foule s’implique, les catcheurs aussi d’ailleurs. On se rappellera des cris de douleur de SHO, à qui le genou droit a pris salement cher, quelques cris en plus et les cheveux qui passent en jaune doré, c’était une transformation en Super Saiyanjin.

Ryusuke Taguchi débarque à la fin du combat pour défier les champions, il arrive muni d’un ballon de basket, va savoir. Joue au panier-ballon et révèle son partenaire qui n’est autre que le manager des 3K… Rocky Romero. Challenge accepted, bien évidemment.

Juice Robinson, David Finlay, Kota Ibushi & Hiroshi Tanahashi ont battu BULLET CLUB (Tama Tonga, Tanga Loa, Chase Owens & Yujiro Takahashi). Plus le temps passe, et plus la chevelure de Tanahashi ressemble à celle de ma grand mère, la tienne aussi d’ailleurs. C’était le genre de combats à huit hommes qui ne passionnent pas les foules, quelques actions sympas mais sans plus. Tanahashi donne la gagne à son escouade en surprenant Tama Tonga dans un petit paquet, Tana fait du Tana. N’oublions pas que les frangins Tonga & Loa ont remporté de nouveau les championnats par équipes lors de la tournée américaine, le règne de Robinson & Finlay a servi à… rien en fait. Par ailleurs, les vainqueurs s’engueulent à la fin du combat, va savoir.

On est clairement pas contre une paire Kota Ibushi & Hiroshi Tanahashi champions. Mais alors clairement pas.

Kazuchika Okada & Will Ospreay ont battu Taichi & Zack Sabre Jr. par tombé grâce au Rainmaker sur Taichi. L’amuse-gueule avant que la seconde partie du show arrive, et on est pas prêt. Sans non plus forcer, les quatre hommes nous livrent un très bon match. C’est fluide, ça fuse, c’est beau et c’est toujours le bonheur de voir Ospreay et Okada en équipe. L’Aerial Assassin s’amuse de ZSJ en se pavanant avec son championnat britannique, ces anglais…

Une nuque ne tient qu’à un fil

Jay White a battu SANADA par tombé avec sa Blade Runner. Si le spectacle était au rendez-vous, le combat a tout de même tiré sur la longueur avec plus de vingt minutes de combat. Une rencontre qui rentre dans le schéma type de White : on essaye d’avoir l’adversaire avec l’aide bien fouinarde de Gedo, on se fait dominer, Gedo revient casser les cojones et Switchblade plante sa prise de finition pour repartir sous les huées du public.

Si le milieu de match peinait à enivrer le public, les cinq voire sept dernières minutes du combat on fusait à grande vitesse : Blade Runner contré en Skull End et vice-versa, on aime ou on aime pas mais visuellement parlant ça offre quelque chose de super fluide.

Hiromu Takahashi a battu Ryu Lee par tombé grâce à son Timebomb pour conserver son championnat IWGP de la division Junior. Grande histoire entre les deux hommes, c’est tout de même Lee qui a (non-intentionnellement) brisé la nuque de Takahashi en juillet 2018, il n’a qu’à voir les réactions de la foule quand Lee tentait la prise fatidique, le traumatisme est toujours présent. Un début de combat fait de chops, rivalisant presque Kobashi et Sasaki en 2004.

Le reste du combat sera parsemé de haute voltige et de prises de risques, on change pas une équipe qui gagne, évidemment. Les Canadian Destroyer ont été légion, au grand dam de Petey Williams. L’ingouvernable aura tout de même besoin de Timebomb pour achever pour de bon le mexicain. Excellent combat, on donne du temps aux Juniors, c’est ça qu’on aime.

Direction l’asile

Jon Moxley a battu Minoru Suzuki par tombé pour conserver son championnat IWGP des Etat-Unis. Fallait s’attendre à un combat de gros tarés, on l’a bien attendu. La rencontre démarre directement par une bataille à coups de chaises sur la rampe d’entrée et la suite n’est qu’une grosse bagarre de camionneurs.

Passage à travers une table, des coups de chaises et des coups de coudes à en tuer les plus sensibles, Suzuki et Moxley n’ont pas lésiné sur les moyens pour produire un combat d’une grande violence. Cette image d”un Minoru Suzuki qui se mange un coup de chaise en pleine face et qui ne lui fera aucun mal est terrifiante, quel taré. Au final, MOX s’impose après un enchaînement de lariats et un Death Rider pour conclure un combat qu’il désirait tant. Suzuki, c’est fait.

Cependant, on ne s’attaque pas impunément à Minoru Suzuki, voilà que Zack Sabre Jr. débarque dans le dos de Jon Moxley pour venger l’affront fait à son leader. Ça nous hype un ZSJ contre Moxley, on laisse esquisser un grand sourire.

Un ingouvernable ensanglanté

Tetsuya Naito a battu KENTA par tombé avec sa Destino. KENTA débarque en compagnie avec une bonne partie de BULLET CLUB, sous les huées de la foule. Naito vient seul, sous les ovations d’Osaka, ville qui ne l’apprécie pas.

Sans surprise, l’arbitre Red Shoes Unno vire le clan de KENTA des abords du ring et s’ensuit cinq minutes où ce dernier fuit le combat, sous les rires de Naito. Ils en viennent enfin aux mains, grosse bagarre, fallait pas s’attendre à quelque chose d’autre. Une bonne grosse dose d’overbooking pour conclure votre matinée dominicale. Red Shoes prend encore cher, un Naito lancé à pleine vitesse dans la tronche ça fait ces dégâts. Jay White se pointe pour mettre son grain de sel dans le combat avant que BUSHI et Hiromu Takahashi arrivent à leur tour pour virer Switchblade du ring, la rencontre peut reprendre son cours.

On finira le combat sur un Naito complètement ensanglanté qui se mange un coin non protégé (la protection a été enlevée plus tôt dans le match par KENTA) et l’hémoglobine coule à flots, du genre sale. Même couvert de sang, l’ingouvernable parvient à battre KENTA en l’achevant d’une Destino, le public exulte.

Comme à chaque main-event de New Japan, le gagnant prend le micro pour s’adresser à la foule. Voilà qu’un Tetsuya Naito toujours en sang appelle son allié Hiromu Takahashi à venir au ring. Le chef de file des Ingouvernables défie son subalterne à un champion contre champion pour le show Anniversaire de New Japan Pro-Wrestling, qu’il accepte devant un public conquis. Par ailleurs, ça sera le premier un contre un entre les deux hommes, on a hâte.

Le show Anniversaire de la NJPW qui commémora le quarante-huitième anniversaire de la promotion aura lieu le 3 mars prochain et se profile vraisemblablement un combat principal totalement inédit entre Tetsuya Naito et Hiromu Takahashi tandis que la New Japan Cup 2020 se tiendra dès le lendemain et verra sa finale prendre place trois semaines plus tard lors du samedi 21 mars prochain.

Les plus lus

En haut