Japon

Décès de Hana Kimura, cyber-harcèlement : le gouvernement japonais souhaite prendre des mesures

hana kimura

En réaction au décès d’Hanna Kimura, le gouvernement japonais entend prendre des mesures contre le cyber-harcèlement.

Stardom

La nouvelle effroyable avait immensément ému l’intégralité du monde du catch : le décès tragique d’Hana Kimura à l’âge de 22 ans. La jeune femme, catcheuse à la STARDOM, a décidé de mettre fin à ses jours suite à un cyber-harcèlement dont elle a été la cible. Celui-ci ne concernait pas sa passion mais sa participation à une émission de télé-réalité japonaise : Terrace House.

La cause de ces attaques étaient dû à son énervement envers un autre candidat, qui avait souillé l’une de ses tenues de catch — demandez à n’importe quel catcheur, c’est sacré. Cependant, les téléspectateurs de l’émission n’étaient pas de cet avis et certains d’entre eux ont commencé à harceler Hana Kimura. La machine était lancée.

Le gouvernement japonais s’empare de l’affaire

À l’annonce de la terrible nouvelle, d’innombrables hommages ont été rendus à Hana Kimura — fans, catcheurs et catcheuses, commentateurs, promoteurs, etc de tous les horizons se sont joints à la peine de la famille, des amis et des collègues de la jeune femme de 22 ans. Au sein de l’archipel du Soleil Levant, cette nouvelle a eu aussi son impact et l’opinion publique en est évidemment choquée. Son impact est tel que le gouvernement nippon a décidé de se pencher sur l’affaire.

En effet, la Ministre de l’Intérieur et des Communications Sanae Takaichi a annoncé au gouvernement qu’elle souhaitait combattre le cyber-harcèlement suite à la mort d’Hana Kimura — Takaichi voudrait que ce sujet, assez brûlant, soit traité le plus rapidement possible par ses collègues. Par ailleurs, la ministre voudrait au travers de cette mesure, la possibilité d’identifier tout internaute surpris à poster des messages de type haineux.

D’autres noms de la scène politique japonaise apportent leur soutien tels que Yoshihide Suga, Secrétaire Général du Cabinet du Japon, qui selon lui « Il serait important d’améliorer la législation à propos d’internet afin que les utilisateurs qui en pourraient blesser d’autres ne puissent plus poster. » 

Publicité

D’autres candidats témoignent

Le tragique décès d’Hana Kimura a permis de délier quelques langues concernant le cyber-harcèlement. D’autres candidats de l’émission Terrasse House ont eux aussi avoué qu’ils étaient victimes d’attaque semblables à celles infligées à Hana Kimura.

Ryo Tawatari, qui a quitté l’émission en février dernier, confiait qu’il savait que la célébrité que lui apporterait l’émission allait amener ce genre de choses. « Est-ce vraiment juste ? » déclare Tawatari. « Honnêtement, je reçois de nombreux messages haineux tous les jours… d’autres candidats sont aussi au bord du gouffre. » Emika Mizukoshi a elle aussi quitté l’émission — presque en même temps que Ryo Tawatari. Celle-ci a elle aussi était victime de cyber-harcèlement suite à sa participation dans l’émission. « J’ai été victime de cyber-harcèlement lorsque j’ai rejoint Terrace House, et c’était terriblement blessant ». confie Mizukoshi. « Nous sommes des êtres humains et nous avons des sentiments. Les mots peuvent être des armes qui peuvent nous tuer… Nous devons mettre fin à cette tendance où on l’on peut tout dire à tous ceux qui jouissent d’une certaine célébrité ».

Suite aux événements récents, Netflix — diffuseur de Terrace House — a annoncé au travers d’un communiqué que la diffusion des prochains épisodes de l’émission est suspendue.

Publicité

Articles populaires

Publicité
En haut