NJPW

Hiroshi Tanahashi : « Organiser des shows en plein pandémie donne une mauvaise image du catch à la société »

hiroshi tanahashi

Hiroshi Tanahashi n’est pas trop fan des promotions qui ont poursuivi leurs activités durant la pandémie de COVID-19.

NJPW

Sa gestion de la pandémie liée au COVID-19 est saluée et à prendre pour exemple, la New Japan Pro-Wrestling est à l’arrêt depuis le 26 février et n’a pas organisé un seul événement depuis cette date. Cela n’empêche pas qu’elle fasse parler d’elle, la promotion japonaise a même prévu de revenir dès que la situation sanitaire le permet.

C’est l’un des piliers de la NJPW, Hiroshi Tanahashi qui s’est récemment entretenu avec le journal sportif américain Sports Illustrated pour expliquer notamment que poursuivre l’organisation de show de catch pendant la pandémie ne donne pas une bonne image de la discipline au monde entier.

« Une erreur marquée au fer rouge sur notre industrie »

Pour Tanahashi c’est indéniable, les promotions qui ont poursuivi leurs activités pendant la pandémie souffriront de leur réputation après celle-ci. « Il n’y pas de corps gouvernemental pour le catch japonais. » déclare Tanahashi. « On ne peut pas donc forcer les autres à annuler leurs dates, c’est la responsabilité de chacune des promotions. Cependant, organiser des événements en plein pandémie donne une mauvaise image du catch à la société. C’est une erreur marquée au fer rouge sur notre industrie, elle le restera une fois que la pandémie sera terminée. »

« Je pense qu’il était important de tous se réunir, comprendre ce qu’il passe réellement et prendre les bonnes décisions, » confie le catcheur. « même si cela inclue de faire notre retour après d’autres disciplines sportives ».

Publicité

Des mauvais élèves durant la crise sanitaire au Japon, il y en au pas mal. Des promotions comme la All Japan, la NOAH, la DDT ou encore la BJW ont continué d’organiser des shows durant ces derniers mois, à huis-clos bien sûr. Néanmoins, ces derniers n’ont pas les mêmes moyens que la New Japan et ne peuvent pas forcément se permettre de se mettre à l’arrêt — c’est une question de survie financière pour ces promotions. La BJW (Big Japan Pro-Wrestling) a même manqué de mettre la clé sous la porte, sauvée par une cagnotte en ligne.

Les fans manquent aux catcheurs

Au delà de l’aspect économique, le grand manque du catch à huis-clos est bien évidemment l’absence de la foule. La All Elite Wrestling et plus récemment la WWE comblent ce manque en laissant quelques uns de ses catcheurs aux abords du ring afin de créer une petite ambiance — et c’est toujours ça de pris.

Hiroshi Tanahashi, lui, n’attend que cela : le retour des fans. « Imaginez juste cela pour moi. Imaginez que cette pandémie est derrière nous et que le catch est de retour. Imaginez des milliers de fans, qui, tous ensembles, crient pour les catcheurs combattant dans le ring. Imaginez ces catcheurs en train de donner le meilleur d’eux-même. » déclare le huit fois champions poids lourds IWGP. « Cette image est tellement motivante. S’il vous plaît, tout le monde, prenez soin de vous. Passons cette mauvaise periode, et nous nous retrouverons, prochainement, avec des sourires sur nos visages ».

Hiroshi Tanahashi est un homme bon et adorable. Par contre, attention Tana, on connaît aussi un autre mec qui souhaite voir des sourires sur des visages et il n’a pas les mêmes méthodes.

En haut