NJPW

Résultats de NJPW Sengoku Lord in Nagoya 2020

njpw sengoku lord 2020

Retour sur le show Sengoku Lord in Nagoya 2020 de la NJPW.

NJPW

Après un Dominion 2020 fort en rebondissements, La New Japan Pro-Wrestling poursuit son petit bonhomme de chemin au travers d’un été sans G1 Climax, reporté cette année au mois d’octobre. Aujourd’hui, c’était Sengoku Lord in Nagoya avec notamment trois affiches : Kazuchika Okada contre Yujiro Takahashi, Shingo Takagi contre El Desperado pour le championnat NEVER ainsi que la première défense des championnats IWGP Poids Lourds et Intercontinental détenus par EVIL face à Hiromu Takahashi.

Par ailleurs, le COVID-19 a manqué de perturber l’événement : Tomoaki Honma et Yota Tsuji ont été retiré de la carte par pure précaution suite à des interactions avec des tierces personnes en contact avec le virus.


Résultats rapides

  • Taiji Ishimori a battu Yuya Uemura
  • Togi Makabe, Satoshi Kojima & Ryusuke Taguchi ont battu Tomohiro Ishii, Toru Yano & Gabriel Kidd
  • Los Ingobernables de Japon (Tetsuya Naito, SANADA & BUSHI) ont battu CHAOS (Hirooki Goto, YOSHI-HASHI & SHO)
  • Publicité
  • Hiroshi Tanahashi, Kota Ibushi, Yuji Nagata, Hiroyoshi Tenzan & Master Wato ont battu Suzuki-gun (Minoru Suzuki, Zack Sabre Jr., Taichi, Yoshinobu Kanemaru & DOUKI)

Sleepmaker

Une affiche qui en aura surpris plus d’un. Yujiro Takahashi, l’un des laquais de BULLET CLUB, affronte l’un des piliers de la promotion en la personne de Kazuchika Okada. Une affiche que New Japan essaye de nous vendre tant bien que mal en nous invoquant la trahison de Takahashi, alors membre de CHAOS pour la faction gaijin six ans plus tôt. Celui-ci a aidé AJ Styles à remporter le championnat IWGP poids lourds pour son premier combat au sein de la promotion lors de Wrestling Dontaku 2014.

On va pas se mentir, c’était mauvais. Même si Yujiro Takahashi n’est pas non plus le dernier des peintres dans un ring, c’est pas fou non plus. Avec l’absence des têtes d’affiches de BULLET CLUB, Takahashi fait office de membre important alors que cela fait cinq ans qu’il fait la serviette pour les copains.

De son côté, Kazuchika Okada est en mode pilote automatique et déçoit pas mal. Y’a de l’idée dans la Cobra Clutch, mais c’est comme le Dragon Sleeper de SANADA : ça arrive à tout moment et y’a 10 000 tentatives par match. Okada sait au moins porter sa prise de soumission avec laquelle il fait abandonner Takahashi. Un combat de moins de quinze minutes, ça a dû lui faire tout drôle au Rainmaker.

Le dragon désespéré

Shingo Takagi est sûrement l’un des meilleurs éléments de la New Japan depuis sa reprise. L’élève Takagi rend toujours une très bonne copie à chacun de ses exercices, poursuivez vos efforts, le main-event s’ouvrira bientôt à vous — à part si Monsieur le Principal Gedo décide de n’en faire qu’à sa tête.

Face au dragon ingouvernable se dressait El Desperado qui a attaqué le champion NEVER lors de Dominion plus tôt ce mois-ci après sa victoire contre SHO. Ne manquant jamais de refaire le portrait d’un adversaire, Takagi a bien évidemment accepté de mettre sa ceinture en jeu.

Un combat qui commence à l’extérieur lorsque Desperado attaque Takagi en traître lors de son entrée. Ce dernier reprendra le dessus avant d’aller faire la bise à l’un des poteaux du ring. El Desperado s’en prendra ensuite à la jambe gauche de Shingo, qu’il ne lâchera plus d’une semelle au fil de l’affrontement. Les deux hommes se mettront leurs plus belles tatanes, le premier qui flanche est fan de Phil Collins. Un peu de gruge où Takagi profite d’un arbitre distrait pour faire déguster la ceinture à Desperado.

Pumping Bomber et Made in Japan pour la victoire, Shingo Takagi reprend physiquement sa ceinture qu’on lui a volé il y a deux semaines dans un combat qui montre qu’on sous-estime toujours pas mal Desperado.

La bombe des ténèbres

La revanche d’un ingouvernable. Hiromu Takahashi a enfin pu mettre la main sur son allié EVIL, qui a trahi ses potes ingouvernables pour BULLET CLUB. L’occasion pour le King of Darkness de réaliser sa première défense des championnats IWGP Poids Lourds et Intercontinental.

Un affrontement mois américanisé que ceux face à Kazuchika Okada et Tetsuya Naito. Le storytelling est toujours présent mais celui-ci est plus cohérent et coule de source : un homme souhaite se venger contre un autre qu’il considérait comme son plus fier allié. Une hargne qui s’est traduite sur le ring où EVIL s’est quand même fait pas mal dominer durant la trentaine de minutes de match. Hiromu a clairement porté le combat sur ses épaules. Dick Togo, qui a tronqué sa tenue de catcheur pour celle de manager avec un beau costume, s’est aussi pas mal démarqué durant l’affrontement avec des interventions réfléchies et impactant la suite de l’affrontement. Gedo, prends en de la graine.

Publicité

À l’image d’un Kazuchika Okada, EVIL se démarque surtout en racontant les histoires tandis que son adversaire s’occupe de l’aspect technique. Ce serait de la mauvaise foi de le citer comme un mauvais catcheur. Tout comme son collègue, on sait qu’ils sont capables de beaucoup mais mettent le pilote automatique tel une certaine vipère chez Vince McMahon. Malgré une défense presque imparable, Hiromu Takahashi est dépassé par la gruge de Togo et d’EVIL avant de manger sa prise éponyme pour la gagne.

Taiji Ishimori viendra ensuite l’attaquer et poser avec son championnat IWGP Junior, on connaît donc son prochain challenger. Tetsuya Naito débarque ensuite pour sauver son pote. Les autres, comme toujours, sont au Starbucks à côté de l’arène ou glandent aux vestiaires, qui sait. Une revanche entre Naito et EVIL ne devrait pas tarder, et on l’espère meilleure que la première fois.

En haut