Japon

La Pro Wreslting NOAH et la DDT fusionnent

noah ddt cyberfight

La Pro Wrestling NOAH et la DDT fusionnent pour former l’entreprise CyberFight.

Tandis que la New Japan Pro-Wrestling domine le paysage du catch japonais et rayonne à l’international, d’autres promotions de renoms telles que la All Japan Pro-Wrestling, la DDT Pro-Wrestling ou la Pro Wrestling NOAH sont elle aussi des portes étendards du puroresu regorgeant elles aussi de qualité malgré des moyens moindres.

C’est de la DDT et de la NOAH dont il est question ici. Les deux promotions sont partenaires depuis le mois de janvier dernier suite au rachat par CyberAgent de la seconde, alors en faillite. CyberAgent possédant déjà la DDT depuis 2017. Chacune a son produit bien distinctif et un public qui l’est tout autant.

Cependant pour CyberAgent, il est grand temps de montrer les crocs et de tenter de faire frémir le gros poisson Bushiroad — propriétaire notamment de la NJPW.

NOAH + DDT = CyberFight

C’est aujourd’hui lors d’une conférence de presse organisée pour l’occasion que CyberAgent a annoncé que la DDT Pro-Wrestling, Pro-Wrestling NOAH, Tokyo Joshi Pro (propriété de la DDT) ainsi que la GAMBARE Pro (branche de la DDT) fusionnent pour former une sorte de consortium nommé CyberFight.

La hiérarchie de CyberFight est la suivante :

Publicité
  • Président : Sanshiro Takagi (DDT)
  • Vice-Président : Naomichi Marufuji (NOAH)
  • Vice-Président : Akito (DDT)
  • Membre de la direction : Arihiro Takeda (ancien président de la NOAH)
  • Membre de la direction : Takahiro Yamauchi (ancien président de la DDT)

Étaient aussi présents lors de la conférence de presse pour représenter les différentes promotions concernées :

  • NOAH : Go Shizoaki (champion GHC Heavyweight) et Katsuhiko Nakajima (champion GHC National)
  • DDT : Tetsuya Endo (champion KO-D Openweight), Chris Brookes (champion DDT Universal), Ken Ohka et Jun Akiyama
  • TJPW : Yuka Sakazaki (championne Princess Of Princess)

Les promotions restent les mêmes tout comme le produit proposé. La DDT propose un produit assez unique en soit mêlant des stipulations complètement loufoque — qui ont souvent faites le tour de la toile — ainsi que des combats plus sérieux, à la loyale et rendant ses plus belles lettres de noblesse au puroresu. La NOAH, de son côté, était promotion de feu Mitsuharu Misawa jusqu’à sa tragique mort en juin 2009. La promotion est par la suite passé à de nombreuses reprises tout près de la faillite avant le sauvetage de CyberAgent au début de l’année 2020.

Objectif : dominer le monde du Puroresu

La Tokyo Joshi Pro quant à elle propose exclusivement un produit féminin dans un monde où la STARDOM domine le paysage puro tandis que la TJP, Sendai Girls ou SEAdLINNNG traînent derrière malgré un produit tout aussi qualitatif.

En soit, la fusion permettra surtout aux promotions d’avoir une certaine stabilité économique tandis que les bénéfices engrangées reviendront dans un pot commun au compte de l’organisation CyberFight. Beaucoup de promotions japonaises sont les propriétés d’une entreprise : la NJPW et la STARDOM sont sous le joug de Bushiroad, mais les deux promotions restent totalement distinctes et aucune nouvelle de fusion n’a été évoquée. Leur objectif est très clair : devenir les leaders du marché. La fusion sera effective dès le 1er septembre prochain.

Une fusion qui intervient en pleine épidémie de COVID-19, qui aura bien affecté les deux promotions, bien que le Japon ait été très peu touché — et même si le pays prend toujours les plus grandes précautions. Sanshiro Takagi, président de CyberFight a par ailleurs promis que la finalité de cette fusion sera la suivante : organiser un show dans le mythique Tokyo Dome.

En haut