WWE

Bayley première du classement PWI Women’s 100

smackdown 11 septembre bayley

Bayley est la n°1 du classement féminin du magazine Pro Wrestling Illustrated.

WWE

Inauguré en 2008, le classement féminin du magazine PWI comporte depuis deux ans maintenant 100 catcheuses. Et c’est la championne de SmackDown Bayley qui s’immisce en tête.

Le magazine Pro Wrestling Illustrated a dévoilé ce jeudi la une de son prochain magazine spécial PWI Women’s 100, son classement des 100 meilleures catcheuses au monde. Un classement dont celle qui est championne de SmackDown depuis plus d’un an maintenant, Bayley, a pris la tête.

Le top 5 du classement n’est composé que de catcheuses de la WWE. Becky Lynch se glisse à la seconde place, suivie par la championne de RAW Asuka sur la troisième marche du podium. Charlotte Flair et Sasha Banks ferment ce top 5.

Publicité

Dans la suite du classement on retrouve la championne de l’AEW Hikaru Shida, l’ancienne championne d’Impact Wrestling Tessa Blanchard suivie par Riho (ex-championne de l’AEW), Io Shirai (championne de NXT) et Mayu Iwatani.

Top 10 du PWI Women 100

  1. Bayley
  2. Becky Lynch
  3. Asuka
  4. Charlotte Flair
  5. Sasha Banks
  6. Hikaru Shida
  7. Tessa Blanchard
  8. Riho
  9. Io Shirai
  10. Mayu Iwatani

À noter l’entrée dans le classement de la catcheuse française Amale à la 51ème place, championne de la wXw depuis plus d’un an, en contrat avec la WWE depuis cet été et qui a fait ses débuts à NXT UK la semaine dernière.

Ce classement a été établi sur la période du 1er octobre 2019 au 30 septembre 2020, durée pendant laquelle Bayley a été quasiment championne de bout en bout. Le classement pour rappel, se base sur les championnats remportés, la qualité des adversaires, la technique de la catcheuse, les victoires/défaites et les pushs.

Pour rappel, Jon Moxley s’est de son coté offert la tête du classement PWI 500 cette année, le classement originalement masculin qui depuis cette année comporte quelques femmes qui ont catché dans des matchs, compétitions ou promotions inter-genres.

En haut