AJPW

AJPW Raising An Army Memorial Series 2020 : Bagarre de darons et voltiges

AJPW RAAMS 2020

Avant d’entamer sa Real World Tag League 2020 durant le mois de novembre, quelques champions de l’AJPW ont défendu leur or en fin de mois d’octobre.

AJPW

Après avoir achevé l’édition 2020 de son mythique Champion Carnival, All Japan Pro-Wrestling a enchaîné à la mi-octobre par une tournée dénommé Raising An Army Memorial Series. Evidemment, comme à chaque tournée, les champions ont fort à faire face à des challengers affamés.

Quatre défenses de tires ont eu lieu durant les trois soirées de cette tournée dont l’une concernée le prestigieux Triple Crown, détenu pour la septième fois par Suwama, qui défendait son or face au vainqueur du Champion Carnival 2020, Zeus.

L’honneur est sauf

Tout d’abord, lors de la première soirée et comme citée plus haut, Suwama a défendu son championnat Triple Crown face à celui qui l’a humilié en à peine cinq petites minutes lors du Carnival, Zeus. Une affiche assez fraîche éloignant Kento Miyahara du sommet et aussi finaliste face à ce dernier.

Cette fois-ci, ce ne fut pas un squash, bien heureusement. La foule d’Osaka a assisté à une bonne grosse bagarre de darons d’une demi-heure. Le genre d’affrontement bien intense où ça se démonte la tronche sans résigner. Un combat en deux temps où le premier acte a vu un Zeus dominant à s’en prenant de manière très méticuleuse aux membres de Suwama, qui a nous fait part d’un très bon selling, mettant bien en avant les attaques de son adversaire. On croyait une nouvelle fois à une victoire express.

Publicité

Néanmoins, on connaît la force et l’ardeur des catcheurs japonais, le champion parvient à renverser la vapeur et donne le tout pour tout pour s’imposer. Une histoire simple à raconter mais qui fait toujours son petit effet. Suwama finit finalement par s’imposer, difficilement, mais prouvant une nouvelle sa domination sur l’ensemble de All Japan.

Les jeunes loups sont affamés

La troisième soirée de RAAMS — vous avez capté — a vu trois défenses de titres, en commençant par les titres All Asia par équipes. Championnats de la JWA de feu Rikidozan, les ceintures ont été recueilli par Giant Baba en 1976 et sont devenus par la suite des championnats de seconde zone mais restent néanmoins chargés d’histoire. Détenus actuellement par Zeus et son allié Izanagi de sa faction Purple Haze, les deux hommes ont défendu leur or face aux jeunes Akira Francesco et Rising HAYATO, tous deux âgés de 21 ans.

Un match d’une dizaine de minutes mais qui a clairement mis en valeur les jeunes loups. Zeus, quant à lui, fait figure du dominant qui prend son plaisir à démonter ses adversaires et qui conserve sans grande surprise.

S’ensuit un match pour le championnat de la division Junior. Vous voyez le traitement des Juniors à la New Japan ? À l’AJPW, c’est encore pire bien que ces dernières années se sont montrées un poil plus encourageante. Giant Baba n’était pas un grand fan du catch des poids-légers et leur traitement durent l’apogée de la promotion parle pour lui-même. Devenu pour la troisième champion, Koji Iwamoto faisait face à Atsuki Aoyagi, frère cadet de Yuya.

Un match qui en a surpris plus d’un tant le jeune Aoyagi a lâché une performance de qualité alors qu’il n’est que professionnel depuis à peine une petite année et demie. Beaucoup d’espoirs se placent en lui mais face à Iwamoto, le résultat reste logique avec un champion conservant sa ceinture. Un match fluide et bien rythmé où le champion s’efforce à mettre en avant les jeunes, permettant à chacun de se donner à fond.

Publicité

Des enfants terribles défaits

Tout droit débarqués de la Wrestle-1 de Keiji Muto fermée le 1er avril dernier, ses poulains Shotaro Ashino et Kuma Arashi tentent tant bien que mal de se faire un nom dans la cour de All Japan. Après un Champion Carnival pas vraiment concluant, les deux hommes ont dirigé leurs yeux vers les championnats du monde par équipes détenus par les Violent Giants, Shuji Ishikiwa et… Suwama, le mec domine complètement son petit monde.

Un combat qui va plaire sûrement aux amateurs de la bonne claque. Comme dirait, ils n’y sont pas allés sur le dos de la cuillère. Un bon slugfest des familles où d’un côté comme de l’autre, il ne valait mieux pas prendre quelques coups qui ont résonné dans toute la salle. Une bagarre intense couplée à une bonne histoire et on fait face à un très bon match par équipes. Par ailleurs, on peut aussi constater une petite alchimie entre Suwama et Ashino.

Néanmoins, le résultait peut faire râler : au final, les champions conservent et les Enfants Terribles se retrouvent toujours bredouilles alors qu’il serait temps de leur offrir quelques faits d’armes, on pense qu’ils ne sont pas venus à la All Japan pour beurrer les sandwichs.

Publicité

La prochaine étape pour la All Japan Pro-Wrestling sera la Real World Tag League, aussi mythique et prestigieux le Champion Carnival, l’édition 2020 commencera le 18 novembre et se terminera le 7 décembre prochain.

En haut