Ring of Honor

Résultats de ROH 19th Anniversary

ROH 19th Anniversary compressed

Résultats du show du dix-neuvième anniversaire de la Ring of Honor.

ROH
Publicité

C’est l’heure de la bamboche pour la Ring of Honor, qui fête ses 19 ans cette année. Tous les championnats sont défendus et des rivalités prennent fin : l’occasion pour la promotion de rebondir et de repartir sur de nouvelles bases après quelques années de galère.

Au programme notamment : Rush défend le championnat du monde de la ROH face à l’une des ses figures Jay Lethal, la guerre de clans entre la Faccion Ingobernable et The Foundation pour les titres de la Télévision et par équipes, Jonathan Gresham remet en jeu son championnat Pure face à Dak Draper et tant d’autres.

La MexiSquad s’effrite

Comme à chacun de ses pay-per-views, la ROH offre un pre-show à retrouver gratuitement sur YouTube pour chauffer ses téléspectateurs, il n’y a plus de public à chauffer que veux-tu.

Brian Johnson a battu Danhausen, Eli Isom et LSG pour devenir le challengeur numéro un au championnat ROH World Television. On envoie le bas de carte au charbon pour en envoyer un logiquement plus haut où chacun donne le meilleur de soi pour effecteur un match des plus solides.

Publicité

L’envie de bien faire se fait ressentir pour la hauteur de l’événement. Johnson joue la heat facile en volant le tombé final à Danhausen.

Shane Taylor Promotions (Kaun, Moses & Shane Taylor) ont battu MexiSquad (Bandido, Flamita & Rey Horus) pour conserver les championnats ROH World Six Man. Du même calibre que le match précédent, le temps donné est court mais les deux trios font de leur mieux pour sortir un match des plus passables. Quelques mésententes entre les luchadors malgré le combat en main va conduire à leur défaite.

Flamita défie ensuite ses deux coéquipiers pour un match plus tard dans la soirée et accepté par ses derniers.

Changement de programme

Tracy Williams a battu Kenny King pour remporter le championnat ROH World Televison pour la première fois de sa carrière. En l’absence de Dragon Lee, blessé à l’épaule, celui-ci a choisi son allié Kenny King pour défendre son or à sa place.

Un match assez court mais qui a eu le temps de bien faire le café. Williams l’emporte sur une belle ruse lorsque Amy Rose, valet de Lee, envoie la ceinture sur le ring et laisse King s’y jeter dessus et de le terminer sur un bon gros piledriver des familles.

Publicité

Flip Gordon a battu Mark Briscoe. Dix-neuf ans est aussi le nombre d’années pour lesquelles Mark Briscoe tout comme son frère Jay sont restés fidèles à la ROH et demeurent les seuls à travailler pour la promotion depuis le premier show le 23 février 2002.

Rapide mais efficace, Briscoe est là pour mettre en avant Gordon et il y met bien du sien comme à son habitude. Le benjamin des Briscoe se fait avoir par de la bonne gruge de Gordon incluant une chaise et un coup bas.

Dalton Castle a battu Josh Woods. Un match des plus techniques, rappelant les meilleurs heures du catch Pure vendu par la ROH à la bonne époque.

Publicité

Woods se fait trahir par son coéquipier Silas Young après qu’il ait refusé d’utiliser des armes pour achever Castle. Ce dernier ne peut que peut effectuer le tombé pour la gagne. En outre de la séparation de Woods et Young, il est révélé que Dalton Castle reste à la ROH après de nombreuses rumeurs concernant un départ.

Règlements de comptes

Jay Briscoe a battu EC3. Désormais signé à la Ring of Honor après s’être autoproclamé « l’agent libre le plus chaud du business », voilà qu’à EC3 souhaite faire manger ses dents, du moins les seules qui lui reste à l’aîné des frères Briscoe.

Un match bien trop long pour ce que c’était. Fallait une bonne bagarre d’une douzaine de minutes et y ajouter quelques gouttes de sang pour coller à la rivalité vendue par la promotion de Baltimore. Briscoe refuse de serrer la main à EC3, protestant qu’il ne mérite de serrer la paluche d’un mec qui a serré celle des Bryan Danielson, Samoa Joe, Mitsuharu Misawa et tant d’autres.

Malgré tout, après le match, il décide d’offrir son respect à EC3 en lui serrant la main, concluant ainsi leur rivalité.

À lire aussi : EC3 signe à la Ring of Honor

Publicité

Bandido a battu Flamita et Rey Horus. Annoncé durant le pre-show, la MexiSquad va régler ses différents dans le ring et on sent que ça va voltiger sec.

Assurément le show-stealer, les gonzes se sont démonter la tronche en dix minutes chrono. Ça s’est mal parlé, ça fuse dans tous les sens. Un bon gros spotfest qui risque de faire sortir Jim Cornette de ses gonds et ça c’est qu’on aime bien qu’on a quand même peur de la suite pour les trois luchadors pour la suite à ce qui s’apparente à la séparation du trio.

Matt Taven contre Vincent s’est terminé en un no-constest.

Un match qui s’est révélé être de type cinématique. Les deux hommes se sont battus dans une école de catch qu’ils ont tous les deux fréquentés. Pas de tombé ni de soumissions, l’issue de ce combat serait donc de mettre son adversaire au tapis. De la bonne bagarre et surtout une guerre psychologique qui se termine bizarrement lorsque les deux protagonistes tombent d’une mezzanine directement sur une pile de table. Un homme apparaît et prend Vincent sur ses épaules et s’en va, concluant ainsi cet affrontement. Enigmatique.

La Foundation repart avec de l’or

Jonathan Gresham a battu Dak Draper pour conserver le championnat ROH Pure. Draper, un catcheur des plus techniques, oui (c’est faux).

Gresham porte le match face à un Draper qui a des sacrés problèmes de placements et d’exécution. À noter malgré tout de la bonne psychologie et du shoot-style qui rappelle les bonne heures du genre au Japon. The Octopus l’emporte sur une Rear Naked Choke qui fait passer son adversaire dans les vapes.

The Foundation (Tracy Williams & Rhett Titus) ont battu La Faccion Ingobernable (Kenny King & La Bestia del Ring) pour remporter les championnats du monde par équipes de la ROH. Dragon Lee étant lui aussi champion par équipes, le paternel le remplace.

On regrette la blessure de Lee qui nous fait don du supplice de voir son père catcher. La Bestia del Ring n’a rien fait de cohérent. Faut rentrer à la maison, monsieur. Alors qu’ils sont sur le point de gagner, LBR demande une chaise à Amy Rose mais lui renvoie pour qu’elle lui redonne comme une vraie femme le ferait. La masculinité toxique en 2021, un régal. Au moins, Williams & Titus gagnent et le premier est désormais double champion, il mérite.

Sinon, le daron ingouvernable envoie un spear à Rose après le match parce que pourquoi pas.

Guerre de gangs

Rush a battu Jay Lethal pour conserver le championnat du monde de la ROH. D’un côté, l’irrespectueux Rush qui se fout bien du code de l’honneur de la promotion face à l’un de ses piliers qui souhaite lui redonner son prestige d’antan. Construction simple mais efficace.

Un bon match, Rush la joue à peu près à la loyale avant de vriller face à la résistance de Lethal, qui parvient à prendre parfois l’avantage en s’attaquant aux genoux du champion. La fin vient gâcher de ce qui était un très bon match lorsque Kenny King et La Bestia del Ring font irruption avec notamment un coup de chaise du second en pleine face de Lethal et ce devant les yeux ébahis de l’arbitre, qui ne disqualifie pas Rush, qui n’a plus qu’à achever son challenger.

L’après-match vient laisser une bonne note lorsque Brody King, Chris Dickinson, Tony Deppen ainsi qu’Homicide viennent chasser les ingouvernables du ring avant de massacrer Jay Lethal gisant encore sur le ring. Entre The Foundation, La Faccion Ingobernable, Shayne Taylor Promotions et désormais VLNCE UNLTD, le clan des quatre hommes cités au dessus et dont la signification sera sûrement révélée prochainement.

Par rapport à un Final Battle 2020 assez inégal, ROH 19th Anniversary semble être désormais un vrai tournant pour la Ring of Honor, qui parvient à remonter à la surface après deux ans de galère et les départs de The Elite pour la création de l’AEW et d’autres talents connus de la promotion de Baltimore qui ont suivi le mouvement. La ROH bénéficie quand même d’un roster plus qu’honorable et peut repartir sur de bonnes et nouvelles bases pour la suite. C’est tout ce qu’on lui souhaite.

En haut