WWE

Samoa Joe, Mickie James, IIconics… : nouvelle vague de licenciements à la WWE

samoa joe 1

Nouvelle vague de licenciement post-WrestleMania à la WWE : neufs talents dont Samoa Joe et Mickie James ont été libérés de leur contrat.

WWE
Publicité

C’est souvent tous les ans après WrestleMania et on est pourtant à chaque fois surpris : la WWE se sépare d’une poignée de Superstars.

La WWE a en effet annoncé s’être séparée de plusieurs Superstars ce jeudi soir, pour la plupart non utilisées ou qui ne catchait plus.

La promotion de Stamford a donc libéré de tout contrat les talents suivants :

  • Samoa Joe
  • Mickie James
  • Peyton Royce
  • Bille Kay
  • Kalisto
  • Tucker
  • Bo Dallas
  • Wesley Blake
  • Chelsea Green

Des licenciements « d’ordre financier »

La plupart des noms cités s’avèrent être des talents qui ne sont plus utilisés par la WWE tels que Tucker dont la fin de Heavy Machinery avec Otis fut fatal. Wesley Blake a été brièvement utilisé comme un laquait de Baron Corbin en fin d’année 2020, Mickie James a fait sa dernière apparition lors du Royal Rumble féminin et n’était plus utilisé depuis septembre dernier et Bo Dallas était absent des écrans depuis octobre 2019.

Publicité

Des renvois aussi étonnants pour les IIconics Peyton Royce & Billie Kay. Bien que séparées les deux femmes avaient toutes deux un programme dans lequel Kay a notamment participé au Tag Team Turnoil de WrestleMania 37 avec Carmella et Royce dont le dernier match a eu lieu face à Asuka le 22 mars lors de WWE RAW. Quant à Samoa Joe, celui-ci avait démontré des qualités de commentateurs après plusieurs pépins physiques.

De nombreuses sources rapportent que ces licenciements seraient d’ordre financier, similaire à ceux de l’an passé suite à la crise sanitaire. Selon ces mêmes sources, John Laurinatis, récemment devenu responsable des relations avec les talents, évoque des « coupes budgétaires » aux catcheuses et catcheurs renvoyés.

À lire aussi : La WWE enregistre un revenu record en 2020

En attendant, tous ces talents renvoyés ne pourront signé nulle part avant le 14 juillet prochain, clause de non-compétitivité oblige.

Publicité
En haut