NWA

Résultats de NWA When Our Shadows Fall

nwa when our shadows fall results 1

Résultats de NWA When Our Shadows Fall, second pay-per-view de la promotion depuis son retour aux affaires.

NWA

Bienvenue au mystérieux spectacle de la NWA : When Our Shadows Fall. Aux influences d’un cirque sombre tout droit sorti d’un film d’épouvante, Billy Corgan se paye même le luxe de faire composer la musique de l’événement par Jeff Schroeder, le collègue guitariste des Smashing Pumpkins.

Au programme : Trevor Murdoch veut la peau de Nick Aldis pour le compte du titre NWA Worlds Heavyweight, Serena Deeb fait ses débuts à la NWA en faisant face à Kamille pour défendre son championnat du monde féminin, les champions par équipes malgré eux Aron Stevens & Kratos défendent leur or face à deux autres équipes tandis quelques nouvelles têtes débarquent aux GPB Studios d’Atlanta.

Demolition Derby et accident industriel

La Rebellion a battu The End (Odison & Parrow), Slice Boogie et Marshe Rockett et Sal Rinauro et Rudo. C’était le match à envoyer en ouverture, qui se déroule d’ailleurs avec les règles mexicaines avec la venue de La Rebellion. Seules deux équipes peuvent combattre sur le ring.

Bonne dynamique tout au long du combat. Quelques spots où tout le monde se regroupe pour prendre le dive d’un autre. Chaque équipe a son temps pour briller. Bon match. On n’en demandait pas plus.

Publicité

Tyrus a battu The Pope. Après un premier échec pour le championnat de la Télévision, les deux hommes s’étaient promis de se retrouver dans un grudge match ne comptant pas pour le titre.

Un match de Tyrus en somme : c’est long et sans rythme et d’une lenteur extrême. Pope fait de son mieux pour rendre le match crédible en vendant comme il faut les offenses de de son adversaire et parvient à renverser la vapeur à quelques reprises.

Sans surprise, ça se finit de manière bien incongrue et déloyale. Austin Idol distrait l’arbitre tout en donnant un poing américain à Tyrus qui l’envoie directement en plein museau de Pope pour la victoire.

Une seconde vie

Kylie Rae & Taryn Terrell ont battu Melina & Thunder Rosa. Joe Galli nous annonce en début de match que Rae a signé un contrat avec la NWA. Un bon ajout pour le roster féminin.

Un match solide dans son ensemble. Les échanges entre Rosa et Rae permettent de faire le match et Melina montre qu’elle en a tout de même encore sous le capot. Terrell est limitée sur le ring et met l’emphase sur sa capacité à être détestable à souhait. Catcher, elle ne sait pas le faire mais être une bonne peste, elle sait. 

Publicité

Une fin de match qui tombe tout de même à l’eau dans laquelle Rosa part en coulisses passer à tabac Terrell, laissant Rae profiter de la confusion pour faire un petit paquet sur Melina.

JTG a battu Fred Rosser. Les débuts de l’ancien Cryme Time sur les rings de la NWA et celui-ci a montré de belles choses, ce qu’il n’a jamais pu faire en huit ans à la WWE. De son côté, Rosser est fidèle à lui-même et nous sort une prestation bien solide.

Un match plutôt satisfaisant, ça s’enchaîne plutôt bien et sans accroc. Que demander de plus ? JTG l’emporte sur un petit paquet. Le seul finish à la loyale de la soirée reste toujours l’opener.

Publicité

À la loyale ou à la déloyale : il y a deux écoles

Aron Stevens et Kratos ont battu The War Kings (Crimson & Jax Dane) et Stricly Business (Chris Adonis & Thom Latimer) pour conserver les championnats par équipes de la NWA. Chaque membre d’une équipe combat sur le ring, cela rajoute une dynamique complète au match. On sait que l’action sera non-stop.

Les War Kings et Stricly Business vont s’allier durant une bonne partie du match en passant à tabac Stevens face à un Kratos désœuvré. L’alliance prendra fin lorsque viendra le moment de réaliser le tombé. C’est ce moment qui permet à Kratos de se saisir de l’une des ceintures mais se la fait prendre des mains par l’arbitre.

Il en profite derrière pour placer un coup bas et permettre à son partenaire de prendre la gagne. Un nouveau finish déloyal mais celui-ci avait plutôt du sens.

Kamille a battu Serena Deeb pour remporter le championnat NWA World Women’s. Victoire assez prévisible tant la promotion a placé Kamille sur une ligne droite qui allait la mener tôt ou tard. On espère que Deeb restera encore quelque temps du côté des GPB Studios puisque c’est à elle qu’on doit la qualité du match.

Certes, Kamille est imposante mais c’est bien la seule chose qu’elle a pour elle. Elle est forte, tout ça tout ça… mais il s’agirait de montrer d’autres choses. La tentative de soumission en fin de match le prouve. Deeb démontre une nouvelle fois qu’elle est l’une des femmes les plus viables du circuit, jamais elle nous offre un mauvais match.

Publicité

À lire aussi : Résultats de NWA Powerrr du 15 juin

Retour un poil trop vers le futur

Nick Aldis a battu Trevor Murdoch par disqualification pour conserver le championnat NWA Worlds Heavyweight. Vous voyez Ric Flair contre Dusty Rhodes sous une liesse populaire dans les années 1980 ? C’est pareil. 

L’histoire est tout de même passionnante et montre que Murdoch est devenu un excellent top babyface durant ces dernières semaines face à un Aldis plus machiavélique que jamais. Quelques bons échanges entre les deux hommes mais le champion ne peut pas s’empêcher de tricher et se fait même corriger par l’arbitre sous les applaudissements de la foule. Murdoch domine tout de même assez largement durant le combat.

Débarque dès lors Thom Latimer, armé d’une chaise, qui vient distraire l’arbitre tandis qu’Aldis, gisant au sol, s’arme à son tour et claque un coup de chaise dans le dos de ce dernier. Murdoch y passe aussi mais parvient à renverser la vapeur face à un adversaire bien trop arrogant.

Il se saisit à son tour de la chaise pour la faire goûter au britannique avant de lui administrer un Texas Cloverleaf. L’arbitre reprend ses esprits et voit la chaise aux pieds de Murdoch, qui se fait disqualifier. Que ce soit la foule ou à la table des commentateurs, tout le monde déverse son dégoût à l’encontre de Nick Aldis. Joe Galli est debout et peste contre le champion. Si même les commentateurs sont consternés, c’est que le champion est vraiment le roi des ordures.

Trevor Murdoch est interviewé et s’excuse auprès du reste du monde pour sa défaite, il ne sait pas quoi faire. Il a pourtant tout donné durant ce match. Une promo tellement simple mais donnée avec le cœur. On en saura davantage ce mardi lors de Powerrr, qui démarre sur une nouvelle saison avec semble-t-il un bon paquet de nouvelles têtes. 

Dans sa globalité, NWA When Our Shadows Fall est un pay-per-view des plus solides. Assurément pas le meilleur de la promotion et loin d’être le pire. Chaque match — excepté Tyrus — relève du domaine du correct, on a ressenti que tout le monde était galvanisé par le retour d’une foule, bien qu’en petit comité, dans la salle. Certains pointent le dénouement du main-event, à trop vouloir faire à l’ancienne, la NWA ne se rend parfois pas compte que certains codes du passés ne fonctionnent plus de nos jours.

En haut