Ring of Honor

Résultats de ROH Best in the World 2021

resultats roh best in the world 2021

Résultats complets du pay-per-view ROH Best in the World 2021, premier événement de la Ring of Honor à accueillir du public depuis février 2020.

ROH

Les fans sont de retour ce dimanche à la Ring of Honor à l’occasion de leur pay-per-view Best in the World 2021. Au programme : RUSH défend son titre de champion du monde face à Bandido, Dragon Lee tente de récupérer son titre de la Télévision des mains de Tony Deppen, Mike Bennett défie Jonathan Gresham pour le championnat Pure tandis que Rhett Titus & Tracy Williams combattent sans honneur contre Chris Dickinson et Homicide pour les titres par équipes.

Fan-service

On ouvre cette soirée à Baltimore par un match équipes opposant Brian Johnson et PJ Black aux frères Jay & Mark Briscoe. L’assurance d’une bonne pop en ouverture, c’est finement joué. Johnson est là pour la heat facile et insulte la foule avant de s’en prendre à ses adversaires du soir, en faisant quelques vannes sur leur consanguinité dans leur Delaware natal, normalement c’est en Alabama.

The Briscoes (Jay & Mark Briscoe) ont battu Brian Johnson et PJ Black. Un match tout à fait correct pour lancer les hostilités, on est sur du fan-service total. Les frangins Briscoes restent toujours autant populaires tant ils sont toujours aussi tarés. Toutes les prises signatures y passent, les heels jouent bien leur carte. On a rien à redire.

Les commentateurs nous apprennent que Rhett Titus est blessé et qu’il sera remplacé pour la défense des championnats par équipes par Jay Lethal, qui affronte aussi Brody King ce soir.

Publicité

EC3 a battu Flip Gordon. Un match au rythme lent mais pas moins méthodique. Ça a tout de même manqué de panache à certains moments. Gordon la joue fine en se prenant à la jambe gauche de son adversaire qui lui répond à pleine puissance. La forme physique d’EC3 est assez impressionnante à voir, une boule de muscles.

Gordon se fait contrer au travers d’un Crossface alors qu’il avait le match en main. Soumis, ce dernier refuse de serrer la main que lui tend EC3, qui se fait même cracher au visage. Alors déjà c’est pas COVID-friendly, ça l’est encore moins quand on connait l’avis de Flip Gordon sur la campagne de vaccination.

Shane Taylor Promotions (Shane Taylor, Moses & Kaun) ont battu Dalton Castle, Dak Drapper et Eli Isom pour conserver les championnats ROH World Six Man. Les champions peuvent le rester indéfiniment que ça nous dérangerait même pas. L’alchimie est au rendez-vous et la foule répond présente.

Le vrai Dalton Castle est de retour, ainsi que ses Boys qui vont avec. STP a clairement l’avantage sur ses adversaires qui parvient de temps à autre à renverser la vapeur mais les trois poids-lourds font primer le physique. Castle va par ailleurs coûter la victoire à son équipe en souhaitant finir le boulot à la place d’Isom. Une mésentente qui permet aux hommes de Taylor de repartir de Baltimore avec la gagne.

Massacres à Baltimore

Josh Woods a battu Silas Young. Une histoire toute simple : Young a trahi son protégé Woods et souhaite lui enseigner les leçons de la vie au travers d’un Last Man Standing. Tout à fait dans le classique. On a des tables, des chaises et des échelles. Chacun goûte aux différents éléments du décor. Woods triomphe de son mentor par une German Suplex au travers de deux tables. L’élève a dépassé le maître, ce sont des choses qui arrivent.

Publicité

Brody King a battu Jay Lethal. Un match aux allures d’un main-event tant il peut dépoter. Lethal commence à faire de vieux os — il n’a pourtant que 36 ans — et face à la machine à tuer qu’est King, on l’a senti fort fébrile. L’ancien champion du monde la ROH a la main mise sur le match durant les premières minutes du match, appuyé par le soutien de la foule mais son adversaire va revenir et ça va faire mal.

S’ensuit une domination toute particulière de King, qui va complètement démolir Lethal à l’intérieur comme à l’extérieur du ring. Enorme démonstration de force de la part du natif de Los Angeles. Un squash brillamment exécuté même si deux Ganso Bomb seront nécessaires pour mettre Lethal hors d’état de nuire.

Show-stealers

Jonathan Gresham a battu Mike Bennett pour conserver le championnat ROH Pure. Belle ovation pour les deux hommes en début de match et ces derniers vont rendre la pareille à la foule en pondant un superbe match. Rare de voir Bennett dans ce registre et il s’est plutôt bien débrouillé.

Publicité

Ce dernier prend même la confiance en faisant concéder un rope-break au champion en début de match mais Gresham l’a plutôt mal pris et s’est amusé par la suite de son adversaire en le pliant dans toutes les positions possibles. Bennett reprend ensuite l’avantage en faisant primer son physique sur l’Octopus. La vapeur est renversée une nouvelle, Gresham fait ce qu’il veut de son challenger mais un excès de confiance lui joue un mauvais tour.

Ainsi, Bennett enchaîne et parvient à placer son Spike Piledriver pour la victoire… mais non, le pied droit de Gresham est sous les cordes. Le champion profite de l’ascenseur émotionnel pour le soumettre d’une clé de cheville.

Dragon Lee a battu Tony Deppen pour remporter le championnat ROH World Television. Ces deux-là, quand ils sont partis, ils le sont vraiment. Ça passe de 0 à 100 en trois secondes, faut pas cligner des yeux. Deppen domine mais quelques interventions de la Faccion Ingobernable vont permettre à Lee de reprendre le dessus.

Un match des plus énergiques, les deux hommes sont increvables et quelques séquences relèvent du pur spotfest, on aime ou on aime pas. Néanmoins, au fil du match, on ressent que Lee surclasse les hostilités et n’a qu’à enchaîner sa Phoenix-Plex suivi de sa Operacion Dragon pour récupérer un titre qu’il n’avait jamais perdu.

Violence infondée

Alors que Jonathan Gresham revient en coulisses, Rhett Titus le supplie pour qu’il remplace Jay Lethal, qui douille sévère des coups pris par Brody King. S’il refuse, The Foundation sera obligé de rendre vacant les titres. Gresham a un honneur et une fierté à défendre et repart de là où il venait.

Publicité

Violence Unlimited (Chris Dickinson & Homicide) ont battu The Foundation (Jonathan Gresham [Remplacement de Tracy Williams] & Rhett Titus) pour remporter les championnats ROH World Tag Team.

Les champions engagent directement le combat dans ce Fight Without Honor alors que Dickinson et Homicide venaient au secours de Tony Deppen, encerclé par la Faccion Ingobernable. Les armes ne tardent pas à se montrer et c’est un véritable carnage. Violence Unlimited est affamé et Gresham & Titus vont en prendre pour leur grade.

Homicide a même un flash de ses jours à la CZW et sort une fourchette pour aller saigner Gresham alors pris dans un STF de Dickinson. Titus sauve son coéquipier avant de se faire valdinguer par ce dernier sur une table. Homicide saisit ensuite The Octopus et lui plante un Vertebreaker pour la victoire. L’art et la manière.

À lire aussi : NJPW Summer Struggle 2021 : Tetsuya Naito et SANADA deviennent champions par équipes

La surprise du chef

Bandido a battu RUSH pour remporter le championnat ROH World. C’était pourtant bien mal entamé pour Bandido, qui se prend directement dans le museau une paire de Dropkick de son adversaire. RUSH installe ensuite la climatisation dans toute la salle et démolit son challenger à l’extérieur du ring avec l’aide d’armes. On rappelle que le combat n’est pas sans disqualification. L’arbitre c’est Todd Sinclair, du coup, on comprend très vite.

Cependant, l’étau va se resserrer pour le champion qui va commencer à se manger le retour de bâton avec notamment de la bonne voltige par Bandido. Il y a clairement une classe d’écart entre les deux hommes mais c’est ça qui est bon. Un petit passage à travers les tables est même de mise.

RUSH reprend le match en main mais décide d’humilier Bandido en lui arrachant son masque. L’arbitre l’alpague pour ce geste, ce qui constitue la meilleure distraction pour le luchador de surprendre le champion dans un petit paquet pour s’adjuger le titre. Enorme ovation dans la salle.

La Faccion Ingobernable n’est pas de cet avis et démonte Bandido à peine quelques secondes après le son de la cloche. On finit le show sur un Bandido gisant sur le ring. Il s’est passé tant de choses en un instant que la fin du show en est abrupte et casse tout l’intérêt de cette victoire tonitruante.

Dans son ensemble, ROH Best in the World 2021 est plutôt un bon show de catch. Une qualité constante au fil de la soirée malgré quelques longueurs à certains moments mais sans gravité. On recommande le Gresham vs. Bennett ainsi que le Deppen vs. Lee, assurément les shows-stealers de la soirée. Excepté la victoire de Bandido, l’événement fut surtout léger en surprises. Avec le retour des fans, un retour ou des débuts auraient pu faire grand bruit.

La Ring of Honor repart surtout sur des bonnes bases et peut désormais tourner et clore la page The Elite après avoir ramé pendant deux bonnes années.

En haut