NWA

Résultats de NWA Hard Times 2

resultats nwa hard times 2

Résultats complets de NWA Hard Time 2.

NWA
Publicité

Avec sa carte comportant non moins que treize matches, la NWA organisait ce samedi Hard Times 2 au sein des GPB Studios d’Atlanta. Un événement qui a manqué de se faire à huis clos suite aux restrictions sanitaires émises par l’Etat de Géorgie. Néanmoins, une centaine de fans a pu être autorisée à assister au show.

Au programme : Trevor Murdoch défend le titre NWA Worlds Heavyweight face à Mike Knox, Kamille remet en jeu le titre mondial féminin contre Melina, Nick Aldis et Thom Latimer règlent leurs comptes, La Rebelión défend ses titres par équipes face à The End, Chris Adonis met en jeu son titre National face à Judais tandis que prennent place les qualifications pour le titre World Junior Heavyweight.

Un pre-show loin d’être une simple mise en bouche

Mims a battu Jax Dane. Accompagné de Crimson, désormais connu sous son véritable nom Anthony Mayweather, celui-ci était un atout de choix. En effet, Dane ne faisait que provoquer son ancien partenaire tout en pensant avoir l’avantage. Ainsi, Mims l’a surpris dans un tombé rapide et ce pour le plus grand plaisir de la foule.

The Hex (Allysin Kay et Marti Belle) ont battu Kylie Rae et Tootie Lynn et Missa Kate et Natalia Markova et Jennacide et Paulo Blaze pour conserver le championnat par équipes féminin de la NWA. Taryn Terrell tape sa meilleure incruste afin d’annoncer que Jennacide active sa clause des Champions Series tandis que Missa Kate remplace Lady Frost au pied levé, cette dernière étant souffrante.

Publicité

Un bon moyen de permettre aux huit femmes de s’exprimer avec le temps nécessaire tout en laissant les championnes avoir l’avantage, qu’elles gardent tout au fil du match avant de clouer Lynn au tapis avec le Hex Marks The Spot.

Devant participer au Gauntlet qualificatif pour le titre World Junior Heavyweight, Darius Lockart apparaît pour annoncer qu’il n’est pas médicalement apte à participer au combat. Néanmoins, il dévoile le nouveau programme de la promotion dénommé « NWA USA » où sera diffusé un tournoi pour une occasion à ce même championnat. En outre, Lockart sera remplacé par nul autre que Ricky Morton.

Homicide a remporté le Gauntlet en éliminant Kerry Morton. Les jeunes Kerry Morton, fils de Ricky et Luke Haxx ouvrent le bal, rejoints ensuite par Sal Rinuaro et Ariya Daivari. Le premier se fait éliminer par Hawx quelques instants après l’entrée du second.

Le daron PJ Haxw fait son entrée tandis que Morton se retrouve dans de beaux draps. Ce dernier se fait sauver la mise par l’entrée de CW Anderson, qui élimine Alex Taylor avec un Spinebuster. S’ensuit l’irruption d’Homicide, venu faire le ménage tandis que Morton surprend Anderson avec une Sunset pour l’élimination, même traitement pour Victor Benjamin de la part d’Homicide.

Ricky Morton est des nôtres et vient ainsi défendre son fils face à PJ et Luke Hawx. La moitié des Rock ‘N’ Roll Express est interrompue par Jeremiah Plunkett qu’il élimine avec un petit paquet, même chose pour Jamie Stanley. Luke Hawx lui inflige aussi un petit paquet sur Morton père avant d’être lui-même éliminé par le fils.

Publicité

Ainsi, Homicide enchaîne PJ et Kerry avec un Cutter pour les deux hommes. Un bon moyen d’offrir un avant-goût de cette nouvelle division. La NWA semble par ailleurs voir du potentiel en Kerry Morton.

Les invités assurent le spectacle

Austin Aries a battu Rhett Titus pour se qualifier au match pour le titre World Junior Heavyweight. Un lien unit les deux hommes puisque Aries a participé à l’entraînement de Titus il y a près de quinze ans, ainsi, les deux hommes se connaissent plutôt bien sur le ring. Un match tantôt technique tantôt brutal, chacun envoyant tout dans le museau de son adversaire avant qu’Aries ne l’emporte avec son Brainbuster. Aries est toujours aussi bon sur le ring, dommage qu’il soit si imbuvable en dehors. Aries et Homicide sont donc qualifiés pour le match de championnat à quatre, prévu pour le prochain pay-per-view de la NWA.

The OGK (Matt Taven et Mike Bennett) ont battu Aron Steven et JR Kratos pour conserver les championnats par équipes de la ROH. Taven et Bennett sont clairement mieux en équipe qu’en solo, personne n’en veut alors que l’alchimie entre eux est d’une rare efficacité, et cela profite à leurs adversaires. Chacune des deux équipes a su montrer le meilleur d’elle-même tandis que Stevens semblait en feu, l’homme était content d’être ici. Quant à Kratos, celui-ci reste des plus efficaces dans son rôle de powerhouse. Même si le résultat est couru d’avance, les quatre hommes arrivent à nous faire croire le contraire jusqu’à ce que Taven renverse une tentative de tombé de Stevens pour le tombé à l’ancienne.

Publicité

Colby Corino a battu Doug Williams. Un beau duel assurément des plus techniques dans lequel on remarque que la NWA mise fortement sur Corino et que Williams n’a rien perdu de sa superbe. Le premier cité se fait malgré tout aider par ses alliés que sont les Fixers car Williams reste un beau morceau.

Vous vous souvenez lorsque Doug Williams avait pris sa retraite face à Trent Seven lorsque la PROGRESS avait investi la SSE Wembley ? Parce que lui non plus.

Mickie James, vétéran de service

Mickie James a battu Kiera Hogan pour conserver le championnat IMPACT Knockouts. Une histoire simple mais efficace : Hogan a grandi avec comme modèle James et est prête à tout pour impression son idole. Nous sommes à Atlanta, d’où la catcheuse est native. Un combat à la loyale dans lequel chacune sait mettre l’autre à l’amende même si on sait que James va l’emporter, la championne laisse du lest à sa jeune challengeuse, qu’elle bat en contrant une tentative de Crossbody. Un match des plus solides qui permet de mettre Hogan en avant comme il le faut.

Tyrus a battu Cyon pour conserver le championnat NWA Television. On apprend que ce combat est sans disqualification et que Pope en sera l’arbitre spécial. Le champion renvoie même ses laquais en coulisses afin de s’occuper personnellement de son rival. La stipulation permet de cacher la misère qu’est Tyrus tandis que Cyon parvient à tenir la baraque. Les interactions avec Pope changent aussi la donne. Vient le moment où le champion tente d’enlever le masque de Cyon, provoquant ainsi sa rage. S’ensuit les interventions de Jordan Clearwater et BLK Jeez tandis que Tyrus achève son adversaire avec sa heart punch.

Mick Foley est présent. Portant son bonnet de Noël, il est ici pour surveiller qui sera sage ou non lors de cette soirée, et pour porter son attention à la nouvelle génération. Foley conclut en déclarant que ce n’est pas la dernière fois qu’on le verra ici.

Publicité

Chris Adonis a battu Judais pour conserver le championnat NWA National. Un match qui n’a pas tiré sur la longueur et heureusement. Judais tente de faire primer sa force tandis que le champion l’attaque au niveau des jambes. Adonis conclut rapidement avec sa Masterlock, dans laquelle son adversaire perd connaissance. Simple et efficace.

La Rebelión n’est pas finie

La Rebelión (Bestia 666 et Mecha Wolf 450) ont battu The End (Odison et Parrow) pour conserver les championnats par équipes de la NWA. Ça s’est cogné dans les règles de l’art tandis que The End est certainement l’équipe la plus crédible pour mettre en difficulté les champions. Chacun y va avec le meilleur de son arsenal et surtout de quelle équipe possédera la meilleure alchimie. Se pensant déjà champions, Odison et Parrow tentent leur Hell on Earth, contré par Mecha Wolf qui les envoie balader tandis qu’il flanque son 450 Splash sur le premier pour la victoire.

Voilà qu’ensuite JTG débarque, accompagné du dénommé Dirty Dango, que l’on connaissait comme Fandango lors de son temps à la WWE. Toujours amusant de retrouver le fond du panier de la WWE être dans le haut de celui des autres.

Nick Aldis a battu Thom Latimer. Pleine lune à Atlanta lorsque Aldis a rabaissé le slip de son ancien partenaire afin de le garder sur le ring, et ce pour la plus grande hilarité des fans. Malgré tout, il manquait un soupçon d’intensité dans une rivalité qui en a pourtant offert au fil des semaines. Loin d’être un mauvais match de catch, les deux hommes auraient pu y aller franco mais semble-t-il qu’il faut garder Latimer sur la pente ascendante. Le National Treasure l’emporte en contrant un Piledriver de ce qui était son partenaire de toujours.

Kamille a battu Melina pour conserver le championnat mondial féminin de la NWA. Une belle opposition entre deux femmes fortes, tandis que les fans s’en donnaient à cœur joie de soutenir la championne, qui commence à récolter de nombreuses bonnes réactions. Melina semble capable de battre Kamille en ciblant son épaule, qui aura son rôle crucial au fil du combat. On aurait presque l’impression d’assister à un double-turn, tant la challengeuse la joue crasseuse tandis que la championne résiste vaillamment. Cette dernière l’emporte par surprise grâce à son spear qui n’a pas manqué de découper Melina.

À lire aussi : Marina Shafir fait ses débuts à l’AEW

Un main-event en mode WWE 2008

Trevor Murdoch a battu Mike Knox pour conserver le championnat du monde poids-lourds de la NWA. On a quelques craintes quant à la qualité du combat mais les deux hommes sont parvenus à en faire quelque chose de solide, surtout grâce à l’aura de Murdoch. À WWE RAW en 2008, ça n’aurait pas eu la même gueule.

Une bonne petite bagarre entre deux physiques plutôt imposants durant laquelle Knox triche de façon plutôt intelligente. Néanmoins, le champion lui renvoie la monnaie de sa pièce en contrant une tentative de Superplex dans sa Diving Bulldog.

Matt Cardonna est arrivé après le match. Il provoque Trevor Murdoch, permettant à Mike Knox de revenir à la charge avec un low-blow sur le toujours champion. Un événement qui provoque l’irruption de Mike Foley, furieux, et qualifiant Cardona d’embarras pour Long Island. Il envoie ainsi Pope lui régler son compte mais l’ex-Zack Ryder le retourne à l’envoyeur avant de poser avec le titre de Murdoch. Un segment plutôt sympa, le passage de Cardona à la GCW lui a offert un côté bien plus borderline, à voir ce qu’il peut apporter à la NWA.

NWA Hard Times 2 est dans sa globalité un événement qui a souffert de sa longueur et d’un trop grand nombre de matchs. Néanmoins, on sait l’envie de bien faire chez la plupart des talents et c’est assez louable. Un événement appréciable malgré tout, la NWA semble vouloir construire de nombreuses choses tout en essayant de ne pas s’égarer.

En haut