NJPW

Résultats de NJPW Wrestle Kingdom 16 (Nuit 3) : New Japan contre NOAH

NJPW NOAH WK 16

Résultats de la troisième et dernière soirée de Wrestle Kingdom 16, où la NJPW combattait la NOAH.

NJPW

La NJPW livrait ce samedi une troisième soirée de Wrestle Kingdom 16 au sein de la Yokahama Arena de cette même ville. Un événement marqué par une collaboration avec la Pro Wrestling au cours duquel les deux promotions s’affrontent pour déterminer qui est la meilleure promotion japonaise.

Au programme, notamment : Kazuchika Okada et Hiroshi Tanahashi contre Kaito Kiyomiya et Keiji Muto, Los Ingobernables de Japon contre KONGO ainsi que Naomichi Marufuji et Yoshinari Ogawa contre Zack Sabre Jr. et Yoshinobu Kanemaru.

Jeunesse éternelle

Kosei Fujita (NJPW) contre Yasutaka Yano (NOAH) s’est soldé par une égalité par limite de temps (10:00). Les jeunes lancent les hostilités au travers d’un combat axé sur la technique et surtout le grappling. Fujita (19 ans) a néanmoins l’avantage sur Yano (21 ans) avec notamment la Boston Crab.

Chacun essaye de soumettre l’autre tandis que la cloche retentit alors que Yano allait manquer d’abandonner sur une autre Crab. Le futur est sûr.

Publicité

Third Generation (Hiroyoshi Tenzann Satoshi Kojima & Yuji Nagata) ont battu Funky Express (King Tany, Muhammad Yone & Akitoshi Saito) (12:18). Les vétérans savent toujours y faire en terme de bonnes mandales, en quoi va consister ce combat.

Malgré leur gimmick haute en couleurs, ne vous laissez par griser par les ieuvs de la NOAH, ça claque toujours aussi fort. Cependant, Saito a fait la rencontre de la Lariat de Kojima, et cela, on n’en ressort souvent les pieds devant.

Des torgnoles et une clé à molette

CHAOS (Tomohiro Ishii, Hirooki Goto & YOSHI-HASHI) et Six or Nine (Ryusuke Taguchi & Master Wato) ont battu Momo No Seishun (Daisuke Harada & Hajime Ohara), Yoshiki Inamura, Daiki Inaba et Kinya Okada (11:42). Les aléas du direct, le flux a coupé durant les entrées et même le début du combat. Quand l’image est revenue, Ishii et Inamura étaient en train de se flanquer de sacrées torgnoles.

L’unité s’est bien mieux faite du côté de la New Japan qu’à la NOAH, où on semble avoir fait avec ce qui avait de disponible. Néanmoins, la plupart sont jeunes, ils peuvent profiter de briller sur la grande scène. Okada prend la confiance en s’avançant sur Yoshihashi, qui le soumet d’une Boston Crab. Pendant ce temps-là, Inamura et Ishii sont toujours en train de se la donner.

SHO a battu Atushi Kotoge (8:20). Second combat en un contre un de la soirée et il faut qu’il soit flingué par les facéties de la House of Torture, qui est en train de ruiner SHO. Avant que celui-ci ne devienne la Murder Machine, on aurait davantage baver sur cette affiche.

Publicité

Kotoge a tenté par tous les moyens de se défendre mais son adversaire triche à outrance, hachant ainsi le rythme du combat. SHO finit par s’imposer grâce à sa clé à molette.

Gedo et NOSAWA se payent une place sur leur propre carte

STINGER (HAYATA & Seiki Yoshioka) ont battu BULLET CLUB (Taiji Ishimori & Gedo) (5:59). Un combat qui aurait eu bien plus de gueule si Ishimori était en équipe avec El Phantasmo. La présence de Gedo n’a aucun intérêt.

Les rares échanges entre Yoshioka et Ishimori étaient plaisant tandis que HAYATA en profite pour clouer Gedo au tapis avec sa Headache.

Publicité

Suzuki-gun (El Desperado & DOUKI) ont battu Los Perros del Mal de Japon (YO-HEY & NOSAWA Rongai) (9:09). Même constatation que le match précédent, le match aurait fait mieux si Rongai n’était pas là, qui comme son homologue Gedo, le booker se prend une petite place sur la carte. Néanmoins, y’en a au moins un qui sait encore catcher convenablement.

Rongai tente notamment de démasquer Desperado, sauvé par DOUKI, lui-même piégé par YO-HEY. Durant le même temps, le champion IWGP Junior Heavyweight claque sa Pinche Loco pour l’emporter.

Chacun son armée

Sugiura-gun (Takashi Sugiura & Kazushi Sakaruba) et Toru Yano ont battu Suzuki-gun (Minoru Suzuki, Taichi & TAKA Michinoku) (9:37). En raison des blessures que KENTA a souffert suite à sa rencontre fortuite avec une poubelle, Yano le remplace au pied levé, présence qui ne manque pas de mettre Suzuki dans une colère noire.

YTR possède son lien avec la NOAH, celui-ci a été notamment par deux fois champion GHC par équipes. Un premier règne en 2013 avec Takashi Iizuka puis le second en 2016 avec Naomichi Marufuji.

Un combat qui s’est reposé sur Suzuki et Sugiura, lesquels étaient rivaux lorsque le Suzuki-gun envahissait la NOAH entre 2015 et 2016. Les deux hommes se sont séchés la tronche tandis que Sakuraba et Taichi en ont fait de même. Michinoku a tenté d’impressionner les copains, qui se fait cueillir par l’Olympic Slam de Sugiura pour la victoire.

Publicité

Go Shiozaki et Masa Kitamiya ont battu House of Torture (EVIL & Yujiro Takahashi) (9:53). Malgré la sainte heat d’EVIL et ses copains, Shiozaki et Kitamiya ont su ne pas perdre la face, surtout quand Kitamiya active le mode bulldozer. Celui-ci a cassé la HOH comme personne.

Quant à Shiozaki, celui-ci parvient à sortir quelque chose d’intéressant d’EVIL tout en réussissant à bien mettre en avant les gruges de ce dernier. Alors que SHO et Yujiro Takahashi débarquent, Kitamiya les déciment tandis que Shiozaki éteint Togo avec une Lariat façon Kobashi. C’est peut-être juste les gars de la NJPW qui ne savent pas y faire avec EVIL.

À lire aussi : NJPW Wrestle Kingdom 16 : Sans prévenir, Katsuyori Shibata a changé les règles de son match

Marufuji et Ogawa retrouvent un vieil ami, les ingouvernable cassent les diamants

WAVE (Naomichi Marufuji & Yoshinari Ogawa) ont battu Suzuki-gun (Zack Sabre Jr. & Yoshinobu Kanemaru) (15:20). Il y a un peu plus de vingt ans de cela, les trois nippons suivaient Mitsuharu Misawa pour fondre la NOAH tandis que Marufuji et Ogawa retrouvent un Kanemaru qu’ils voient comme un traître. En outre, Sabre Jr. retrouve son mentor Ogawa.

Entre de la technique et quelques bonnes paires de kicks, on est servi. ZSJ semble presque exclu tant Kanemaru se montre sous son meilleur jour face à ses anciens compagnons de routes.

Néanmoins, le Heel Master est piégé par sa propre gruge, et plus précisément son whisky. Alors qu’il s’apprêtait à le cracher en plein visage de Marufuji, ce dernier lui met sa main sur la bouche avant de lui flanquer un coup de pied et une Shiranui pour le clouer au tapis.

Los Ingobernables de Japon (Tetsuya Naito, Shingo Takagi, SANADA, Hiromu Takahashi & BUSHI) ont battu KONGO (Kenou, Katsuhiko Nakajima, Manabu Soya, Tadasuke & Aleja) (26:33). Les deux factions ont à cœur de défendre leurs couleurs tandis que les ingouvernables rentrent sur La Cacuracha, faute des droits d’auteur sur la diffusion, on a bien rigolé.

En parlant de ces ingouvernables, ces derniers semble s’amuser, ce qui a eu don d’énerver au plus haut point Kenou. En outre, SANADA a retrouvé son ancien partenaire de la All Japan Manabu Soya tandis que Nakajima et Takagi avaient de fortes envies de s’en mettre plein le museau. Finalement, chacun a su trouver son adversaire ici.

Takagi apporte la victoire à son clan grâce à sa Last of the Dragon sur Tadasuke tandis que ses alliés et lui-même lèvent le poing en l’air devan un Kenou médusé. On n’en a pas fini entre ces deux clans, au sein, tout de même, d’un des meilleurs matchs de la soirée.

Quatre générations sur un même ring

Kazuchika Okada et Hiroshi Tanahashi ont battu Kaito Kiyomiya et Keiji Muto (24:35). Un duel de générations, un mentor retrouvant son élève mais surtout au bout du compte un Kiyomiya qui s’est démené au fil d’un match haletant.

Que ce soit face au Rainmaker ou bien l’Ace, Kiyomiya a mis son aversion de Muto de côté pour combattre l’ennemi coûte que coûte. Une palette d’émotions qu’Okada a su mettre à son profit tandis que Muto s’amuse de Tanahashi, le connaissant sur le bout des doigts.

Le Supernova et le Pro Wrestling Master parviennent même à coexister, ne serait-ce que l’enchaînement de la Shining Wizard et de la Tiger Suplex sur Okada, qui s’en relève. Le champion IWGP Heavyweight surprend Kiyomiya avec sa Rainmaker et ainsi offrir la victoire finale à la New Japan. Le cadet ressort du ring en pleurs, et ce, sur les épaules de l’aîné.

Si l’on exclu la petite partie où les bookers de chaque promotion se sont payés une petite place sur la carte, cette troisième nuit de Wrestle Kingdom 16 est une réussite. Encore début 2020 en proie à de graves problèmes financiers, la NOAH a su renaître grâce à son rachat par CyberFight. Quant à la NJPW, même si elle se sait toujours première, elle prend connaissance que la concurrence est bien plus rude qu’auparavant. Un événement dont ressort chacune des promotions en ressort grandi.

 

En haut