Indies

TERMINUS : Toutes les routes mènent à Atlanta

terminus catch gresham review

Retour sur le premier show de la TERMINUS, la promotion de Jonathan Gresham et Baron Black.

TERMINUS
Publicité

On dit que toutes les routes mènent à Rome, mais cette fois-ci celles-ci mènent à Atlanta et plus précisément à la Salvation Army Kroc où Jonathan Gresham et Baron Black lancent leur propre promotion dénommée TERMINUS, qu’ils intitulent comme un « Modern Age Grappling ».

En amont du show, la TERMINUS a révélé son règlement :

  • Tous les matchs doivent être remportés par tombé, soumission, KO voire disqualification (sauf stipulation contraire convenue par les talents).
  • Limites de temps : Simple, à plusieurs et par équipes : 15 minutes / Match de championnat : 20 minutes.
  • Temps supplémentaire : Une prolongation de 90 secondes a lieu s’il n’y a pas de gagnant après l’expiration du temps imparti. Les talents commenceront la période de prolongation en position neutre. S’il n’y a pas de décision à la fin de la période de prolongation, le résultat est un match nul.
  • Critères de disqualification : Deux fautes techniques, utilisation d’un objet étranger, interférence extérieure.
  • Fautes techniques : projection de l’adversaire par-dessus la troisième, décompte de 10 secondes sur la troisième, décompte de 5 secondes dans les cordes (ropebreak) ou dans le coin du ring, contact physique intentionnel avec l’arbitre, low-blow intentionnel, coup intentionnel dans les yeux, accrochage, tirage intentionnel des cheveux, phishing, coups de poing fermés au visage.
  • Fautes techniques données à la discrétion de l’arbitre.
  • Décompte à l’extérieur : 5 secondes.
  • Toute utilisation d’arme entraînera une disqualification immédiate et l’expulsion de TERMINUS.

TERMINUS n’échappe pas aux aléas de dernières minutes

Que serait un premier show de catch sans ses petits aléas. La Côte Est des Etat-Unis est actuellement touchée par de graves tempêtes de neige. En conséquence, le show a démarré avec une demi-heure de retard. De ce fait, Lee Moriarty qui devait affronter Jay Lethal se retrouve face à Josh Woods, actuellement champion ROH Pure qui plus est.

Les deux hommes parviennent néanmoins à improviser un match des plus solides. On sent au travers de Woods la volonté de Lethal de mettre en avant un Moriarty souvent comparé à Jonathan Gresham. Les bras et les jambes se plient déjà comme il le faut avant que Moriarty ne surprenne son adversaire avec une European Clutch pour le tombé rapide. Évidemment, ça commence ainsi.

Publicité

S’ensuit une stipulation intitulée « Terminal Eliminator » où quatre hommes, Daniel Garcia, Adam Priest, Invictus Kash et JDX, s’affrontent dans ce qui ressemble au Four Corner Survival de la ROH. La fin du match voit Garcia éliminer ses trois adversaires tout en prenant le soin de les laisser combattre avant de revenir pour mieux les achever. Le natif de Buffalo se paye même le luxe de finir le combat sur un KO en plantant une Palm Strike sur Kash.

S’ensuit un affrontement entre Moose et Mike Bennett, remplaçant de Alex Coughlin, blessé. Quitte ou double. Un combat qui se déroule plutôt de manière étrange où Moose jette délibérément Bennett par-dessus la troisième corde pour une première faute technique. Bennett prend le dessus et le champion du monde d’IMPACT répond par un second passage par-dessus la troisième corde, causant ainsi sa disqualification. On ne comprend pas tellement les aboutissants de ce combat, Moose passe surtout pour un demeuré.

Au moins, on se console par la présence de Coughlin dans la foule, qui toise les deux hommes du regard. Qu’on envoie tout le LA Dojo au TERMINUS.

Janai Kai et Diamante assurent le spectacle

Elle devait affronter Liiza Hall mais celle-ci n’a pu faire le voyage. Ainsi, Janai Kai affronte Diamante. Un affrontement plutôt limité malgré quelques séchages à coups de pied. Kai est malgré tout mise en avant de par son look et ce qu’elle produit sur le ring. Cependant, elle se fait piéger par un Body Scissors sur lequel elle doit admettre sa défaite.

Publicité

IMPACT a son petit mot à dire sur TERMINUS. Ainsi, Jordynne Grace vient y défendre son titre Digital Media face à Kiera Hogan, qui malgré son départ de la promotion de Nashville concoure pour la seconde fois à un titre de la promotion. Cette fois-ci, les femmes assurent le spectacle. Bien qu’elles respectent ici les règles d’IMPACT, les deux y vont à fond et notamment Hogan, poussé par son public d’Atlanta.

Emportée par son enthousiasme, Hogan finit par s’incliner mais reçoit le respect de Grace et les applaudissements de la salle. Ici, on se respecte.

Bandido cloue des becs, TERMINUS par équipes

Il est temps pour l’un des deux promoteurs, en la personne de Baron Black, de se mettre à l’action. Il fait face à Bandido, qui met en jeu son titre mondial de la ROH, tout du moins la ceinture actuelle. Black démonte ici toutes ses aptitudes face à un luchador un poil mal à l’aise dans un style plus technique. Black s’amuse de son adversaire mais peut-être un peu trop, jusqu’à manger une 21-plex de Bandido pour la victoire.

Publicité

Anciens champions par équipes de la EVOLVE, Tracy Williams et Fred Yehi se retrouvent face à Dante Caballero et Joe Keys dans le seul et unique combat par équipes du show. Pendant presque la totalité du temps imparti, les deux équipes vont s’infliger tous les sévices possibles et se plier dans tous les sens possibles et imaginables. Keys parvient à l’emporter avec la manière en infligeant un Top Rope Headbutt sur Williams. Une victoire qui a surpris bon nombre de personnes.

À lire aussi : Résultats de The WRLD on GCW

Un PURE main-event

Originaire de Toronto, Josh Alexander a vu son vol pour Atlanta annulé en raison des violentes tempêtes de neige. Josh ne supporte pas de manquer une prestation et voilà qu’il sort son utilitaire et se taper près de quatorze heures de routes pour affronter Jonathan Gresham pour le titre original de la Ring of Honor.

Un match rêvé tant les deux hommes sont en ce moment au sommet de leur art. Un panache de technicité mais aussi de bonnes torgnoles dans le museau vont amuser les foules jusqu’au temps limite. Les fans sont chauds comme la braise pour cette mort subite qui va néanmoins se conclure sur un double tombé quand Alexander envoie une Suplex dans les cordes sur Gresham. Une superbe confrontation un poil ternie par son exécution quelque peu maladroite mais la barre reste très haute.

De ce fait, The Octopus reste champion mondial de la ROH. Néanmoins, la soirée n’est pas terminée pour lui. Bandido le rejoint au ring et le prévient que tôt ou tard, il unifiera le titre de Gresham au sien. Une confrontation interrompue par l’irruption de Santana, partenaire d’Ortiz. Une tête qu’on ne s’attendait pas à voir ici à vrai dire. Celui-ci rêve d’affronter Jonathan Gresham tandis qu’une poignée de main cimente leur match prévu pour le deuxième show de TERMINUS.

Ainsi s’achève ce premier show de TERMINUS. On salue l’innovation présentée par Gresham et Black alors que les voyants ne jouaient pas contre eux. Tout le monde n’est pas client d’un catch aussi technique et tout n’était pas rose sur ce show. Les règles n’ont pas toujours été respectées et certains talents n’étaient pas pleinement à l’aise dans ce type d’environnement. On passera sur la qualité de la production, on reste dans l’indie. Ça ne reste qu’une première représentation, essayons d’être avenants.

Publicité

Voir aussi

En haut