Made In France

À Plouasne, la RIXE reprend le flambeau de Ouest Catch

rixe catch plouasne

Retour sur le show de la RIXE à Plouasne le 19 mars 2022.

Paul-Antoine Rançon

Pendant près de dix ans, le show de Ouest Catch à Plouasne est devenu l’un des plus gros rendez-vous du catch en France. Malheureusement, la pandémie de COVID-19 a eu raison de la promotion bretonne.

Néanmoins, la commune, qui accueille le catch en son sein depuis les années 1980 a décidé de faire reprendre le flambeau à la RIXE, autre promotion bretonne, surfant sur un franc succès depuis sa création en 2019. Entre les noms les plus clinquants du circuit français et des Bretons survoltés, la RIXE compte bien être à la hauteur de la tâche à remplir à l’occasion de son Épisode 7.

C’est plus de 500 personnes qui répondent à l’appel ce samedi 17 mars dans la petite ville de Plouasne. Timing étonnant : Dans la journée, un mail a été envoyé à celles et ceux qui avaient pris leur place en 2020. Celui-ci spécifiait que le show de ce samedi était annulé. C’était celui de Ouest Catch. La RIXE était, elle, bien au rendez-vous comme prévu.

Kira Chimera retrouve les terres bretonnes

La RIXE peut toujours compter sur son duo de commentateurs, Cyrano et Cody McWild, pour ouvrir la soirée. Les deux comparses remercient comme à l’accoutumée la foule d’être venue tandis qu’un petit groupe d’habitués semble d’ores et déjà chaud comme la braise.

Publicité

Place, sans plus attendre, au combat d’ouverture qui voit s’affronter Darkmondo et Kuro. La foule est directement dans le bain devant deux têtes facilement respectivement détestable et chérissable. La classique formule du David contre Goliath fait aussi son effet. Excepté deux ou trois prises un peu manquées que l’on remarque lorsqu’on a l’œil de passionné, on ne sort pas de l’action. Le jeune pouce de l’APC s’avoue néanmoins vaincu face au colosse belge dans un affrontement des plus convaincants.

Elle est de retour… pour tout casser. Kira Chimera retrouve son Breizh natal. L’anticonformiste est désormais installée à Londres où elle peut profiter des écoles de catch mais aussi de sports de combat. Ça se ressent tout de suite sur le ring où l’on constate une nette amélioration. Elle le dit elle-même.

Face à elle, Calypso, venue elle aussi munie d’une batte afin de narguer sa rivale. Kira veut l’impressionner avec la sienne en la tapant sur le tapis du ring, mais celle-ci se brise. La surprise. Un combat tout à fait honnête, l’aînée éclabousse sa cadette de son expérience : les deux femmes s’en donnent à cœur joie. Finalement, Calypso finit clouée au tapis par la Sit Down Spinebuster mais n’a pas pâli au cours de ce match.

Le combat a eu lieu en Allemagne à l’occasion de wXwNOW & Friends, les championnats par équipe de la Bodyzoi étaient remis en jeu par ses champions MBM et Ultima Sombra face aux Enfants Terribles que sont George Balzac et Gustave Le Brun.

Un match totalement concentré sur le jeune Le Brun. Au même titre que Balzac, le pur produit de l’École Bretonne de Catch résiste à toute épreuve aux gruges de ses adversaires. On fait aussi dans le sensationnel avec une Canadian Destroyer et un Panama Sunrise afin d’impressionner le public local. Au bout du compte, Le Brun parvient à l’emporter, les habitués sont ravis de voir le petit jeune soulever son tout premier titre.

Publicité

Ils sont durs à cuire

Alors qu’on pense qu’il est temps de partir en entracte, c’est un match des Durs à Cuire qui commence. Jacob Vadocq affronte Jack Spayne. Seulement, le perdant perd son nom. Une longue rivalité entre les deux hommes nous a amené à ce point précis de l’histoire.

C’est toujours appréciable de voir de la continuité sur le circuit français mais l’habitant de Plouasne et de ses alentours est largué. Certains vous diront qu’en France on fait toujours du catch pour le local et non pour le passionné de catch. L’un n’empêche pas l’autre, certes, mais essayez de faire un show un peu plus centré sur le fan. D’autres s’y sont cassé les dents.

Une stipulation qui porte bien son nom. Les deux catcheurs se sont bien brutalisés, surtout Spayne. L’une des structures en métal a failli aussi y passer, d’ailleurs. On peut percevoir quelque parents et enfants choqués de ce qu’il se trame, mais la plupart de la salle semble prendre plaisir.

Publicité

Finalement, l’affrontement se renverse en la faveur de Vadocq lorsque Cyrano — qui depuis l’épisode 5 passe de l’autre côté de la table des commentateurs — se rue vers le ring pour s’en prendre à Spayne. Un acte qui demande bien du courage, maintenant, va falloir assumer. Désormais sans nom, Jack déverse toute son amertume sur l’annonceuse de ring. Un bon gros Death Valley Driver sur une pile de chaises, on dit respect.

À lire aussi : Rixe Intrépides : La Bretagne, ça castagne

Tom La Ruffa aime prendre son temps

L’entracte a été long. Ça laisse au moins le temps à chacun d’aller prendre à manger à un food truck installé devant la salle. C’est ainsi que Tom La Ruffa, qui peut désormais se rendre à un show de catch sans crainte depuis la levée des mesures sanitaire, affronte Skarr, lui aussi tout droit sortir de l’EBC. Un affrontement plutôt court mais où TLR laisse un peu d’offense à son jeune adversaire avant de le mater de plus belle. Une classique mais efficace pour tout le monde, surtout quand Skaar, beau petit bébé, peut profiter de l’expérience de son adversaire.

Vient ensuite le petit moment où tout le monde s’est endormi : un segment d’une bonne vingtaine de minutes dans lequel La Ruffa appelle le champion de la RIXE Antoine Bernard sur le ring et dans lequel chacun vante ses mérites. TLR est bon au micro, mais quand le bougre est parti c’est bien simple : on ne l’arrête plus.

L’ex-Sylvester Lefort a quelqu’un d’autre dans le viseur : Popoff. Elle était pour lui la plus grosse acclamation de la soirée. Le vétéran est venu lui expliquer qu’au-delà de sa longue expérience, il a aussi quelque chose que n’a pas La Ruffa : de lourds attributs masculins.

Publicité

Seulement, à traîner trop près des cordes, Popoff se prend un coup dans les roustons par Bernard — C’est peut-être pour ça qu’il avait mal au poignet durant son match. On dit respect pour la deuxième fois de la soirée au moment où Le Gitan se mange un Con-Chair-To de Tom La Ruffa. On ne l’aurait pas tous pris, surtout à son âge.

Heddi Karraoui et Senza Volto à la mexicaine

C’est l’heure de la grosse affiche. Heddi Karaoui, de retour en France pour quelques semaines, débarque à la RIXE pour affronter nul autre que Senza Volto… ou plutôt Joseph Fenech Jr. Le masque est tombé, tout autant que le pauvre Jean-Michel, attaqué par le garde du corps de Fenech.

Un match plutôt long, mais à la mexicaine. On sent que le Fenech se fait plaisir dans ce nouveau rôle, s’amusant de son adversaire au micro, tandis que Karaoui, de toute son expérience engrangée au Japon et Mexique régale par tant de précision sur le ring. Du chain wrestling et de la lucha pour ravir le public.

Des grosses mandales, des grosses prises. L’arbitre qui prend à son tour un coup dans le museau. Les deux hommes finissent par se la donner à l’extérieur tandis que l’arbitre doit déclarer un double décompte à l’extérieur. On peut lire la frustration sur certains visages de ne pas avoir eu de grand vainqueur mais ce n’est pas terminé.

Joseph Fenech Jr. s’en prend au corps arbitral à coups de ceintures et voilà que Jean-Michel débarque. Rapidement maîtrisé, il se fait néanmoins sauver la mise par Karaoui, assez hésitant. Finalement, le bien triomphe du mal. À la mexicaine on vous dit.

Valse à trois pour le titre de la RIXE

Désormais champion de la RIXE, bien aidé par Tom La Ruffa lors de l’épisode précédent, Antoine Bernard affronte Aigle Blanc, avide de revanche et Tristan Archer, retiré de la finale à cause du COVID.

Ici, on préfère les bons vieux mano a mano mais les matchs à trois savent toujours y faire auprès des foules. Aigle Blanc a engrangé de l’expérience avec la venue d’invités à l’APC, Archer reste au top tandis que Bernard est des plus crédibles dans ce rôle de heel bien vicieux. Un combat sans fioritures, le catch qu’on aime. Des gros spots pour les photographes.

Tom La Ruffa reste dans les parages et aide finalement son poulain à repartir avec sa ceinture. Eh non, Plouasne ne repartira pas avec le sourire. Il faut des moments où les méchants triomphent.

On évoquait un passage de flambeau en début d’article, cela a été le cas. La RIXE s’impose comme l’un des produits en vogue sur le circuit français en ce moment. Un show cohérent et prenant, quoiqu’un peu trop long, celui-ci se terminant aux alentours de minuit. La promotion bretonne sait mettre en avant ses jeunes, ses locaux et inviter le haut du panier sans que personne se marche dessus.

La RIXE sera à retrouver à Dreux (Centre Val-de-Loire) le 23 avril dans sa première sortie hors de ses terres bretonnes.

En haut