NJPW

NJPW : Menace de renvoi, harcèlement sexuel, Kota Ibushi dénonce un comportement toxique en coulisse

njpw kota ibushi kikushi harcelement

L’ambiance est très tendue en coulisse de la NJPW, comme le raconte Kota Ibushi.

NJPW

Kota Ibushi a lâché une bombe ce mercredi sur les réseaux sociaux, sa relation avec la NJPW s’étant très gravement dégradée.

Ce mardi sur Twitter, Kota Ibushi a plusieurs tweets et captures d’écran de conversations à propos de la NJPW et de graves problèmes rencontrés en coulisse. Il y est notamment question de harcèlement et de menace de renvoi d’un dénommé Kikuchi, responsable des relations avec les talents.

Dans ces captures d’écran, on peut voir notamment Kikuchi menacer Ibushi de renvoi de la NJPW, un renvoi que souhaite visiblement Ibushi, blâmant la promotion parce que celle-ci a essayé de le forcer à revenir de blessure à temps pour Wrestle Kingdom 16. Pour rappel, Ibushi est en convalescence depuis une luxation de l’épaule lors de la finale du G1 Climax 31 en octobre dernier.

Dans ces tweets Kota Ibushi évoque d’autres histoires encore plus graves : Il y est notamment question de harcèlement sexuel de la part de dirigeants de la promotion — dont le président Naoki Sugabayashi. Ibushi accuse aussi la NJPW d’exploiter ses talents.

Publicité

Le Wrestling Observer a apporté ce mercredi sa pierre à l’édifice, donnant un peu plus de détail sur la relation tendue entre Kota Ibushi et la NJPW. Dans la dernière édition de Wrestling Observer Live Bryan Alvarez explique que comme dans beaucoup de promotion japonaise, la NJPW forcerait ses talents à travailler malgré des blessures. « Tant que l’on n’est pas gravement blessé, on va travailler ».

Kota Ibushi en aurait eu marre de se voir pressé par la promotion japonaise de faire son retour sur le ring alors que sa convalescence n’est pas encore terminée. Raison qui aurait poussé le catcheur à tout déballer publiquement.

Un différend qui remonte à 2018

Le site Voices of Wrestling a lui aussi quelques informations supplémentaires sur l’affaire. Il y est de nouveau question de Kikuchi. Ce dernier qui s’occupait en 2018 des ventes de merchandising, aurait privé Kota Ibushi de pas mal de ses revenus sur les ventes. Kikuchi avait quitté la NJPW en 2019, mais a ensuite fait son retour en 2020 pour travailler aux côtés de Dick Togo au département des relations avec les talents.

Depuis, la relation entre Kikushi et Ibushi se serait durement dégradée. Le premier obligeait notamment certains talents comme Ibushi à respecter le Kayfabe en dehors des événements et souhaitait que les relations amoureuses des catcheurs restent du domaine du privé.

Il est aussi rapporté un épisode dans lequel Kota Ibushi souhaitait faire son retour suite à une pneumonie lors de Wrestle Grand Slam mais que Kikushi le lui a refusé. Ibushi n’était cependant pas autorisé par les médecins à catcher à nouveau, souffrant encore à ce moment-là de problèmes de respiration.

Publicité

À lire aussi : L’AEW et la NJPW annoncent le show Forbidden Door

C’est ensuite, après la blessure à l’épaule subit durant la finale du G1 Climax, que Ibushi a vu rouge. Kikuchi lui a demandé, sur un temps que le catcheur qualifiait « d’irrespectueux » d’être prêt pour Wrestle Kingdom 16, match qu’a refusé catégoriquement Ibushi, ne se sentent pas du tout en mesure de catcher. Le catcheur préférait attendre le tournoi New Japan Cup 2022, pour lequel il était annoncé.

Enfin, comme l’a expliqué Kota Ibushi dans certains de ses Tweets, les membres du Suzuki-gun Taiji Ishimori, Yoshinobu Kanemaru, TAKA Michinoku et Taichi profiterait beaucoup de leurs liens avec Kikushi en coulisse à la NJPW, à tel point qu’Ibushi renomme le clan « Cheater-gun », l’armée des tricheurs, tout en évoquant des histoires d’argent et d’infidélité.

Publicité

Kota Ibushi a menacé de dévoiler aux médias certaines histoires, notamment sur le harcèlement sexuel qui sévirait en coulisse de la NJPW. L’histoire ne fait visiblement que commencer.

En haut