Édito

Sasha Banks et Naomi : Marche ou crève

wwe naomi sasha banks

Sasha Banks et Naomi ont fait preuve de courage, mais le système WWE leur retombe déjà dessus.

WWE
Publicité

Sasha Banks et Naomi ont pris lundi dernier leur courage à deux mains et ont décidé de claquer la porte de WWE Raw avant même que le show ne commence. La faute à une négligence de la division tag-team féminine.

S’il y a une chose qu’on ne peut contredire, c’est bien le fait que la WWE n’ait rien à faire de sa division par équipe féminine. Depuis le départ des Bella Twins il n’existe aucune équipe réelle, c’est-à-dire créée pour exister à deux comme on en trouve chez les hommes (Viking Raiders, Usos, Street Profits) et la dernière fois qu’il y en a eu une, les IIconics, la WWE s’est empressée de les séparer une fois dans le roster principal. Il n’y a aucune rivalité sérieuse et les titres ne sont quasiment plus défendus en pay-per-view. La WWE n’y accord aucune importante.

Le projet pour les deux catcheuses était semble-t-il d’aller défier les championnes de RAW et de SmackDown. Naomi contre Bianca Belair et Sasha Banks contre Ronda Rousey. Tout ça pour perdre. Et les titres de championnes par équipe, pendant ce temps ? C’est la question que se sont posée Naomi et Banks, la question que n’a pas voulu entendre la WWE.

C’est pourtant à un moment opportun que les deux catcheuses ont décidé de se rebeller, de dire à leur patron « c’est de la merde, on ne fait pas ça ». La WWE est à un tournant de son histoire, elle rapporte de plus en plus d’argent, son organigramme est chamboulé, Nick Khan prend une place de plus en plus importante et une concurrence sérieuse s’installe. Beaucoup de talents se sont fait marcher sur les pieds, d’autres se sont fait virer par paquet ces deux dernières années. Sasha Banks et Naomi ont simplement décidé que les talents avaient leur mot à dire dans cette évolution. « Faites de la merde si vous voulez, mais pas avec nous ».

Publicité

La réponse de la WWE ? « Vous vous comportez comme des enfants gâtés », « Revoyez votre attitude », on ne discute pas le script. Demander à deux femmes adultes qui font part de leurs remarques sur le script qui, tout de même, les concerne, c’est d’une audace incroyable. Ça ne peut pas passer à tous les coups.

Kayfabe et communication à la rescousse

La présentation que fait la WWE de cette affaire à l’écran prend des tournures de punition, d’humiliation. Lorsque Michael Cole récite le texte annonçant la suspension, probablement soufflé par Vince McMahon et à côté un Pat McAfee en PLS devant l’absurdité de la situation, dans lequel il est aussi expliqué que Sasha Banks et Naomi ont « déçu des millions de fans et des collègues Superstars », avant de lâcher un « Elles nous ont abandonnés », on croit halluciner.

Pourtant c’est le récit qui est fait auprès des fans qui ne s’intéressent à la WWE qu’« en surface », qu’en suivant la narration soignée par la communication de la compagnie de Stamford. Elles sont officiellement suspendues pour leur conduite « non-professionnelles » et les titres leur ont été retirés. On réécrit la réalité pour se donner le bon rôle dans l’histoire.

Les plus anciens se souviendront de Stone Cold Steve Austin qui à l’écran a subi le même traitement après avoir décidé de ne pas venir à Monday Night RAW un lundi soir de juin 2002. « Austin doit des excuses à toutes les Superstars dans les vestiaires, tous les employés de la compagnie qu’il a aidée à faire grandir, et à tous les fans pour les avoir abandonnés » avait lâché Vince McMahon en direct à RAW. Dans une interview le président de la WWE déclarait sur cette même affaire « Vous ne pouvez pas quitter ce travail comme ça. C’est le péché le plus impardonnable de notre business parce que les fans s’attendent à vous voir, et quand vous ne vous montrez pas, c’est la pire chose qui puisse se produire. »

On ne sait pas encore quelles seront les conséquences de cette décision pour les deux catcheuses, mais à la différence de Stone Cold en 2002, Sasha Banks et Naomi ont d’autres endroits où rebondir si c’est la porte qui leur est montrée. Et ce n’est certainement pas ce que souhaite la WWE, elle qui a déjà du mal à laisser partir d’autres talents en temps normal.

Publicité

Il est à craindre comme à chaque histoire de ce genre que le soutien en coulisse restera discret, subtile ou sous-entendu sur les réseaux sociaux, mais qu’il n’ira pas plus loin. La faute à un système qui profite des talents en laissant planer la menace, le doute, la peur de se faire punir à son tour, sanctionner d’une manière ou d’une autre. Rien ne bougera tant que ce système et les gens qui le composent tiendront en place. Et on en revient (toujours) à l’utilité d’un syndicat dans le monde du catch.

En haut