Indies

La GCW accusée d’avoir eu recours à de faux test COVID, des catcheurs démentent

gcw logo

La GCW a été accusée d’avoir eu recours à des faux tests COVID et de sous-payer ses talents.

GCW
Publicité

La GCW a été accusée d’avoir eu recours à de faux tests COVID entre 2020 et 2021, des accusations rapidement démentis par les talents bookés par la promotion indépendante de Bret Lauderdale.

Le catch indépendant, comme n’importe quel domaine culturel ou sportif attirant du public, a dû prendre des mesures afin de pouvoir organiser et maintenir ses événements durant la pandémie de COVID-19. Que ce soit du côté du public, mais aussi des talents qui devaient être testés régulièrement avant chaque show.

Le promoteur californien Mikey Gordon (« Dirty » Ron McDonald) a affirmé dans un groupe Facebook que ses « collaborateurs » ont produit plus de 50 faux tests COVID-19 pour Brett Lauderdale, promoteur de la GCW, entre octobre 2020 et janvier 2021 afin que les talents puissent se produire sur les événements de Game Changer Wrestling.

Gordon a également affirmé que les talents de la GCW ne gagnaient qu’entre 50 et 100 dollars par match, et que certains talents devaient payer eux-mêmes leurs chambres d’hôtel à l’occasion plusieurs événements GCW en Californie entre 2019 et 2021. Toute promotion de catch doit normalement défrayer les talents bookés sur un show.

Publicité

Brett Lauderdale n’a pas tardé à répondre aux accusations, mais ne peut pas en dire plus pour le moment. « J’ai fait part de cette affaire à mon avocat et bien que je veuille m’exprimer, on m’a conseillé de ne pas le faire. »

Le roster de la GCW dément

Plusieurs talents bookés par la GCW durant cette période comme Tony Deppen et Joey Janela n’ont de leur côté pas tardé à défendre Brett Lauderdale et la GCW. « Avant chaque show, nous avions une discussion de groupe [sur les réseaux sociaux, ndlr] où nous parlions de ses précautions et des dates limites pour nos tests covidés. » raconte Deppen. « J’ai aussi dû m’absenter de deux émissions parce que mes tests n’étaient pas revenus à temps – et c’était à la demande de Brett. »

Deppen a aussi répondu à propos des chambres d’hôtel : « Payer pour nos chambres d’hôtel ? 50 dollars ? Je n’ai jamais payé une seule fois l’hôtel, même pour la première fois que la GCW est venue à Los Angeles l’année dernière. Et même quand nous n’avions que 50 spectateurs, j’ai été bien payé. »

À lire aussi : Un Flaming Superkick manque de mal tourner pour Joey Janela

« Nous avons toujours utilisé des groupes comme ça sur les réseaux sociaux, beaucoup de catcheurs se sont vu mis en retrait. Le roster est vacciné maintenant, on se voit tous à Vegas. » a de son côté tweeté Joey Janela, capture d’écran à l’appui.

Publicité

« La GCW m’a fait envoyer mes résultats de test aux arbitres principaux. » raconte le catcheur indépendant Jordan Oliver. « Brett m’a fait comprendre à plusieurs reprises que si nous étions testés positifs ou que nous ne passions pas de test, nous ne pouvions pas catcher, je crois qu’il a pris cela très au sérieux. En plus de cela, La GCW me paie très bien, et ce depuis le premier jour. Bien sûr, ce sont que mes expériences. »

Voir aussi

En haut