NJPW

NJPW contre Kota Ibushi : Excuses et poussière sous le tapis en conférence de presse

njpw kota ibushi conference presse takaaki kidani takami ohbari

Takami Ohbari (NJPW) et Takaaki Kidani (Bushiroad) se sont finalement exprimés sur les accusations faite par Kota Ibushi envers la promotion japonaise.

NJPW

La NJPW s’est enfin exprimée sur le dossier Kota Ibushi dans une conférence de presse qui revient en long et en large sur l’affaire qui oppose le catcheur à la promotion depuis plusieurs jours. Une conférence de presse durant laquelle chaque mot semble avoir été pensé pour calmer les esprits.

Takami Ohbari, président de la NJPW a expliqué la version de la promotion japonaise, revenant en premier lieu sur les captures d’écran d’une discussion postée par Kota Ibushi sur Twitter dans lequel « un officiel » — le nommé Kikushi dans les accusations du catcheur mais pas nommé une seule fois durant la conférence de presse — a menacé le catcheur de mettre fin à son contrat. Ohbari confirme la véracité des captures, mais tient à les replacer dans son contexte.

Le président de la NJPW révèle que Kota Ibushi enfreint les termes de son contrat. Ibushi est sous contrat exclusif avec la promotion japonaise, et doit notamment demander l’autorisation afin d’apparaître dans d’autres promotions, ce qu’il n’aurait pas fait le 4 mars dernier pour un show de la Just Tap Out, promotion de Taka Michinoku. Une apparition qui aurait ajouté de l’huile sur le feu, toujours selon Ohbari, dans un différend de longue date entre Ibushi et le fameux « officiel ». Kikushi aurait selon Ohbari cru que cette apparition d’Ibushi dans une autre promotion était une manière pour ce dernier de tenter de se faire virer. Kikushi aurait « perçu cela comme une trahison de la confiance personnelle établie au fil des ans. » explique le président de la NJPW. « Ses messages ont été envoyés dans un état émotionnel en conséquence. »

Takami Ohbari a ensuite expliqué voulu en savoir plus sur les motivations de Kota Ibushi, en organisant un rendez-vous avec le catcheur, « Ne voulant pas devoir se passer des services de Kota Ibushi de cette manière, et voulant découvrir son véritable état d’esprit et ses opinions sur cette affaire. » Un premier rendez-vous a eu lieu le 31 mars dernier dans la salle d’entraînement personnelle du catcheur.

Publicité

Grondé par le patron

L’une des autres accusations de Kota Ibushi mettait en lumière les tentatives de la promotion de le faire revenir sur le ring alors qu’il ne se sent pas encore totalement remis de sa blessure à l’épaule subite lors du G1 Climax 31 en octobre dernier. Ohbari le trouve pourtant en forme, assure-t-il.

« Lors de ma brève rencontre avec M. Ibushi, nous avons bavardé tout en faisant quelques exercices légers. Tandis que nous évoluions sur le ring et que nous participions à un entraînement de sauts, j’étais étonné de ses capacités physiques surhumaines. » raconte Ohbari. « Pourtant, Ibushi m’a confié qu’il trouvait que la récupération de sa blessure à l’épaule de 2021 prenait plus de temps que prévu et que l’amplitude de ses mouvements était loin d’être idéale. » La conversation entre les deux parties s’est poursuivie au restaurant, conversation durant laquelle Ibushi a expliqué que son apparition à la Just Tap Out était le fruit d’une intervention de TAKA Michinoku. « [Ibushi] a également expliqué que pendant qu’il était dans les vestiaires, il a pris une décision impulsive de son propre chef et s’est rendu aux abords du ring pour seconder les catcheurs. »

Takami Ohbari a expliqué ensuite avoir « réprimandé » Kota Ibushi en lui expliquant qu’il s’agissait « d’une violation de son contrat avec New Japan Pro-Wrestling, ainsi que d’une violation des accords de licence que nous avons avec d’autres sociétés. », mais explique que le catcheur ne sera pas plus sanctionné que cela, pensant que celui-ci n’avait « aucune intention de violer les termes de son contrat et ne pensait qu’il s’agissait d’une violation de contrat car il n’a pas participé à un match. » Ohbari précise ne pas encore avoir eu connaissance de la discussion entre Ibushi et Kikushi au moment de cette rencontre.

À lire aussi :

Un deuxième rendez-vous entre Ibushi et la NJPW s’est tenu ce jeudi 26 mai après la publication des tweets par le catcheur, rendez-vous décidé lors d’une réunion avec les équipes juridiques de la promotion japonaise afin de décider de la conduite à tenir. Durant la rencontre entre Ibushi et la NJPW ce jeudi, des excuses ont été présentées au catcheur, notamment en raison des propos tenus par Kikushi envers Ibushi. « Pour le contenu irréfléchi de ces messages, nous présentons nos excuses complètes et sans réserve à M. Ibushi. » Cependant, « la divulgation d’affaires internes », sans préciser quelles qu’elles soient, relève d’une nouvelle violation des termes de son contrat et une sanction appropriée sera prise prochainement. Kikushi devrait lui aussi être sanctionnés pour ses propos tenus envers le catcheur.

Publicité

« Kota Ibushi restera un membre clé de la NJPW »

Takaaki Kidani, président de l’entreprise Bushiroad (maison mère de la NJPW) a de son côté indiqué qu’il souhaitait sincèrement que Kota Ibushi poursuive sa collaboration avec la NJPW et qu’il restait sous contrat avec la promotion. Kidani explique tout de même que la priorité aujourd’hui pour Ibushi doit être d’être auprès de sa mère — qui a tenté récemment de mettre fin à ses jours — et sa convalescence.

« Kota Ibushi est et restera un membre clé du roster de la New Japan Pro-Wrestling. » a conclu Kidani. « Ce type de mésentente grave entre l’entreprise et ses talents ne devrait plus se reproduire. Afin d’éviter que de telles choses ne se reproduisent à l’avenir et de garantir le meilleur environnement de travail possible pour les talents, nous allons discuter activement avec M. Ibushi pour améliorer la politique de l’entreprise et mettre en œuvre la procédure appropriée. »

La NJPW a aussi pour terminer cette conférence de presse tenue à présenter ses excuses aux fans, aux catcheurs et au personnel pour les perturbations causées au milieu de la tournée Best Of The Super Juniors 29.

Publicité

Takaaki Kidani et Takami Ohbari ne se sont cependant pas exprimés sur les accusations d’implication de la mafia japonaise dans les affaires de la NJPW ou des histoires de comportement toxiques et de harcèlement sexuel évoqués par le catcheur dans sa série de tweets. Oubli, ou poussière sous le tapis ?

En haut