WWE

Vince McMahon visé par une enquête du conseil d’administration de la WWE

wwe vince mcmahon enquete conseil administration relation employee

Vince McMahon est visé par une enquête du conseil d’administration de la WWE suite à des versements faits à une employée pour cacher une relation.

WWE

Vince McMahon ferait l’objet d’une enquête du conseil d’administration de la WWE concernant un versement de 3 millions de dollars à une ancienne employée avec laquelle il aurait entretenu une relation.

Selon un article du Wall Street Journal publié ce mercredi, le conseil d’administration de la WWE enquêterait sur un paiement de trois millions de dollars effectué en janvier 2022 afin de dissuader une ancienne employée d’évoquer publiquement une relation avec le président de la WWE, arrangement décidé selon les termes d’un accord conclu entre la WWE, l’avocat de la WWE Jerry McDevitt et l’employée. Un premier paiement d’un million de dollars a été effectué au moment de l’accord, les deux millions suivants devaient être versés sur une période de cinq ans.

L’ancienne employée dont le nom n’a pas été révélé, âgée de 41 ans, aurait connu des difficultés financières avant de rejoindre la WWE en 2019 selon des employés de la compagnie de Stamford interrogés par le WSJ. Celle-ci aurait déclaré être diplômée en droit mais n’aurait jamais passé l’examen du barreau, précisant à ses collègues que sa carrière avait été mise de côté pour s’occuper d’un parent malade.

D’autres accords conclus dans le passé

L’enquête aurait commencé en avril et aurait débouché sur d’autres accords de non-divulgation plus anciens qui impliqueraient des accusations de la part d’anciens employés de la WWE à l’encontre de Vince McMahon, ainsi que du responsable des relations avec les talents, John Laurinaitis.

Publicité

Le WSJ n’a pas encore déterminé combien d’accords de ce type font l’objet d’un examen, et l’avocat du conseil d’administration de la WWE est toujours en train de recueillir des informations sur ces accords en question, bien que les paiements se chiffreraient en millions de dollars.

Selon le journal, le conseil d’administration aurait été informé des allégations par un courriel envoyé en mars par un ami de l’ancien employé. Le courriel, que s’est procuré le journal, indiquait que l’employée en question recevait un salaire annuel de 100 000 dollars au moment de son recrutement, salaire qui aurait doublé une fois la relation avec Vince McMahon entamée. La personne ayant envoyé le courriel prétend également que Vince McMahon l’a « donnée comme un jouet » à John Laurinaitis et a déclaré, et que l’employée aurait eu peur de démissionner après avoir reçu les sommes d’argent.

Vince McMahon aurait par ailleurs utilisé des fonds personnels pour payer l’ancienne employée, ainsi que les personnes concernées par d’autres accords le concernant lui et John Laurinaitis.

À lire aussi : Paige : « La WWE ne veut pas renouveler mon contrat, ce n’est pas ma décision »

Stephanie McMahon toujours dans le conseil d’administration

Le conseil d’administration enquêterait sur les allégations faites dans le mail, selon des personnes proches de la situation. Le conseil d’administration, composé de douze personnes, comprend toujours Stephanie McMahon, qui, pour rappel, a pris congé de ses activités avec la WWE en mai afin de passer du temps avec sa famille, Nick Khan et Paul Levesque (Triple H). Man Jit Singh, membre lui aussi du conseil d’administration et ancien cadre de Sony Home Entertainment, dirige l’enquête avec huit autre membre, accompagné d’un cabinet d’avocat externe à la WWE, Simpson Thacher & Bartlett LLP.

Publicité

Un porte-parole de la WWE a déclaré au WSJ qu’ils suivraient l’enquête de très près, affirmant par ailleurs que la relation entre McMahon et l’ancienne employée était consensuelle. La déclaration précise que « la société prend les allégations au sérieux et les traite de manière appropriée. »

Vince McMahon et Laurinaitis n’ont pas répondu aux sollicitations du Wall Street Journal, tandis que l’avocat de la WWE, Jerry McDevitt, a déclaré de son côté que l’employée n’avait pas déposé de plainte pour harcèlement et que « la WWE n’a versé aucune somme d’argent » lors du départ de l’employée.

Voir aussi

En haut