NJPW

Résultats de NJPW Resurgence

hiroshi tanahashi iwgp us

Résultats de l’événement NJPW Resurgence, qui accueillait des fans pour la première fois en 19 mois.

NJPW

Pour la première fois en presque dix-neuf mois, la New Japan Pro Wrestling accueille des fans américains en son sein. Le ring posé devant la torche du LA Coliseum, la NJPW profite de l’air californien pour organiser l’événement Resurgence.

Au programme : Lance Archer défend le titre IWGP US face à Hiroshi Tanahashi, Jay White met en jeu son titre NEVER Openweight contre David Finlay, Jon Moxley a une surprise pour les Good Brothers tandis que Tomohiro Ishii et Moose cassent une porte interdite.

De la bonne chauffe

Karl Fredericks a battu Alex Coughlin. Rien de bien scintillant dans l’exécution mais diable qu’ils furent tous deux efficaces, se connaissant sur le bout des doigts. Coughlin est dominé mais résiste et s’offre quelques bons moments dans lesquels il embarque la foule. Fredericks parvient à reprendre l’avantage et à la victoire avec son backbreaker suivi d’un Impaler DDT.

Clark Connors, TJP et Ren Narita ont battu Rocky Romero, Fred Rosser et Wheeler YUTA. On reste dans le même registre que précédemment mais l’action s’active dans les dernières minutes. Un combat qui a mis l’emphase sur un Connors, jeune diplômé du LA Dojo.

Publicité

Quant aux vétérans, leur expérience apporte beaucoup au match tandis que Narita et YUTA parviennent à produire quelques bons échanges. Chacun réussit à briller. Connors envoie Romero au tapis avec son Spear et aidé de la Mamba Splash de son pote TJP.

Uemura le choyé

Lio Rush, Chris Dickinson, Fred Yehi, Adrian Quest et Yuya Uemura ont battu Team Filthy (Tom Lawlor, JR Kratos, Danny Limelight, Jorel Nelson & Royce Isaacs). Ce qu’on appelle communément un bon foutoir, on a eu de tout au travers d’un match où chacun des acteurs a pris son temps.

De gros échanges de darons entre Dickinson, Kratos ou Lawlor, un Rush toujours aussi vivace malgré sa blessure au bras ou encore un Uemura qui découvre les Etats-Unis pour son excursion. C’est d’ailleurs Uemura qui offre la victoire à son équipe avec l’assistance d’un Rush qui laisse volontiers la lumière à son cadet.

Bien accueilli par la foule américaine, le jeune catcheur prend ensuite le micro, s’exprimant en anglais et appelant Katsuyori Shibata à venir au ring. The Wrestler répond à l’appel et offre un t-shirt du LA Dojo en guise d’acceptance d’un nouvel élève dan son antre.

À lire aussi : NJPW Resurgence : Brody King absent, la carte réorganisée

Publicité

Juice Robinson a battu Hikuleo. Heureusement que la popularité et le charisme de Juice parviennent à sauver ce match. Malgré une petite marge de progression, Hikuleo au sein d’un ring de catch, ça n’a jamais été une grande joie de l’y voir.

Robinson réussit à jouer de la dynamique David contre Goliath et renverse la vapeur au fur et à mesure du combat avant de surprendre son adversaire dans un petit paquet pour la victoire. Humilié, Hikuleo passe à tabac Robinson après le match avec un Chokeslam.

Le Stone Pitbull régale

Une petite intermission vidéo annonce la tenue de l’événement Battle in the Valley le 13 novembre prochain à San Jose.

Publicité

Tomohiro Ishii a battu Moose. Lorsqu’une porte interdite s’ouvre pour offrir une telle confrontation, on la remercie d’exister. On a eu ce qu’on voulait : un combat de bon gros darons entre deux tarés du rentre-dedans.

Le faceoff fait quelque peu rire lorsqu’on remarque que Moose met facilement deux têtes à Ishii, est-ce que ça lui fait peur ? Et quoi encore. Ça va s’envoyer tout ce qu’ils ont en magasin pour faire plier l’autre. Le genre de match pour lequel on porte une affection toute particulière au Stone Pitbull, qui résiste à tout. Moose perd patience.

Ishii ressent cette tension et en profite pleinement en faisant vaciller son adversaire avec sa bonne vieille Vertical-drop Brainbuster.

Ospreay vient foutre le boxon

On ne l’avait pas vu venir : Will Ospreay est de retour à la New Japan. Il est là pour annoncer de bonnes nouvelles, il a reçu le feu vert des médecins pour revenir sur les rings. Que compte-t-il faire désormais ? Revenir au Japon pour participer au G1 Climax 31 ? Absolument pas.

Ospreay ne reviendra au Japon et compte bien rester aux Etats-Unis. Il s’est tellement donné pour cette promotion qu’il en a brisé sa nuque. L’anglais a surtout gardé quelque choses dans ses bagages : le championnat IWGP World Heavyweight. Qualifiant ainsi Shingo Takagi de champion intérimaire, il compte bien défendre ce titre qu’il n’a jamais perdu. Il en est même jaloux de Jon Moxley qui n’a jamais perdu son titre US malgré plus d’un d’absence.

Publicité

S’ensuit quelques provocations envers Karl Fredericks, Clark Connors mais aussi TJP. Le britannique finit par leur jeter une bouteille d’eau avant de prendre la fuite. Voilà qui est intéressant, les portes interdites s’affolent.

 

Guns & Gallows retrouvent des vieux copains

The Good Brothers (Karl Anderson & Doc Gallows) ont battu Jon Moxley et Yuji Nagata. Il y aura forcément des déçus : suite à l’annonce de l’absence de Shota Umino, bloqué sur les îles britanniques, beaucoup voyait Sami Callihan reformer l’équipe Switchblade Conspiracy avec Moxley. C’est la Blue Justice qui se pointe et cela n’est pas vide de sens.

Guns & Gallows se sont sortis les doigts et leur match en devient tout de suite déjà plus appréciable. C’est pas non plus exceptionnel mais on reste dans le domaine du solide et du tout à fait correct. Mox est prit à part et mange notamment une Magic Killer à l’extérieur du ring sur une chaise avant que Nagata subisse le même sort quelques instants plus tard.

Un feu d’artifice s’est allumé en plein match au sein du L.A Coliseum. Cela a quelque peu perturbé la foule. Pas d’inquiétude, pas de blessés ni quoi que ce soit. Pendant ce temps-là, Will Ospreay en joue, déclarant sur les réseaux sociaux qu’il l’a lui-même allumé. 

Anderson se saisit le micro mais celui-ci lâche en plein milieu de sa promo. On est presque à deux doigts de croire à l’incident technique mais ce sont Tama Tonga et Tanga Loa qui dévalent la rampe d’entrée. Une confrontation qui ne résulte qu’au départ d’Anderson et Gallows du ring. De vieilles têtes connues refont ainsi surface.

Switchblade toute en douceur

Jay White a battu David Finlay pour conserver son championnat NEVER Openweight. White aime prendre souvent son temps, parfois un peu même trop. Un match qui a dépassé la vingtaine de minutes durant lesquelles la foule a eu le temps de partir en vacances avant de revenir en toute sérénité.

Une heat presque inexistante, les américains ne sont intéressés par Finlay et le font savoir. Celui-ci n’a aussi ne serait-ce l’ombre d’une chance de remporter ce match. Excepté quelques minutes de suspense, Swichblade n’a qu’à dégainer le Blade Runner pour l’emporter.

Les fans se réveillent lorsque Tomohiro Ishii passe au travers du rideau d’entrée pour défier le néo-zélandais. Ce dernier se saisit du micro et exprime toute sa colère. Il a déjà battu Ishii, c’est une perte de temps. Il a tout gagné à la New Japan. S’il le veut, il peut défendre son titre où il veut quand il veut, citant notamment l’AEW. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir la foule.

L’Ace dans toute sa splendeur

Hiroshi Tanahashi a battu Lance Archer pour devenir champion IWGP United States pour la première fois de sa carrière. Il l’a fait, excepté le IWGP World Heavyweight, l’Ace a remporté tous les titres disponibles à la New Japan. Le patron.

Pour ceux qui ont connu Archer à la New Japan, on est content de le revoir tabasser du young lion durant son entrée et être une grosse ordure sur le ring. Durant toute la totalité du match, Archer va prendre son temps à mettre Tanahashi au tapis mais ce dernier résiste à tout ce qu’on lui envoie dans le museau.

Archer va perdre patience au fur et à mesure et c’est ainsi que l’Ace parvient à le tromper et lui planter trois High Fly Flow à la suite pour s’adjuger une victoire bien méritée. Quand il s’agit d’être le babyface en détresse, Tana est toujours là pour nous montrer comment faire.

Une invitation plus que subtile

On finit la soirée sur une bonne note. Lance Archer se saisit du micro et casse le quatrième mur. Il s’est encore fait avoir par l’Ace, dit-il. Au bout du compte, il respecte énormément Hiroshi Tanahashi, possédant ses meilleurs souvenirs en sa compagnie.

Cependant, Archer veut tout de même sa revanche. Il invite donc Tanahashi à fouler les rings de la All Elite Wrestling. Jon Moxley, qui était aux abords du ring durant le main-event, est en train de bouillir en ce moment-même. Tiens donc, All Out 2021 approche à grands pas.

Que ce fut bon de retrouver une foule pleinement dans la capacité de scander les noms et les chants qu’elle désire. Resurgence n’était peut-être pas le meilleur événement de l’année mais retrouver la communion entre des fans et leurs catcheurs favoris est toujours spécial. Profitons.

En haut