Actualité

Sabu totalement ingérable lors d’un show de la PWS

Pat Buck, le promoteur de la Pro Wrestling Syndicate a eu quelques déboires avec le catcheur Sabu sur un de ses derniers shows. Il a tenu à le raconter.
Sabu et sa manageuse Melissa Coates à la Big Time Wrestling en 2015 © Parris V Stephanow

Si l’on sait quelque chose à propos de Sabu ces dernières années, c’est qu’il n’a pas la réputation d’être quelqu’un de très tranquille et que le fait que des promoteurs lui proposent encore des bookings reste un mystère — si ce n’est pour avoir l’occasion d’afficher le nom d’un ex-ECW sur le poster de son show.

Le weekend dernier avait lieu à Brooklyn SummerSlam, la Pro Wrestling Syndicate en a donc profité en même temps que Field of Honor de la ROH et TakeOver Brooklyn de NXT d’organiser un show avec bon nombre de grosses stars du catch comme Mick Foley, Rey Mysterio, Kenny Omega, Jimmy Snuka, Amazing Red et évidemment Sabu. Sauf que les choses ne se sont vraiment pas très bien passées avec ce dernier comme le raconte Pat Buck, le promoteur de la PWS.

Un catcheur ingérable sous l’emprise de la drogue

Avant le show de ce samedi la fédération indépendante avait organisé une séance de dédicaces, seulement Sabu est arrivé une demi-heure en retard « ce qui est très gênant parce qu’il a déjà été payé pour sa présence » explique le promoteur sur sa page Facebook dans un long message racontant ses déboires avec le catcheur. Les problèmes ne font que commencer, quelques heures plus tard après la séance de dédicaces Sabu a été surpris en train de fumer du cannabis dans les vestiaires avec un inconnu. « C’est peut-être courant dans le milieu du catch mais nous ne tolérons pas ça à la PWS » ajoute Pat Buck. Plus tôt, le promoteur et Sabu ont discuté du cachet que demandait le catcheur et il est clair : il demande plus cher s’il perd le match, « c’est complètement ridicule de penser comme ça, mais ma réponse a été ‘OK tu gagneras et tu seras moins payé que ce qui était prévu au départ’, il a accepté et expliqué qu’il perdrait sans problème ».

Mais lorsque le show a commencé Sabu est revenu et a finalement demandé un bonus pour pouvoir mettre over son adversaire, Fallah Bahh, un catcheur très peu connu. « Eric Pleska [le co-propriétaire de la PWS] a dû trouver plusieurs moyens pour que Sabu fasse… son travail. Je sais que si j’avais dû gérer seul la situation cela aurait fini en bagarre à laquelle j’aurais été ravi de participer, mais je ne voulais pas ruiner la soirée de tout le monde » raconte Pat Buck. « Il m’a humilié, m’a dit que je connaissais les termes du contrat et m’a demander de régler tout ça très vite. Eric a trouvé un juste milieu. La solution a été un Dusty Finish, qu’on devrait appeler un Sabu Finish parce qu’on en a fini avec lui. »

Le match ne s’est évidemment pas bien passé. Sabu a voulu être présenté lors de son entrée. Chose qu’ils ont fait, mais qui ne lui convenait pas, le catcheur a alors redemandé d’être présenté. « Personnellement je pense qu’il était tellement défoncé qu’il a pas réalisé qu’il avait déjà été présenté (…) Sabu a littéralement passé son temps à parler et à hurler à Genie [sa manageuse], c’était gênant. C’était pas bon et les fans peuvent en témoigner ».

Les problèmes ont continué… à l’hôtel

Si jusque là vous avez trouvé hallucinant ce que vous avez là, vous n’êtes pas au bout de vos peines. La PWS avait pris en charge la chambre d’hôtel de Sabu et de plusieurs catcheurs qui ont participé au show ce soir-là. Sans compter certains déplacements d’un show à un autre, comme pour Sabu qui venait la veille d’un autre show à Detroit. La PWS a donc couvert à sa demande les frais de déplacement de Detroit jusqu’à New York et de son retour à Detroit. Seulement Sabu n’a pas signalé à la PWS qu’il avait pris un booking à Philadelphie le lendemain à la Booking Pro Wrestling — qui lui a probablement financé le voyage aussi — où il affrontait Tommy Dreamer.

Le plus fou reste les problèmes rencontrés à l’hôtel où a séjourné Sabu. L’hôtel a adressé à Pat Buck une pénalité de 250 dollars parce que le catcheur a fumé dans sa chambre. « j’étais plutôt énervé, parce que c’est irresponsable et que ça m’était déjà arrivé par le passé. Je fais toujours en sorte de prendre en charge les chambres et les frais supplémentaires, juste au cas où un problème survient. Normalement les catcheurs doivent payer leurs pénalités. On m’a informé que Sabu a refusé de payer la sienne. Sabu a mis tellement de désordre qu’ils ont illégalement tout mis sur ma note pour éviter une crise de colère de sa part ».

La description du désordre est hallucinante. « L’hôtel a tenu à me signaler qu’il y avait eu d’autres incidents. Il y avait apparemment un chien avec lui. Et sur les murs, les serviettes et les draps il y avait du sang et des excréments partout. Ils m’ont montré d’horribles photos. Ils ont aussi trouvés des seringues et des aiguilles, j’espère sincèrement qu’aucun chien n’a été mêlé à tout ça. »

« J’ai tenu à partager ça pour alarmer les promoteurs, mais aussi parce que je suis l’un des rares à pouvoir encore actuellement travailler avec lui. Les fans l’adorent vraiment, il est capable de lutter quand il veut. On a même déjà parlé d’organiser son tout dernier match (et celui contre Jushin Liger qu’il veut absolument) ». Il adresse ensuite un court message à Sabu « Tu dois te réveiller et faire de ton mieux. Tu peux apprendre quelque chose de tout ça ou n’en avoir rien à faire, je m’en foutrai et je l’accepterai, mais pense au fait que nous sommes en 2015 et que plus personne ne pourra tolérer tes conneries ».

Des problèmes qui ne datent pas d’hier

La PWS avait déjà eu quelques soucis avec Sabu. En 2013 l’Extreme Rising annulait un show lors du WrestleMania Weekend. Sabu étant sur place, la fédération indépendante voulait le voir apparaitre sur son show mais le catcheur demandait beaucoup trop d’argent, ils ont alors refusé. Probablement furieux Sabu s’est incrusté dans le show et s’est arrangé pour apparaitre quand même. Alors que les deux catcheurs du main-event (John Morrison et Jushin Liger) étaient entrés, le theme song de Sabu a été lancé sans que ce soit réellement prévu et le catcheur est venu et a serré les mains des deux autres avant de s’asseoir en ringside et de s’endormir trois minutes plus tard. « J’espère que sa sieste a été apaisante » ironise le promoteur. Pat Buck découvrira plus tard que Sabu avait soudoyé l’ingénieur du son et avait fait ça pour attirer l’attention et vendre des autographes et des photos.

On espère que les choses se passeront mieux en octobre lorsque le catcheur viendra en France, puisque la Ligue Nationale de Catch l’a booké sur l’un de ses événements le 24 octobre aux côtés de Rey Mysterio pour le show Hallo’Win à l’occasion du Festival Culturel et Sportif d’Épinal.