Review

ROH Final Battle 2015 : Dernière étape avant Wrestle Kingdom pour Jay Lethal

Comme avant chaque Noël, la Ring Of Honor organisait son grand show de l'année Final Battle où les rivalités parfois au long cours prennent fin dans un match décisif. Tous les grands comme Kevin Owens, Sami Zayn, Daniel Bryan, Samoa Joe ou encore Seth Rollins ont brillé lors de ce grand show. Ils sont donc nombreux à vouloir suivre cet exemple à commencer par Jay Lethal et AJ Styles qui s'affrontaient dans le main event.
121715_jay-lethal_1200 © Philly.com

La Ring Of Honor achève à la 2300 Arena de Philadelphie une année pleine marquée par sa collaboration grandissante avec la NJPW. L’ancienne salle mythique de l’ECW est bien devenue cette année le grand terrain de jeu du circuit indépendant américain et la ROH ne pouvait pas ainsi manquer de boucler la boucle de 2015 devant son public le plus connaisseur.

L’opener donne lieu à une grosse ambiance motivée par la présence des Briscoes et des Young Bucks qui achèvent leur plus belle année marquée par une popularité sans précédent tant aux Etats-Unis qu’en Europe et au Japon. Trois équipes s’affrontent pour avoir un match pour les titres par équipe. Et à ce jeu, c’est la paire des All Night Express reconstituée durant l’automne qui crée une petite surprise. Kenny King et Rhett Titus sont loin d’être les favoris de la foule et sont même longtemps discrets dans un combat grandement rythmé par les Super Kicks et les moves vertigineux devenus classiques des Young Bucks. Mark Briscoe n’est aussi pas en reste, claquant régulièrement des drop kicks. Beaucoup de near falls dans ce match très rythmé d’une dizaine de minutes et au final les très pragmatiques King et Titus empochent le morceau sur une belle combinaison finale. Ils sortent ainsi victorieux d’une rivalité automnale avec les Briscoes et visent désormais les titres par équipe en 2016.

Ce show est donc propice à conclure les rivalités mais aussi peut-être à encore les relancer. L’excentrique Dalton Castle et le très viril Silas Young n’offrent pas une rivalité marquante mais à défaut de grand match, elle bénéficie d’un certain intérêt. La bataille pour les boys fait toujours rage. Au début de l’automne, Castle les avait perdu et Young en avait fait des gars chargés de testostérone. Mais Castle ne les abandonne pas pour autant et avec ce match il tente une opération de reconquête. Bien plus puissant que d’habitude, il bouscule Silas Young dans ce qui est le meilleur match de leur série. Young prend finalement l’ascendant à partir d’un Spear entre les cordes qui l’amène à conclure encore victorieusement. Toutefois c’est une victoire à la pyrrhus car les boys finissent par rejoindre Castle en tabassant Young à coups de chaise lors d’un après match où le vaincu sort finalement avec le sourire plein les lèvres.

Wrestle Kingdom se prépare aussi à la ROH

La force brute peut aussi être la fin conductrice d’une rivalité. Ainsi, l’ex grand invaincu Moose affrontait Michael Elgin. Les deux hommes avaient remporté les deux victoires les plus expéditives de l’histoire de la ROH en huit et dix secondes, ce qui leur avait donné une grande soif de titre mondial. Mais il fallait un vainqueur pour tenter de décrocher le titre de la ROH le 4 janvier 2016 à Tokyo. Révélation des rings japonais cette année, Michael Elgin était bien évidemment motivé et malgré son déficit de taille, il a pu rivaliser dans le défi physique avec Moose l’ancien footballeur américain. Longtemps l’opposition va vraiment sur des collisions brutes et des démonstrations de force où aucun ne veut montrer le moindre signe de faiblesse. Elgin est plus à son aise et la victoire ne peut plus lui échapper quand il se dégage du Spear de Moose. Il peut frapper le Burning Hammer pour achever une démonstration de force qui peut impressionner le champion de la ROH qu’il affrontera au Tokyo Dome.

Un ancien champion de la ROH ne voulait vraiment pas voir un de ses grands potes décrocher le gros titre à son tour. Adam Cole avait ainsi trahi Kyle O’Reilly lors d’All Star Extravaganza en septembre et ainsi la rivalité pouvait s’engager avec un affrontement placé sous le signe de la bagarre. On n’assiste parfois pas à un combat de catch mais plutôt à une baston où les deux hommes s’échangent les coups avec le but de faire mal. L’opposition entre ces deux jeunes talents est très vivante et indécise. O’Reilly est quand même à deux reprises très proches d’empocher le succès avec des soumissions et paradoxalement c’est au moment où il sera le plus proche de l’emporter qu’il perd. La faute à l’arbitre Todd Sinclair qui ne voit pas que Cole prend appui sur les cordes pour renverser la soumission en un tombé gagnant. La frustration est donc grande pour O’Reilly qui s’acharne ensuite plusieurs fois sur le bras droit de Cole qui ressort en vainqueur amoché.

Alex Shelley est revenu sur les rings de la ROH pour la plus grande déception de Chris Sabin qu’il a trahi en s’en prenant au duo de The Addiction. Ainsi, les deux anciens membres des Motor City Machine Guns étaient dans deux camps opposés dans un match à trois contre trois. Shelley bénéficiait de l’apport des virevoltants ACH et Matt Sydal tandis que Sabin était avec Daniels et Kazarian. Le rythme est inégal avec quelques botchs et il n’y a finalement jamais d’opposition directe entre Shelley et Sabin. Dommage car on semble en fait démarrer tout juste une rivalité, curieux pour un tel show. Et à ce jeu c’est Chris Sabin qui ressort les épaules basses après avoir suivi les foudres de Sydal et ACH.

Roderick Strong reste fort

Roderick Strong a réussi la performance de faire chuter Jay Lethal, lui prenant ainsi le titre Television. Il le défend ici contre Bobby Fish qui sort aussi d’une belle année mais comme pour son pote Kyle O’Reilly, il lui faut maintenant franchir un palier en solo en s’emparant d’un gros titre. Il peut ressortir bien frustré à l’issue d’un affrontement qu’il aura dominé et comme pour O’Reilly, il est floué par l’arbitre… Todd Sinclair, encore lui qui décidément aura bien mené la vie dure aux reDragon. Strong tape discrètement dans le coin opposé et ainsi Sinclair ne le voit pas, provoquant la colère et la chute de Fish qui est aussitôt battu après un kick. Mr ROH ne ressort pas grandi de cet affrontement qui aura montré son côté vicieux qu’il a dès qu’il doit défendre un titre.

Les titres par équipe étaient en jeu dans un match des plus curieux. Avant même que la cloche sonne il y a de la bizarrerie dans l’air. Matt Taven et Michael Bennett attaquent pied au plancher leurs challengers et dès que la cloche sonne sont proches de l’emporter. Mais au bout de quelques secondes leur chance est déjà passée car en réalité Matt Taven est sérieusement blessé à la jambe gauche qu’il traine bien bas. Ainsi, il n’y a pas de match et très rapidement le duo de War Machine s’amuse avec Bennett et empoche sans coup férir les titres par équipe. De Philadelphie à Philadelphie, c’est l’histoire de ce match car c’est à l’endroit même où Ray Rowe et Hanson ont formé leur équipe qu’ils ont décroché leur premier titre par équipe.

Jay Lethal s’envole pour Tokyo

Les fans avaient baissé d’un ton depuis quelques minutes car ils s’étaient réservés pour le main event entre le champion de la ROH Jay Lethal et le challenger globe-trotter AJ Styles. Il ne s’agit pas d’une rivalité entre ces deux grands anciens de la TNA mais plutôt d’une chance claire de titre qu’AJ Styles attendait depuis 2002 et les tout débuts de la Ring Of Honor. Grandement soutenu, il se voyait bien champion de la Ring Of Honor sur le ring de la NJPW, son autre fédération. Mais Jay Lethal le très solide champion sait appuyer là où ça fait mal. Tant pis pour le rythme endiablé qu’on n’a pas pendant la première partie d’un combat où Lethal s’acharne sur le dos de Styles. Mais ce dernier reprend du poil de la bête pour apporter une deuxième partie à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre entre ces deux grands talents.

L’incertitude règne alors au moment où Jay Lethal semble reprendre l’avantage. Son troisième Tope Suicida s’achève mal après une collision spectaculaire avec son adversaire. AJ Styles a ainsi trouvé l’ouverture et étouffe Lethal avec un brainbuster mais dans un geste désespéré le champion l’envoie s’écraser sur la table du time keeper. Belle fin de show avec Styles qui parvient à revenir sur le ring et se dégage de la Lethal Injection qui suit. La chance du champion vient de tourner pense-t-on surtout quand AJ prépare le Styles Clash mais Lethal choisit ce moment pour l’emporter avec un Piledriver suivi d’une Lethal Injection cette fois mortelle pour son adversaire. Jay Lethal sort ainsi grandi et renforcé par cette victoire clean à l’issue d’un combat engagé et très équilibré.

Moins marquant et saignant que certaines  années, ce cru 2015 de Final Battle aura malgré tout été solide même si on ne peut pas relever de match classique à revoir dans plusieurs années. Mais au moins Jay Lethal en a profité pour ressortir très fort et il en avait besoin car dès le 4 janvier 2016 il défendra son titre lors de NJPW Wrestle Kingdom devant près de 50000 spectateurs contre Michael Elgin.

 

Brousti
Auteur :
Rédacteur hyperactif. Spécialiste de l'overselling.