Top 200

Top 200, de 180 à 171 : L’entrée du phénomène

WWE

AJ Styles est le seul catcheur de ce classement à y figurer pour son travail dans de multiples fédérations, pas moins de 5 : WWE, NJPW, TNA, ROH et RPW. Et on le retrouve deux fois dans les 10 matchs qui suivent, et deux fois pour son travail dans l’année 2016.

#180 Masahiro Chono contre Rick Rude pour la finale du G1 Climax 1992 pour le titre WCW

12 Aout 1992 : Finale du NJPW G1 Climax 1992 à Tokyo, Japan

Ce G1 Climax 92 comprend 50% de catcheurs de la NJPW et 50% de catcheurs de la WCW, et le vainqueur reçoit le titre de champion NWA vacant à cette époque après que Ric Flair (alors champion) ait quitté la WCW pour rejoindre la WWF. La WCW et la NJPW avaient alors une collaboration très étroite avec un certain nombre de Supershows conjoints. Chono s’est débarassé sur sa route de Tony Halme (Ludvig Borga à la WWF), Scott Norton et Keiji Mutoh, à chaque fois grace à son STF. Rick Rude lui s’est défait de 3 catcheurs locaux : Super Strong Machine (quel nom…), Shinya Hashimoto et Kensuke Sasaki à chaque fois avec un top rope knee drop. Donc l’américain bat 3 Japonais au Japon, histoire que la foule le déteste encore plus.

Et autant dire que ça marche. Accompagné d’Alundra Blaze/Medusa habillée comme pour aller au bal, Rude n’a que faire que la foule ne soit pas anglophone. Il se saisit du micro pour une promo qui aurait du mal à passer aujourd’hui, questionnant le physique du public et les laissant admirer son corps de rêve. Chono interrompt le spectacle sous les vivas de la foule. A noter les présences de Dusty Rhodes et Bill Watts dans la foule. La foule en question DE-TESTE Rude et lui fait savoir. Le match est excellemment bien construit et Rude est formidable dans son selling et ses offensives; les deux catcheurs sont en parfaite alchimie. Aucune des deux prises de finitions de fonctionne alors Chono utilise encore une fois comme l’année précédente face à Mutoh un autre élément de son arsenal avec un top rop shoulder tackle pour finir Rude et s’emparer du titre suprême. Une finale de G1 qui perpétue la tradition de Match-of-the-Year-Contender de la NJPW.

Note WON : **** 1/2 – Note Cagematch : 8.25

#179 Ric Flair (c) contre Sting pour le titre Heavyweight de la NWA

27 Mars 1988 : NWA Clash of the Champions I à Greensboro, Caroline du Nord

Affrontement entre tout jeune et assez inexpérimenté Sting et le champion NWA Ric Flair. JJ Dillon , le manager des our horsemen est suspendu au dessus du ring dans une cage. Ce match a lieu gratuitement à la TV afin de contrer la WWF qui diffusait Wrestlemania IV ce soir là. Pour ce match, il y a une durée limite de 45 minutes et en cas d’égalité, trois juges sont assignés pour départager les catcheurs. parmi ces juges, une playmate dont on doute de l’impartialité. Sting est incroyablement over malgré le fait que ce match se déroule en Caroline du Nord, Flair’s country.

Ce match se déroule lors de l’apogée de Ric Flair en tant que catcheur, et son selling est époustouflant. L’entendre hurler « Oh God! Oh God! My Back! » est juste génial. Sting est parfait en babyface et ce match a réellement lancé sa carrière de main-eventer. Le match va au bout des 45:00 alors que Flair était pris dans la Scorpion Deathlock. Un juge donne Flair vainqueur, l’autre Sting, et le troisième donne un match nul. Flair conserve sa ceinture malgré son retour dans les vestiaires en boitant, Sting s’installe en haut de la carte et la WCW recontre un vrai succés malgré la concurrence de la WWF en Pay-Per-View ce soir là.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 7.93

#178 Sabu contre Terry Funk (c) pour le titre Heavyweight de la ECW

09 Aout 1997 : ECW Born to Wired à Philadelphie, Pennsylvanie

Le match le plus violent et gore du classement, une véritable boucherie : No-rope barbed wired death match. Terry Funk arrive ici en tant que champion poids-lourds ECW gagné en Avril face à Raven. Sabu comme Terry Funk ne sont pas étrangers aux Death-Matches, comme en attestent leurs parcours à la FMW quelques années auparavant. Ce match a été enregistré à l’origine pour le show télévisé, mais les téléspectateurs n’en verront qu’une partie en raison de l’extrême (hahah) violence graphique. Le match atterrira sur une VHS « Born to be Wired » commercialisée plus tard.

Les premières minutes du match sont composées pas mal de spots ou l’un comme l’autre tentent de projeter son adversaire dans les barbelés. A partir du moment ou Sabu goûte à l’impardonnable barrière filetée, le carnage démarre. Sabu se retrouve assis à cheval sur le barbelé, puis rate un spinning kick dans le coin et se fait une entaille de plusieurs centimètres de profondeur dans le biceps. Moment surréaliste car Bill Alfonso cours chercher un rouleau de bande athlétique pour stopper l’hémorragie. Sabu saigne tellement qu’il en oublie de seller les prises de Funk pour continuer de stopper le saignement. Le finish voit Sabu envelopper Funk et lui même de barbelés et lui envoyer une Leg Drop vers l’extérieur. Les 2 catcheurs sont tellement emmêlés dans le fil coupant que Bill Alfonso doit utiliser une pince coupante pour les libérer afin qu’ils puissent monter dans le ring. Sabu gagne après ce spot devant une foule médusée par la violence du match.

Note WON : non noté – Note Cagematch : 8.74

#177 Dean Malenko contre Eddie Guerrero (c) pour le titre TV de l’ECW

15 Avril 1995 : ECW Hostile City Showdown à Philadelphie, Pennsylvanie

Affrontement classique entre deux catcheurs pour lesquels il est impossible d’avoir un mauvais match. Eddie Guerrero était alors champion TV de l’ECW, titre qu’il avait conquis des mains de 2 Cold Scorpio, lui même avait pris ce titre à Dean Malenko. Les deux catcheurs ne cesseront de s’affronter au fur et à mesure des mois qui suivent, jusqu’à leur départ de la fédération quatre mois plus tard après un autre excellent match sous les « Please don’t go » de la foule.

Régal technique, ce match n’a pas vieilli. Eddie Guerrero porte encore son pantalon aux couleurs des états-Unis qu’il portait dans l’équipe qu’il formait avec Love Machine Art Barr. Dean Malenko était déjà dans le perosnnage du Iceman Shooter tel qu’il était à la WCW. Les deux catcheurs s’échangent des soumissions comme une magnifique Texas Cloverleaf ou le Gory Guerrero Special. Même le Frog Splash d’Eddie de suffit pas à venir à bout de Malenko et le match s’achêve sur un match nul au bout de plus de 25 minutes d’intense affrontement. Un magnifique match entre deux des meilleurs catcheurs de ces 30 dernières années.

Note WON : **** 1/2 – Note Cagematch : 8.48

#176 AJ Styles contre John Cena

21 Aout 2016 : WWE Summerslam 2016 à Brooklyn, New York

Selon les mots de John Cena, voici un match « 15 years in the making »… En aout 2001 John Cena luttait en équipe avec Rico Constantino à la OVW et la NWA et AJ Styles luttait pour le titre Junior de la NWA Wildside. Qui aurait cru qu’à cette époque tout le monde rêvait déjà de ce match! Blague à part, c’est l’affrontement entre l’icône de la WWE des années 2000/2010 et l’icône de tout ce qui n’est pas la WWE de cette même période. AJ Styles venait de tourner du côté des heels quelques mois auparavant après deux tentatives ratées pour le titre Heavyweight.

Ce match est l’apogée de « Cena PWG » et reprend le schéma des combats de ce dernier face à Kevin Owens de 2015. Un Cena enchainant spots après spots, des kickouts à 2 après des finishers dans les 10 premières minutes, mais une grande grande intensité au détriment d’une grande psychologie. AJ Styles est formidable d’entrée et la foule veut le voir gagner absolument. Après s’être relevé d’un Attitude Adjustment du deuxième turnbuckle, Cena met de longues secondes à réaliser ce qui vient de se passer et c’est le début de la fin. Styles porte son Styles Clash et Cena laisse son bandeau « Never Give Up » dans le ring. les semaines suivantes verront Styles le porter en trophée autour de son front pour un résultat hilarant. Une star est devenue une superstar lors de ce match et ce n’est pas AJ Styles qui s’est adapté au style de la WWE, mais bien le contraire. Un match phare de la « workrate era » que la WWE est en train de connaitre.

Note WON : **** 1/2 – Note Cagematch : 8.49

#175 Desmond Wolfe contre Kurt Angle

15 Novembre 2009 : TNA Turning Point 2009 à Orlando, Floride

Premier combat de la TNA de ce classement. Desmond Wolfe est en fait Nigel McGuinness qui venait de débuter à la TNA. Au milieu de l’année 2009, Nigel quitte la ROH et effectue un try-out concluant à la WWE et signe un pré-contrat avec la fédération de Stanford. Malheureusement la visite médicale découvre un problème (non identifié à ce jour) et le contrat est annulé. Nigel signe alors pour la TNA et entre en rivalité immédiatement en tant que heel face à Angle qui vient de passer du côté des babyfaces.

Superbe match entre 2 catcheurs très techniques et c’est très agréablement suprenant de voir Angle parfois surpassé techniquement par Wolfe. Gros travail sur le bras d’Angle de la part de l’anglais et aucun des finishers des 2 catcheurs de permettent de finir le combat. Nigel permet ici à Angle de sortir de la formule souplesse/Ankle Lock qui régule trop souvent ses matchs à la TNA. Angle gagne le match avec un Triangle Choke pour un excellent combat et on peut être triste en se demandant : « et si Nigel avait lutté pour la WWE »? Un excellent catcheur bien trop peu mis en avant.

Note WON : **** 1/4 – Note Cagematch : 9

#174 Mitsuharu Misawa (c) contre Toshiaki Kawada pour le titre Triple-Crown de la All-Japan

24 Juillet 1995 : AJPW Budokan Hall Show à Tokyo, Japon

Affrontement entre deux figures mythiques du puroresu et de la All-Japan. Ici Mitsuharu Misawa arrive en champion et détenteur du Triple Crown de la All-Japan (jonction des ceintures  pour le titre de champion NWA United National , du titre PWF Heavyweight Championship et du International Heavyweight de la NWA) mais blessé au niveau de l’épaule et du visage, ce qui va jouer un rôle dans ce match. Toshiaki Kawada le challenger arrive lui en tant que co-détenteur du titre de champion par équipe de la AJPW en compagnie d’Akira Taue.

Une grande partie des offensives de se match voit Kawada se concentrer sur le visage de Misawa avec des coups de pieds incroyablement stiffs pour délivrer 2 DANGEROUS backdrop drivers de suite absolument brutaux. Cette prise de finition est très over au Japon et est utilisée par beaucoup de main-eventers. Misawa n’est pas en reste avec des big boots et des coups de coudes très violents. A noter une powerbomb à l’extérieur du ring de Kawada directement sur le sol. Un combat très intense et vraiment très stiff qui se conclut avec un énorme coup de coude de Misawa sur un Kawada ayant utilisé sans succés tout son arsenal. Un excellent match de l’âge doré de la All-Japan et ce n’est que partie remise pour Kawada.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8

#173 Bobby Fish & Kyle O’Reilly contre Nick Jackson & Matt Jackson (c) pour le titre par équipe de la Ring of Honor

17 Mai 2014 : ROH/NJPW War of the Worlds au Hammerstein Ballroom, New York

Les Young Bucks (alors face à la ROH) venaient de rejoindre le Bullet Club (heel à la NJPW). Les Red Dragon étaient eux ici heel à la ROH mais travaillaient en tant que face à la NJPW quelques semaines plus tard… Ca n’a aucun sens, mais tant pis. les Young Bucks arrivent en tant que tenants des titres par équipe de la ROH et équipe la plus over de la planète. Il s’agissait des premiers IPPV conjoints entre la ROH et la NJPW avec notamment le même soir Kevin Steen contre Shinsuke Nakamura. Les challengers sont accompagnés du combattant UFC Tom Lawlor.

Après une première partie de match très solide avec une belle confrontation de style entre le High-Fly des frères Jackson et le style hybride lutte au sol/MMA des Red Dragon, le combat s’emballe dans le dernier tiers pour devenir absolument fantastique. Echange de nearfalls, soumissions en plein centre du ring, Superkicks, plongeons à l’extérieur du ring et action à toute allure, c’est vraiment le meilleur match entre ces deux équipes. Un spectacle absolument fantastique qui tourne un peu vers le spotfest, mais diablement divertissant. Les Red Dragon s’empare du titre après que Kyle O’Reilly applique un cross armbreaker sur un des bucks au milieu du ring.

Note WON : **** 1/4 – Note Cagematch : 9.02

#172 AJ Styles contre Roman Reigns (c) pour le titre Heavyweight de la WWE

22 Mai 2016 : WWE Extreme Rules à Newark, New Jersey

Les deux catcheurs se retrouvent après s’être déjà affrontés lors de Payback dans ce qui fût le premier excellent combat d’AJ Styles à la WWE et celui qui aurait (selon la légende) ouvert les yeux de Vince McMahon sur ce dernier. Roman Reigns est ici le champion de la WWE depuis WrestleMania et est copieusement hué par la foule. AJ Styles est face mais malgré tout aidé par Karl Anderson et Luke Gallows, ses anciens camarades de jeu à la New-Japan. Le combat est sans disqualification, ce qui va permettre les interventions de Gallows & Anderson ainsi que des Usos. On peut regretter des commentaires épouvantables du trio composé de Michael Cole, JBL et Byron Saxton.

AJ Styles bumpe comme un vrai malade dans ce match, et chaque offensive de Reigns semble pourvoir finir le match. AJ prend une powerbomb à travers une table de commentateurs, un backdrop impressionnant de hauteur à travers autre table d’annonceurs, une magnifique Black Tiger Powerbomb… Le combat est incroyablement intense du début à la fin et la foule est à 200% derrière AJ. Les interventions ne font en aucun cas baisser l’intensité du match est les 5 dernières minutes ou les gros moves et finishers s’enchainent sont époustouflantes. Reigns gagne en spearant Styles en plein vol lors d’une tentative de Flying Forearm. C’est lors de ce match qu’on a pu commencer à croire que la WWE pourrait enfin réussir l’expérience AJ Styles.

Note WON : **** 1/2 – Note Cagematch : 8.52

#171 Masato Tanaka contre Mike Awesome

12 Juin 2005 : ECW One Night Stand au Hammerstein Ballroom, New York

Le Pay-Per-View One Night stand en 2005 fait figure d’éclaircie au milieu du paysage morose de la WWE. En effet, la qualité moyenne des évènements était épouvantablement basse, et la renaissance de la défunte ECW à l’occasion de One Night Stand était incroyablement attendue. Ce show s’est déroulé dans une atmosphère diablement chaude et une grande majorité de ceux qui ont fait le succés de l’ECW etaient de la partie, y compris Joey Styles aux commentaires accompagné de Mick Foley cette année là. On notera que Joey Styles assassine Awesome aux commentaires en rapport à sa defection vers la WCW alors qu’il était champion ECW en 2000.

Comme le match de November to Remember que nous avions revu la semaine dernière, c’est un concentré de leurs précédents matchs. Tanaka mange quatre powerbombs sur le match (dont 2 en dehors du ring, 3 à travers une table et 1 de la troisième corde), les chaises accompagnent les prises pour un bon tiers du match et le combat se finit à l’extérieur du ring malgré que jamais ne soit mentionné qu’il s’agit d’un Falls Count Anywhere. Awesome gagne ce match après 10 denrières secondes de folie et quitte le ring non sans avoir envoyé une powerbomb à l’arbitre sans aucune raison. Le match de l’année à la WWE? Peut-être, mais certainement le plus fun à regarder. C’était le dernier match de Mike Awesome avant son décès.

Note WON : **** 1/4 – Note Cagematch : 9.06

C’est fini pour cette semaine et la semaine prochaine le Japon sera encore fort présent mais aussi du Old-School venu tout droit de la WWF et de la WCW.

Cliquez pour commenter

Les plus lus

En haut