Top 200

Top 200, numéro 7 : Le match qui a mis la TNA sur la carte

La version non-indie d’un match avec trois stars de l’indépendant. Après le King of the Indies de 2001 à la APW qui avait révélé Christopher Daniels (alors tout frais licencié de la WCW), après le premier évènement de la ROH en 2002 et sa finale en triple threat qui impliquait déjà Christopher Daniels (que nous avons déjà vu dans ce classement), et après le Ted Petty Invitational de la IWA-Mid South en 2004 et sa constellation de stars indies, la TNA présente en Pay-Per View une formule qui a déjà marché sur un plus petit plateau.

AJ Styles vs Christopher Daniels vs Samoa Joe – Triple Threat pour le titre X-Division de la TNA

11 septembre 2005 : TNA Unbreakable 2005 à Orlando (Floride)

Pour remettre les choses dans leur contexte, au Pay-Per-View précédent (Sacrifice 2005), AJ Styles et Samoa Joe s’affrontaient en finale du tournoi Super X Cup. Christopher Daniels, alors champion X-Division depuis cinq mois, était sensé affronter le vainqueur et décida de s’en prendre à AJ Styles et lui coûter la victoire face à l’invaincu Samoa Joe. Lors de l’épisode d’Impact suivant, Daniels attaque Joe, et Styles intervient pour s’attaquer à Daniels. Ce dernier réclame auprès de Larry Zbyszko le renvoi de Styles, mais le directeur de l’autorité l’inclut dans le main-event pour le titre et transforme le combat en Triple Threat.

AJ Styles est alors déjà plus ou moins Mister TNA, étant dans cette fédération depuis ses débuts avec des passages à la ROH, la IWA-MS et d’autres fédérations indépendantes. Déjà champion X-Division quatre fois auparavant, il est le seul double Triple Crown Winner (NWA Heavyweight, Tag-Team & X-Division) de la fédération. En ce qui concerne Christopher Danels, il est champion X-Division depuis 6 mois, ce qui en fait le règne X-Division le plus long de la TNA à cette époque. Quant à Samoa Joe, il avait démarré à la TNA plus tôt dans l’année et était alors invaincu, jouant un rôle de monster heel inédit pour la X-Division habituée aux High-Flyers.

Le début du match rappelle le match entre Low-Ki, Brian Danielson et Christopher Daniels évoqué plus haut avec l’alliance entre AJ Styles et Samoa Joe qui échangent les coups de pieds et offensives sur un Christopher Daniels sans défense. La dynamique est intéressante car en général la psychologie est absente dans les triple threat, mais dans ce match chaque participant a un rôle bien défini avec AJ Styles le face, Christopher Daniels le heel lâche et Samoa Joe le monster Heel.

Le public est chaud bouillant pour ce match et le moins qu’on puisse dire c’est que le match est bourré d’action. Après avoir plus ou moins collaboré dans le début de match, Samoa Joe et AJ Styles finissent par se mettre sur le tronche assez rapidement et Christopher Daniels n’intervient que quand il peut s’attaquer à l’un des deux par derrière. On notera un spot invraisemblable ou Daniels effectue un Monkey Flip sur AJ Styles qui se retrouve propulsé vers Samoa Joe, mais modifie sa rotation pour envoyer un Hurricanrana sur Samoa Joe qui passait par là. Ce spot est une référence à un récent évènement de la PWG avec déjà AJ Styles et Christopher Daniels accompagnés ce soir là par James Gibson.

Plusieurs moments sont restés gravés dans la mémoire des fans ce soir là et ce combat a marqué des tonnes de fans (comme Will Ospreay par exemple) avec notamment une incroyable Springboard Shooting Star Press de Styles sur ses deux adversaires, un Tope Tornillo de Joe sur les deux compères, une soumission de Joe interrompue par un Spinal Tap… Tout y passe et contrairement à beaucoup de Triple Threat, ici il y a peu de moments où ce sont deux catcheurs seuls qui s’affrontent pendant que le troisième dort à l’extérieur, c’est une vrai « danse à trois » pour reprendre les termes de la défunte ECW.

La fin voit Samoa Joe s’expédier lui-même à l’extérieur et Christopher Daniels verrouiller le double underhook pour placer son Angel’s Wings, mais AJ Styles renverse la prise en pin pour une victoire nette et sans bavure au grand dam d’un Daniels inconsolable et d’un Joe furieux. Le buzz était immense suite à ce match et devait alors inciter la TNA à mettre en avant ce qu’elle avait de différent avec sa X-Division et sa pléiade de stars de l’indy (Styles, Daniels, Joe, Lethal, Strong, Dutt, Aries, Shelley, Sabin, Petey Williams…)… Ce qu’elle ne fera pas en poussant des ex-WWE comme DDP, Scott Steiner, Kevin Nash et Jeff Jarrett. Douze ans plus tard, la situation n’a pas changé.

Note : ***** – Noet Cagematch : 9.74

La semaine prochaine, nous voyagerons au Japon sans billet retour jusque la fin du classement avec un match dont la séquence finale est une des plus incroyable et dangereuse qu’on ait jamais vu. Bon Summerslam à tous, bon Takeover et bon One Night Only Amped (lol)!

Cliquez pour commenter
En haut