Top 200

Top 200, de 140 à 131 : Go-to Heaven

NJPW

Cette semaine, nous avons la particularité de voir trois matchs du même catcheur, et c’est Hirooki Goto qui sera à l’honneur. Match pour le titre, finale de G1 ou match simple, Goto est ici représenté au travers de trois années, ce qui marque la stagnation en terme de reconnaissance de cet excellent catcheur. Un match féminin par équipe sera également présent pour un spectacle hors du commun.

#140 Toshiaki Kawada contre Kenta Kobashi

23 Octobre 1993 : AJPW October Giant Series ’93 à Takyo (Japon)

Ce match a lieu après que Kawada ait quitté le clan de Mitsuharu Misawa pour rejoindre le clan d’Akira Taue (ancien partenaire de Jumbo Tsuruta, le principal rival de Misawa). Il fait face ici à celui qui l’a remplacé aux côtés de Misawa, Kenta Kobashi. Durant quasiment une décennie entière, Misawa, Akiyama, Taue, Kobashi & Kawada se rencontreront en combat simple ou par équipe dans des véritables batailles qui se révéleront comme des classiques du catch japonais. Ce match en particulier a lieu quelques mois avant que Toshiaki Kawada ne soit consacré en gagnant le Champion Carnival de la All-Japan (l’équivalent du G1 Climax de sa rivale NJPW).

Ce match est le parfait exemple qu’il ne suffit pas d’enchaîner les prises spectaculaire pour que le match soit spectaculaire. Les échanges de gifles, d’atémis et de lariat son excessivement brutaux. Les kicks de Kawada font mouche, et quand Kobashi arrive à le contrer, c’est avec un DDT dantesque qu’il sonne son adversaire. Les deux gladiateurs utilisent aussi un certain nombre de soumissions comme des sleeper, une half-Bsonton crab et bien entendu le Stretch Plum de Kawada. C’est sur cette dernière prise que Kawada bat Kobashi en l’appliquant tellement fort qu’il parvient à lui river les épaules au tapis pour le compte de trois. Les deux catcheurs se rencontreront encore maintes fois pour d’autres joutes encore plus intenses.

Note WON : **** 3/4 –  Note Cagematch : 8.73

#139 Hirooki Goto contre Tomohiro Ishii (c) pour le titre NEVER Openweight de la NJPW

08 Novembre 2014 : NJPW Power Struggle 2014 à Osaka (Japon)

Version raccourcie qui est passée sur AXS commentée par Mauro Ranallo et Josh Barnett, la version intégrale est sur NJPW World

Une fois n’est pas coutume, un match de championnat pour le titre NEVER qui consiste en deux catcheurs japonais qui se démontent la tronche à coups d’avant-bras, d’atémis et qui no-sellent comme des bêtes. Un match 200% macho ou Tomohiro Ishii et Hirooki Goto s’envoient des véritables bombes. Ici pas vraiment de storylines amenant au match, nous sommes en Novembre et le build-up vers Wrestle Kingdom 9 aura lieu suite à ce match avec le challenge de Togi Makabe. Pour rappel, il n’y a pas vraiment de rang ou de règles différentes pour le titre NEVER, simplement il s’agit d’un titre Openweight (donc pas limité aux Junior ou Heavyweight) et le but initial était justement de permettre aux catcheurs de la division Junior ou aux nouveaux catcheurs de mettre un pied à l’étrier via cette ceinture et les amener vers le titre Intercontinental ou Poids-Lourds.

Hirooki Goto et Tomohiro Ishii sont de ces catcheurs pour lesquels le titre NEVER est parfait. On sent que malgré leur excellent niveau, ils n’ont ni le charisme, ni la reconnaissance mondiale pour prétendre être un jour champion IWGP Heavyweight et porter la fédération sur leurs épaules. Malgré tout, comment ne pas être admiratif devant une telle baston comme les deux athlètes nous livrent? Lariat, gifles, forearms, headbutts, on se frappe de tous les moyens possibles. Aucun ne veut montrer sa faiblesse à l’autre et même après 15 minutes de combats intenses, on assiste encore à des kickouts à 1. Goto ne parvient pas à porter son Shouten-Kai (il n’utilisait pas encore le GTR), et malgré des Ushi-Goroshi ultra-violents, il doit d’avouer vaincu sur un brainbuster magnifique de son futur compère de CHAOS. Si on aime les hommes virils qui se tapent dessus, on ne peut PAS passer à côté de cette guerre ou seul survivre est important.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.74

#138 Kenny Omega contre Hirooki Goto

10 Octobre 2016 : NJPW King of Pro-Wrestling 2016 à Tokyo (Japon)

Kenny Omega affronte ici celui qu’il a battu en finale du G1 Climax 2016 deux mois auparavant. La place en main-event de Wrestle Kingdom 11 en jeu, l’enjeu est immense pour les deux catcheurs. Hirooki Goto, l’homme qui ne peut jamais franchir la dernière marche face à Kenny Omega, l’étoile montante de la New Japan. Le leader du Bullet Club est ici accompagné des Young Bucks, alors que Goto, venant de rejoindre CHAOS quelques mois plus tôt est ici accompagné de YOSHI-HASHI. Note interessante, YOSHI-Hashi etait un des seuls catcheurs à avoir battu Omega lors du G1 et avait également défié le canadien un mois plus tôt pour le contrat du match de championnat à Destruction in Hiroshima sans succés.

Le match démarre immédiatement avec Goto qui s’empare de la mallette et l’explose sur le crâne d’Omega et enchaîne avec un DDT. Le ton est donné. Ce combat fait partie de l’ascension de Kenny Omega de l’upper-midcard vers le top de la fédération japonaise. Comme un symbole, Goto pouvait remporter le match par décompte à l’extérieur après avoir propulsé Omega à travers une table, mais il le ramène dans le ring et perd le combat après plusieurs contres. Omega assène même le Shouten-Kai, ancienne prise de finition de son adversaire, avant de terminer le combat avec le One-Winged-Angel. C’était la dernière défense du contrat pour Kenny Omega et la dernière marche vers son formidable match contre contre Kazuchika Okada trois mois plus tard.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.74

#137 Steve Williams & Johnny Ace contre Kenta Kobashi & Mitsuharu Misawa pour le titre par équipe de l’AJPW

10 Décembre 1994 : AJPW Real World Tag League 1994 à Tokyo (Japon)

Premier combat de Steve Williams et Mitsuharu Misawa cette semaine, on les retrouvera face à face plus tard. Ce match a lieu lors de l’annuelle tag-league de la All-Japan. Chacun a un équipier qu’ils prennent plus ou moins sous leur aile. Misawa fait équipe avec un jeune Kenta Kobashi, et Dr Death avec un très jeune Johnny Ace, qu’on verra à la WWE sous son patronyme réel de John Laurinaitis. Pas de rivalité, pas de réel clivage heel/face, justes des monsieurs très très virils qui vont se taper dessus une demi-heure.

On notera dans la dynamique que pendant une grande partie du combat, c’est Misawa qui s’en prend plein la figure par les deux américains, malgré les tentatives de Kobashi d’intervenir. A chaque fois (et c’est assez rare), que les japonais parviennent à faire le tag, ils parviennent à appliquer plusieurs belles prises en stéréo. Il faut avouer que Johnny Ace est certainement le moins talentueux de la bande, mais sur ce match il tient parfaitement la comparaison. On notera une moquerie audacieuse de la part du père du RKO qui imite Kobashi en lui appliquant son propre moonsault. Les Japonais l’emportent après une Tiger suplex de Misawa sur Johnny Ace. Les 4 catcheurs se quittent sur des poignées de mains pour marquer le respect mutuel après cette épique bataille.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.75

#136 Kazuchika Okada contre Kota Ibushi

06 Mars 2014 : NJPW Strong Style 42nd Anniversary Show à Tokyo (Japon)

Affrontement entre le champion Heavyweight IWGP et le champion Junior Heavyweight. Une des premières étapes de la transition entre les deux divisions pour Kota Ibushi qui gagnera la New Japan Cup un an plus tard. Kazuchika Okada était déjà le Rainmaker tel qu’on le connait actuellement depuis deux ans et son retour d’excursion de la CMLL. Il était dans une série impressionnante de défenses victorieuses successives, le genre de statistiques qui ont leur importance au Japon. La NJPW était dans une période de transition après le départ de Suzuki-Gun vers la NOAH, de Prince Devitt vers la WWE et un mois avant l’arrivée d’AJ Styles.

Au niveau du match, c’est tout ce dont on peut attendre de ces deux excellents catcheurs. Les attaques typiques d’Okada font merveille avec l’agilité et les voltiges d’Ibushi. Dans une fin de match haletante, le comeback d’Ibushi est remarquable. Okada a l’air de clairement prendre son adversaire de haut au début du match, et se fait surprendre plus d’une fois par ses moonsaults, sa Liger Bomb, mais l’arme ultime, le Pheonix Splash ne fait pas mouche. A partir de là, Kazuchika Okada fait le boulot et administre un dernier Rainmaker pour gagner le combat. On notera un draping DDT à la Randy Orton à l’extérieur particulièrement brutal. On se demande ce qu’un Ibushi heavyweight aurait pu donner s’il ‘était resté à temps plein à la NJPW.

Note WON : **** 3/4 – Note Cagematch : 8.75

#135 Kyoko Inoue & Takako Inoue © contre Manami Toyota & Sakie Hasegawa 2 Out of 3 Falls pour le titre par équipe WWA

30 Aout 1995 : AJW WWWA Champions Night à Osaka (Japon)

Le match féminin de la semaine pour lequel nous retournons au Japon et encore l’AJW. Et encore une fois on retrouve Manami Toyota, cette fois-ci en équipe avec la princesse de l’exploder suplex Sakie Hasegawa face aux soeurs Inoue, Kyoko et Takako. Ce combat fait partie d’une série de plusieurs affrontements entre les quatre catcheuses, et même plusieurs fois au meilleur des trois tombés. Assurément un phénomène dans l’histoire du catch féminin, Manami Toyota est extraordinaire dans le match. Difficile toutefois de déterminer la dynamique heel/face dans ce match, car les deux équipes utilisent les mêmes techniques avec de chaque côté une lutteuse rapide (Manami Toyota et Takako Inoue) et une lutteuse athlétique (Kyoko Inoue et Sakie Hasegawa).

Le match est ultra rapide, ça intervient dans tous les sens. Les prises à deux contre un sont vraiment très inventives. C’est Manami Toyota qui emporte le premier tombé sur Kyoko Inoue après une exceptionnelle sunset flip powerbomb de la troisième corde. Après que cette dernière égalise en rivant Sakie Hasegawa, le match passe à la vitesse supérieure. L’action est parfois compliquée à suivre, en particulier car Manami Toyota est vêtue quasiment de la même manière que Takako Inoue. En terme de rapidité, la bagarre est impressionnante et le dernier tombé est le théâtre de dizaines de contres et de renversements. Ce sont les sœurs Inoue qui l’emportent après une Black Tiger Bomb de Kyoko assistée par une top rope clothesline de Takako. On notera que ce match récolte cinq étoiles par Dave Meltzer, mais que les deux matchs le précédant sur la carte en récolte quatre et demi.

Note WON : ***** – Note Cagematch : 8.26

#134 American Dragon contre Low Ki contre Christopher Daniels – Three Way Dance

23 Février 2002 : ROH The Era of Honor Begins à Philadelphie (Pennsylvanie)

Il s’agit du main-event du premier show de la Ring of Honor. Dans une salle un peu pourrie de Philadephie ou on voit encore les panier de baskets, les 3 catcheurs les plus talentueux de la scène indépendante s’affrontent. On notera que le match précédent aurait pu voler le show car Super Crazy affrontait alors Eddie Guerrero pendant le court passage sur le circuit indépendant de ce dernier. On a ici à faire avec trois profils bien différents : Christopher Daniels le vrai catcheur formé à la WCW mais avec une dimension aérienne formidable de justesse, Low-Ki le striker largement influencé par le MMA et Bryan Danielson le technicien hors-pair maître des soumissions. Il y a comme un air d’ECW quelque part dans ce clash de style avec ses affrontements entre Super Crazy, Tajiri et Little Guido.

Il y a un certain côté spotfest indy dans ce match, mais il est beaucoup plus travaillé qu’il n’y laisse paraitre. Que ça soit les attaques à deux sur Christopher Daniels, ou lorsque Low-Ki sort délibérément de son répertoire pour porter un Phoenix Splash sur American Dragon pendant qu’il porte son Cattle Mutilation ou encore la séquence incroyable ou Danielson effectue une souplesse sur Low-Ki tout en tenant Daniels dans un Leg-Lock. Low-Ki l’emporte après un Ki-Crusher sur Daniels qui s’emportera dans une promo 100% heel après le match. Un combet qui lance la ROH sur les chapeaux de roues.

Note WON : ****1/4 – Note Cagematch : 9.27

#133 Mitsuharu Misawa (c) contre Steve Williams pour le titre Triple Crown de l’AJPW

28 Juillet 1994 : AJPW Budokan Hall Show ’94 à Tokyo (Japon)

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’on change de registre. A la manière du tag-match précédent de l’AJPW, Misawa et Dr Death sont les gros méchants velus et virils s’envoyant des tartes à travers la figure. Mistuharu Misawa détenait le titre Triple Crown depuis deux ans à cette époque et avait déjà rencontré son adversaire du soir un an auparavant pour une défense victorieuse. Quand on regarde les deux matchs on voit la progression incroyable de Steve Williams qui était en train de prendre la place de Top Gaijin de la All-Japan à cette époque.

Un match physique et éprouvant. Misawa était le top du top sur la scène mondiale à cette époque et une partie de son travail était de montrer à quel point Williams était à sa hauteur. Et c’est réussi avec un travail de selling absolument époustouflant, en particulier après que Dr Death applique le premier Backdrop Driver. Misawa tente de se relever comme pour prouver sa force, mais tombe en dehors du ring. L’américain détrône le Japonais malgré une Tiger Suplex et un Tiger Splash; un deuxième Backdrop Driver plie Misawa en deux pour le couronnement d’un Gaijin de légende.

Note WON : ****3/4 – Note Cagematch : 8.83

#132 Hirooki Goto contre Katsuyori Shibata

22 Juin 2013 : NJPW Dominion 6.22 à Osaka (Japon)

Il s’agit du premier affrontement entre les deux catcheurs Hirooki Goto et Katsuyori Shibata qui s’affronteront aussi maintes fois dans l’avenir (comme par exemple encore récemment à Wrestle Kingdom XI), mais qui ont aussi été champions par équipe ensemble à Wrestle Kingdom IX, quelques mois après ce match. Les deux athlètes se connaissent très bien et ils étaient même camarades de classe au lycée. Ce match a lieu après que Shibata ait fini son expérience mitigée dans le MMA (4-11-1) et soit revenu non sans ressentiment de la part de la direction de la NJPW.

Il s’agit ici d’un match d’hommes. Aucun ne flanche, aucun ne veut montrer à l’autre quelconque signe de faiblesse. On no-Sell, on se gifle pendant les soumissions…  On est à deux doigts de les imaginer sortir la règle et vérifier qui a la plus longue. Dès les premières secondes Goto envoie un Lariat à réveiller les morts et pendant quinze minutes s’enchainent les no-sell. Shibata effectue le Ushi-Goroshi et Goto le Penalty kick histoire de montrer que rien ne leur fait peur. Une série de backdrops terriblement violents ne font aucun effets sur les deux adversaires. Après un slam  impressionnant de Goto sur Shibata pour le compte de deux, et ce dernier enchaîne Death Valley Driver, Sleeper et Penalty Kick pour la victoire finale. Un affrontement épouvantablement physique, et comme un symbole, trois matchs de Goto, trois défaites.

Note WON : ****3/4 – Note Cagematch : 8.83

#131 Chris Jericho (c) contre Shawn Michaels – Ladder match pour le titre World Heavyweight

5 Octobre 2008 : WWE No Mercy 2008 à Portland (Oregon)

Pour faire simple, six mois auparavant, Shawn Michaels met Ric Flair à la retraite, ce qui choque Batista. les deux s’affrontent et le Heat-Break Kid doit recourir à feindre une blessure pour l’emporter, ce qui choque le champion Heavyweight Chris Jericho, estimant que Michaels peut finalement tout se permettre. S’en suit une storyline entre les deux qui va s’étirer sur plusieurs mois ou même l’épouse d’HBK va prendre une mandale dans l’affaire de la part de Jericho. L’américain aura le dessus sur le canadien dans un unsanctionned non-title match peu de temps avant. A noter que Y2J a déclaré plusieurs fois qu’il s’agissait de sa rivalité et de son match favori.

Le match est pour le titre Poids-Lourds et est un match de l’échelle. les deux catcheurs sont spécialistes de cette stipulation. Les deux adversaires travaillent chacun une partie du corps (l’épaule de Michaels et le genou de Jericho), et certains spots sont vraiment bien amenés. Les deux catcheurs passent à travers la table des annonceurs après une bataille en haut d’une échelle. Chris Jericho perd une dent au passage dans le match après un gros coup d’échelle. La foule est à 200% derrière HBK et c’est une preuve de l’extraordinaire talent de Jericho d’être capable d’être le plus aimé des babyfaces et le plus détesté des heels (comme on a encore pu le voir à RAW ce lundi). Lance Cade (protégé de Jericho en storyline, mais élève de Shawn Michaels lors de sa jeunesse) intervient dans le match alors que Michaels était sur le point de s’emparer de la ceinture. La lutte finale au sommet de l’échelle est superbe et c’est grâce à un coup de boule en plein visage que Jericho repart vainqueur de ce match et de cette rivalité. Le match de l’année à la WWE.

Note WON : ****1/2 – Note Cagematch : 9.34

C’es fini pour cette semaine. Le prochain épisode fera encore une fois la part belle à un catcheur en particulier avec Mick Foley à l’honneur. Comme on pourra s’y attendre, il y aura du hardcore, mais aussi du Old School et des Cruiserweight!

Auteur :