Review

PROGRESS, Chapter 58 : Ça fait mal, très mal

PROGRESS Wrestling/Rob Brazier

Après un Chapter 57 mi-novembre qui n’aura pas vu de grands changements s’opérer, la PROGRESS présentait dimanche dernier à l’Electric Ballroom de Londres son Chapter 58 : « Live Your Best Life ». Huit matchs étaient annoncés, dont trois avec des ceintures remises en jeu.

Travis Banks conserve face à Matt Riddle

Exceptionnellement (en raison d’un booking ailleurs plus tard dans la soirée de Matt Riddle), le show s’est ouvert avec le match comptant pour le titre PROGRESS. Travis Banks remettait en jeu sa ceinture face au King of Bros, après l’avoir défendu avec succès contre Keith Lee et Mark Andrews lors de précédents shows. Les deux hommes s’étaient déjà affrontés à la PROGRESS lors du Chapter 52, et s’est Riddle qui s’était imposé, grâce une intervention de Pete Dunne. Une nouvelle fois, combat exceptionnel ici, avec une intensité débordante.

Une grosse partie du match était centrée sur des échanges de coups, avec notamment une pluie de claques sur des torses qui ont rougi à vu d’œil. En fin d’affrontement, Banks, porté par un second souffle après avoir subi un Jumping Tombstone, s’est mis a enchaîné ses prises de finitions avec notamment un Kiwi Krusher depuis le haut des cordes, avant de finir avec sa Lion’s Crush pour faire abandonner son adversaire.

Visiblement à peine épuisé après la rencontre qu’il venait de perdre, Riddle a salué puis célébré le champion. Ce dernier paraît à chaque fois encore plus intouchable, et mine de rien, on semble se diriger vers un règne très long pour le Kiwi Buzzsaw. En tout cas, difficile d’imaginer qui pourra le faire tomber.

Jimmy Havoc et Mark Haskins donnent une leçon

Quand des fans scandent des « Please Don’t Die » avant même le début d’une rencontre, c’est généralement qu’on va assister à un massacre. Plus détestables que jamais, Jimmy Havoc & Mark Haskins (accompagnés désormais comme à l’accoutumé par Vicky Haskins) affrontaient Connor Mills & Maverick Mayhew, deux très jeunes catcheurs à peine majeurs, aux physiques de gringalets et prêts à être donnés en pâture.

Malgré un début de combat tonitruant de la part de M&M, avec quelques très belles manœuvres, l’expérience de Havoc et Haskins est vite ressortie et le match a alors pris une bien mauvaise tournure. Laminés pendant un long moment, les rookies se sont le plus logiquement du monde inclinés, avec une combinaison Superkick/Acid Rainmaker portée sur un Mayhew qui aura pris très très cher.

Eddie Dennis et Joseph Conners, pas là pour s’amuser

Le fil rouge du show était-il à celui qui faisait le plus mal à son adversaire ? Pas impossible. Après la précédente démonstration, Eddie Dennis affrontait Jack Sexsmith. Si le Pansexual Phenomenon a comme d’habitude collé à son personnage d’underdog avec quelques fulgurances, le Gallois a largement maîtrisé la rencontre, mais déterminé à faire passer un message, c’est une leçon qu’il a lui aussi voulu donner. À deux reprises il a porté son Next Stop Driver et aurait pu conclure la rencontre, mais a préféré briser le compte de trois pour offrir davantage de douleur. Finalement, c’est l’arbitre qui a décidé d’arrêter le combat, déclarant Sexsmith inapte à poursuivre. Après ça, seule une intervention de Travis Banks a pu forcer Dennis a arrêter le massacre. Sur la scène, après avoir fui, le Pride of Wales a déclaré vouloir affronter le Kiwi Buzzsaw, à une seule condition : que son titre PROGRESS soit remis en jeu !

Même thématique plus tard dans la soirée quand Joseph Conners faisait ses débuts solo à la PROGRESS face à « Flash » Morgan Webster. Plus de résistance néanmoins de la part de ce dernier, qui s’est retrouvé handicapé pendant le match en se blessant visiblement au bras. Rencontre assez lente, et assez peu intéressante il faut le dire, remportée par un Conners qui a su frapper son adversaire là où il avait mal. Victoire acquise grâce à son Don’t Look Down DDT.

Strangler Davis face à son fantôme

Après s’être déjà affrontés lors du Chapter 56, Strangler Davis était prévu pour affronter Timothy Thatcher, avec en jeu une chance au championnat Atlas. À peine le combat débuté, énorme surprise ! Rob Lynch a fait son retour à la PROGRESS, distrayant Davis et le laissant ainsi prendre le compte de trois sur un petit paquet.

Petit rappel : fin juillet, Davis avait décidé de tourner le dos à son ex-partenaire des London Riots, qui venait alors d’annoncer la mise en pause de sa carrière. Fin de la pause ! Et la tension est à son maximum. Un brawl s’est d’ailleurs engagé entre les deux hommes pendant quelques minutes, mêlant de nombreux membres du staff et Paul Robinson, leur ancien acolyte dans le clan Regression. Une rivalité relancée donc, qui promet d’être intense et violente.

Toujours sur le ring après cette séquence inattendue, Timothy Thatcher s’est déclaré prêt dans le futur à affronter son partenaire de Ringkampf WALTER, pour le titre Atlas. En attendant, il espérait un peu plus qu’un combat de quelques secondes, et a alors décidé de lancer un Open Challenge. Et c’est Chris Ridgeway, présent en coulisses car il participait au dark match du show, qui s’est présenté. Un combat très au sol, très technique, loin d’être spectaculaire, dont Thatcher est ressorti vainqueur sur soumission grâce à un armbar.

La menace Jinny

Deux matches féminin avaient lieu lors de ce Chapter 58. Le premier opposait les deux anciennes meilleures amies, désormais pires ennemies, Jinny et Dahlia Black, avec en jeu un match de championnat pour le titre de Toni Storm. Avec une rivalité aussi personnelle, seule une stipulation s’imposait : pas de disqualification. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles n’y sont pas allées à moitié. Des chaises (dont une entourée de barbelés), des kendo sticks, des tables, des punaises… Une vraie guerre qui n’a rien eu à envier aux matchs masculins qui se déroulent un environnement similaire. C’est finalement Jinny qui l’a emporté grâce un Styles Clash porté sur une chaise.

Elle aura donc prochainement sa chance au championnat féminin, détenu et conservé ici par Toni Storm. L’Australo-Néo-Zélandaise a vaincu non sans mal Alex Windsor, qui avait reçu l’opportunité d’affronter la championne en remportant un Fatal 4-Way au Chapter précédent. Sixième défense de titre réussie pour Storm, qui a sans doute fait face à son adversaire la plus coriace et résistante en la personne de Windsor. Cette dernière est plusieurs fois parue assez proche de pouvoir l’emporter, mais c’était sans compter sur un Strong Zero Piledriver sorti de presque nul part par Storm.

Triste fin pour #CCK

Enfin, le main-event voyait Chris Brookes et Kid Lykos remettre leurs ceintures de champions par équipe en jeu face à un duo en pleine bourre composé de Zack Gibson et James Drake. Après la longue tirade habituelle des Grizzled Young Veterans, le match a débuté de façon plutôt classique, avant de prendre un triste tournant. Sur une manœuvre aérienne exécutée depuis des barrières en hauteur, Lykos s’est sévèrement blessé à l’épaule, le rendant incapable de continuer le match, et aussitôt évacué en coulisse. Il venait tout juste de revenir de blessure… Le reste a ressemblé à une grosse partie d’improvisation, avec notamment un spot énorme où Chris Brookes a balancé Gibson depuis le haut de la scène sur une pile de chaises. Mais pas de miracle. À deux contre un, la moitié des champions par équipe s’est vite retrouvée en difficulté et dans la stupeur générale, les Grizzled Young Veterans ont décroché leur premier titre. Terrible image pour conclure ce Chapter 58 : Chris Brookes seul, en larmes, allongé au milieu du ring.

Après une première partie de show très intéressante, avec notamment un excellent opener, le rythme est sensiblement redescendu, avec une paire de matchs qui ne restera probablement pas marquée dans les anales. On aurait voulu éviter cette fin, mais les circonstances en ont malheureusement décidé autrement. Plusieurs choses à retenir : les très bonnes performances de la division féminine, le retour terriblement prometteur de Rob Lynch, l’invincibilité du champion Travis Banks et les montées en puissance des duos Haskins/Havoc et Gibson/Drake.

PROGRESS, Chapter 58  « Live Your Best Life » est disponible en vidéo à la demande sur Demand Progress.

PROGRESS, Chapter 58 : Ça fait mal, très mal
Cliquez pour commenter
En haut